3
min

Le miroir de demain

10 lectures

3

Un village de pierre grise, une place, une église, un monument aux morts, une fontaine et au pied de celle-ci des chiens qui dorment, se prélassent au doux soleil .Des bancs sur un de ceux-ci un homme âgé de noir vêtu, il regarde le temps qui passe. En face de lui plus haut à flanc de montagne le cimetière du village et son immense porte fermée. Il se dit, dans ma vie j’ai ouvert beaucoup de portes. Elles s’ouvraient vers l‘amour, le travail, l’amitié, parfois la tristesse mais toi porte du cimetière je ne t’ouvrirais pas.
Pendant ce moment de réflexion, un jeune homme sac au dos arrive sur la place, il se rafraichit le visage a la fontaine, remplit sa gourde et boit. Il rejoint le vieux sur le banc, ouvre son sac à dos et sort un morceau de pain du fromage et commence à manger. Il en propose au vieillard assis à côté de lui. Celui-ci le regarde étonné et lui dit non merci j’ai déjà déjeuné. Le jeune homme entame une conversation, lui demande si le prochain village est encore loin, des renseignements sur le village, l’homme répond à ses questions sans quitter du regard la porte du cimetière. Puis le jeune lui dit comment allez-vous aujourd’hui ? Le vieux qui se prénomme Dumé le fixe d’un air étonné et lui répond d’une voix ni triste ni gai. Dans la vie tout peut aller il suffit de savoir regarder, parler, accepter le moment présent. Mon passé est une longue histoire, de portes à ouvrir, de regard furtif, d’amour et d’échec aussi.
Mais aujourd’hui je suis là, assis sur ce banc et heureux de te voir manger, de t’écouter. Le jeune homme commença à ranger ses affaires dans son sac et il allait dire au revoir a Dumé lorsque celui-ci lui dit avant que tu partes j’aimerais te poser une question. Le jeune homme sans nom s’assit regarda Dumé, et dans ses yeux il vit une lueur de soleil un sourire. Dumé d’une voix claire lui dit « Et toi demain comment iras tu ? « 
Au moment où il ouvrit la bouche pour répondre il est emporté par un vent d’ouest, un vent d’est, tourbillon chaud et froid en même temps. Il monte, monte puis après une chute vertigineuse il se retrouve allongé sur un sol dur et tout est noir autour de lui. Le jeune homme aperçoit une lueur au-dessus de sa tête. Cette lueur grandi et pour finir par éclairer le lieu où il se trouve. Il se lève, regarde autour de lui et ne reconnut rien. Plus de village, plus de place et surtout Dumé n’était plus là. Une vaste plaine déserte sans arbres ni eau le néant. Lejeune homme aperçoit une forme qui brille plus que tout, il s’approche et reconnait un miroir, un très grand miroir. Le jeune homme veut se regarder pour savoir si tout est complet chez et sur lui. Mais à sa grande stupéfaction le miroir ne lui renvoie pas son image, c’est celle d’un homme vieux, affaibli, triste, sale et derrière cet homme des villages détruits, des morts, plus de soleil, un désert immense. Les forêts disparaissent t en un regard, les fleurs ne sourient plus, les animaux meurent de désespoir et les humains se battent t entre eux. Et tout au fond une grande porte en fer qui tinte comme un glas funèbre.
Il veut quitter le miroir, s’en éloigner mais le jeune reste figé devant comme si ses pieds avaient un poids de 10 tonnes. Tout ce qui se passe dans le miroir l’effraie et il se dit serais-je dans le futur ? Est-ce là mon avenir ?
Est-ce nous les humains de cette planète qui avons fait tout cela ? Ais je participé à ce massacre, à la destruction de ma planète ? Le jeune homme s’interrogeait toujours lorsque la question de Dumé lui revint en plein visage » Comment ira tu demain ? »
Mais demain je n’irais pas se dit-il en regardant le miroir, nous avons détruit notre futur, tué l’avenir. Pour pouvoir répondre le jeune homme se dit il faut que dans le présent je me serve du passé pour ne pas réitérer les mêmes erreurs. Cette porte du cimetière était celle du futur, de son avenir
Le vent souffla de nouveau et le jeune homme se retrouva devant le vieux Dumé et il entendit sa question « et toi demain comment ira tu ? » Il regarda Dumé et il lui dit pour que demain j’aille bien il me faut aujourd’hui changer mes habitudes et celles des habitants de cette planète. Notre demain n’est pas sain mais destructeur, la porte en haut qui est fermé je ne veux pas l’ouvrir. Mon demain je vais le créer en modifiant mon quotidien et je souhaite l’expliciter aux autres habitants de cette planète. Leur dire ce qu’il y a derrière cette grande porte fermée. Chaque jour je bâtirais un nouveau demain. Le jeune homme salua Dumé et ensemble ils regardèrent vers la grande porte et sans un mot ils se dire au revoir. Le jeune homme s’en alla remplie de ses nouvelles convictions et dans ses poches il trouva un petit miroir le regarda e il se vit tel qu’il était. Il se retourna pour le dire au vieux Dumé mais celui-ci avait disparus il ne restait plus que les chiens, le banc, la fontaine et le monument aux morts. Le jeune homme sourit et quitta le village.
Le vieux Dumé lui était retourné chez lui tout en haut de la montagne, sa maison était nuage. Dumé était heureux il avait accompli avec succès sa mission et de la haut il regarda le jeune au miroir partir et lui souhaita bonne chance.
Un vent chaud et doux caressa le jeune homme il leva la tête et il fit un geste de la main au nuage.
Cette histoire est réelle mais vous n’êtes pas obligé de me croire, c’est mon grand-père qui me l’a raconté et il m’a dit va la raconter aux autres habitants de notre planète.

3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Valoute34
Valoute34 · il y a
je te crois! :)
·
Image de Silvie
Silvie · il y a
C'est une histoire belle et touchante, Jean-Marc. Mais si je peux vous donner un conseil utile, faites-vous corriger. Votre texte comporte trop de fautes d'orthographe et de ponctuation, et c'est cela qui vous empêche de passer le cap de la sélection. Ne prenez pas mal ma critique, car je veux vraiment vous aider. Je suis sûre que vous êtes un extraordinaire conteur à l'oral, vous méritez davantage de reconnaissance. Amicalement, Silvie.
·
Image de Jean-Marc Talamoni
Jean-Marc Talamoni · il y a
Avec du retard merci silvie pris note. Dualité de l'oral et de l'écrit.Encore merci.
Amitiés et bonnes fêtes

·