1
min

Le moineau de Central Park.

Image de Irvinrtr

Irvinrtr

7 lectures

1

Ce dimanche à Central Park, la statue dorée à l'or fin orne l'entrée, autour de laquelle virevoltent des New yorkais, venus respirer l'air du poumon de la grosse pomme, car comme tout le monde le sait, une grosse pomme a un poumon vert en son centre qui oxygène la sphère urbaine.

De longues jambes sur des rollers, une poussette harnachée de jouets, une carriole à cheval dont les grelots tintent à tout va, des passagers éberlués, une voiture marquée NYPD, avec un policier ressemblant à John Wayne portant son colt à la ceinture de sa dégaine décomplexée.

Des centaines d'habitants, Hipsters pour la plupart, sont allongés sur les pelouses, bavardant des meilleurs endroits de New York à fréquenter. Même un écureuil avec sa queue en panache, s'aventure à bavarder avec eux, avant de s'enfuir, tout étonné de sa témérité.

Sur un banc, une famille s'attarde à regarder non loin, la fête foraine qui bat son plein, avec les buildings de prestige érigés en balcons, tels des monuments de verre et de béton.

Sur le pont de pierre, un photographe immortalise une scène d'un couple déguisé en courtisans de sa majesté, pour un film assez surprenant !

Et voilà qu'un piaf new yorkais surgit du fourré, attiré par les mies d'une brioche dévorée à pleines dents, par un enfant turbulent. Ses ancêtres ont sûrement émigré là, au début du siècle, parmi les ballots de marchandises et ses cousins piafs de Montmartre, ou Saint Germain, en tout cas parisiens.

Je suis new yorkais, moi aussi, semble-t-il me dire de son gros bec jaune fait pour broyer les grains, mais pris dans l'instant, dans une mie de brioche glanée en passant.

Puis il s'ébroue, faisant voler ses plumes comme si, il allait être plumé par le vent.

Il est posé sur les roches de Central Park, qui, il y a des millénaires, étaient recouvertes de glaciers allant jusqu'au Labrador.

L'empreinte du glacier est toujours présente dans la roche, on peut la toucher, et entendre le crissement de la glace se retirant peu à peu, centimètre par centimètre vers la banlieue lointaine, tout cela sur cent mille ans au moins.

New York est paisible, et toutes les couleurs de l'humanité se mélangent dans le beau manège de la vie, un dimanche à Central Park.

Les odeurs de guimauve, et de barbe à papa enivrent les moineaux qui se régalent des mies de brioches tombées sur les pelouses, un dimanche à Central Park.

1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,