Le modèle

il y a
1 min
42
lectures
2
Il a passé la journée à écrire et à peindre. Il dîne tôt et légèrement, puis il se repose allongé sur son lit, les yeux mi-clos, immobile comme un chat. Le temps passe. Il est maintenant 22H30. L’heure de la chasse. Sa Jaguar MK III noire se fraye un chemin puissant et silencieux dans les rues de Paris. Les néons des enseignes se reflètent sur la carrosserie. Il traverse la Seine, puis il se dirige vers « l’Eros » une boite échangiste de la rive gauche. La fréquentation est inégale et souvent médiocre. Mais on peut y faire de très belles prises. De toute façon, il a tout son temps. Au bar, un couple d’habitués sirote un cocktail. La femme brune et cambrée porte une guêpière noire qui accentue encore la blancheur de sa peau et fait saillir sa croupe large où la lumière vient se loger dans les petites aspérités que forme la cellulite et laisse imaginer une toison abondante, ténébreuse et odoriférante. Au sous-sol, deux femmes entre deux-âges se font enfiler par une grappe d’hommes qui s’épanchent avec des mots sales sur leurs vergetures dans une odeur insupportable de sueur et de liquide séminal. Il passe son chemin. Les couples vont et viennent et se frôlent dans un clair-obscur incertain. Vers minuit, il repère enfin une ombre intéressante. C’est une jeune asiatique. Elle se rapproche de lui. Sa main lui effleure la cuisse, ce qui réveille instantanément le reste de ses sens. Il a envie de la dessiner, de la fixer sur le papier. Posséder la soie de sa peau. Une heure plus tard, elle s’assoit sur le siège en cuir rouge de sa Jaguar.
Ce sera sa prochaine nature morte.
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,