3
min

Le mec était bourré !

Image de Jusyfa

Jusyfa

319 lectures

203

Les super-télescopes avaient découvert, au fin fond de la galaxie, un orifice géant ; il n’était pas question de trou noir, mais d’une nouvelle structure, un vide, un espace creux, jusque là inconnu. Les scientifiques du monde, n’avaient de cesse d’étudier le phénomène.

Nous étions trois, Gallo, Micas et moi, prêts à partir pour cette expédition. Les voyages dans l’espace, n’étaient plus soumis aux fluctuations de la météo, la pluie ou le brouillard n’avaient plus de conséquence sur le départ des fusées, le temps n’était plus source de décalage.
L’évolution des techniques avaient permis, les transferts immédiats, de personnes et de matériels, à des points donnés de l’univers, par la dématérialisation. L’équipage disparaissait du lieu de son départ, pour réapparaître sur le lieu programmé de sa destination.

Quand nous reprîmes formes, notre vaisseau était stabilisé devant l’orifice, il nous restaient à y pénétrer. Je découplai le système de télé-guidage pour me mettre en manuel.
Nous étions sur le point de franchir la dernière limite, quand l’orifice se mit à bouger, il s’éloigna puis soudain, il revint vers nous pour lâcher un puissant brouillard de gouttelettes : cela nous fit reculer de plus d’une année lumière. Le choc avait été brutal et nous restions prisonniers de cette brume épaisse, qui collait à notre vaisseau.
Remis de nos émotions, Gallo et Micas, remirent en service le système de dématérialisation, aussitôt, nous nous retrouvions prêts à entrer dans l’antre muqueux.
Cette fois, rien ne bougea, le noir et l’humidité enveloppaient notre astronef, parfois, d’immenses gerbes végétales venaient se frotter sur son métal en provoquant des sifflements stridents.
Par séquences régulières, nous étions ralentis ou propulsés par des vents contraires, cela avait pour effet de rendre notre progression difficile.
Micas poussa à fond le démultiplicateur des séquences binaires et nous fûmes collés à nos coques ; en une seconde, nous avions dépassé la vitesse de la lumière. Notre fioul, de mauvaise qualité, laissa derrière nous, un brouillard de particules dû à l'accélération brutale ,ce qui fit recracher à l’orifice, une brume épaisse et visqueuse .
À la suite de ces quelques péripéties, un espace immense s’ouvrit devant nous, nous allions pouvoir nous fixer et prendre du repos avant d’explorer.

De notre campement, une traînée de matière blanche s’ouvrait devant nous. Gallo, pressé de découvrir l’environnement, enfourcha son vulgo un des trois petits engins individuels, à propulsion autonome, que nous avions embarqué. Parti trop vite, il n’avait pas su maîtriser son engin qui glissa sur un cordon visqueux et alla s’encastrer dans une des cellules gluantes qui nous entouraient : aussitôt, entre elles, une connexion se mit en place, des impulsions électriques s’établirent cela me fit penser à un cerveau...humain.

Nous étions arrivés depuis plusieurs jours et pour la première fois, l’espace dans lequel nous étions changea. Les éléments qui nous entouraient, avaient viré au carmin, et la température environnante avait augmenté. En même temps, l’atmosphère s’était chargé d’un brouillard épais qui dura une dizaine d’heures. Petit à petit, la situation redevint normale, la brume disparut.

Le même événement se renouvelait de plus en plus, et devenait dangereux, à chaque fois qu’il se produisait, le milieu dans lequel nous étions se mettait à bouger et subissait des déséquilibres, des mouvements incohérents. L’altimètre du vaisseau indiquait des chutes soudaines de plusieurs centaines de mètres pour s’arrêter brutalement : Je décidai d’arrêter notre mission, nous n’étions plus en sécurité.

Alors que Gallo et Micas préparaient notre transfert virtuel vers notre planète, je proposai de repartir en guidage manuel ; si nous utilisions le système de dématérialisation, il ne nous serait pas permis de visualiser l’environnement extérieur et de priver nos scientifiques, de précieuses informations.
La sortie de l’orifice fut mouvementée, il nous fallut subir à nouveau, une descente vertigineuse dans le vide et une remontée titubante, avant d’être éternué dans l’intersidéral par une poussée violente chargée d’une brume collante.
Distant de : 446.892.025,02 millions de kilomètres de l’orifice, je retournai l’astronef pour observé le lieu d’où nous venions.

Surpris, devant nous, il y avait une autre terre, la même planète que la nôtre, multipliée des milliers de fois.
Il fallait se rendre à l’évidence, nous venions de sortir du trou de nez d’un de ses occupants, le gars que nous avions « visité », était un être comme nous, un copier collé, mais des milliers de fois plus grand que nous !
C’est là que je compris, les parties blanches et visqueuses, des cellules qui ressemblaient à des neurones : nous avions posé notre vaisseau dans le cerveau d’un mec ! Le va et vient, lors du passage dans la narine, était dû à sa respiration et les tiges qui frottaient la carlingue de notre vaisseau, étaient les poils de son nez.

Pour expliquer les chutes et les bousculades brutales que nous avions subi, j’émettais l’hypothèse d’une prise d’alcool importante et souvent renouvelé, d’où le cerveau, souvent embrumé, du gaillard dans lequel nous étions stationné.
Les scientifiques en déduisirent que les planètes habitées de l’univers, étaient toutes identiques, seules, leurs dimensions, différaient !?
Par rapport à celle que nous venions de visiter, la nôtre n’était en fait qu’un grain de sable, mais sur chacune d’entre elles, comme sur celle que nous venions de visiter, après avoir bu un coup, les habitants avaient eux aussi, l’esprit... plein de brume !

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
203

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Titi
Titi · il y a
Très bien écrit. Efficace. Je félicite spécialement le début, qui happe directement le lecteur. En peu de mots, tout est dit.
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Écrit en m'amusant pour me défouler.
Merci pour votre lecture.https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/les-soeurs-contraires

·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Un tel voyage pour tomber sur un mec bourré !:-)
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Alors qu'il suffit de rester sur terre pour en trouver des milliers , merci pour votre lecture.
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'ai bien ri! Un sens de l'écriture et de l'humour hors pair! Je vous découvre et suis frustrée que vous ne soyez pas en finale... Je m'en veux de ne vous découvrir que trop tard... Bien à vous et merci pour ce bon moment :)
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
merci pour votre passage et heureux de vous avoir fait rire. Si vous aimez l'humour, je vous invite à découvrir, hors compet, " Mais si ! Vous l'avez connu ! " une histoire sur une écriture différente.
Bonne lecture.

·
Image de Dessine moi un mouton
Dessine moi un mouton · il y a
beau texte
n'hésiter pas à critiquer mon texte

·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Bonjour Cher ami, vous avez aimé ce texte. "Un petit coeur collé sur un portable 2 " est actuellement en finale des nouvelles printemps 2018. Je ne doute pas de votre volonté à vouloir soutenir ce texte, d"avance merci.
Si je vous ai déjà sollicité pour ce texte, veuillez m'en excuser et ne pas tenir compte de ce message.
Jusyfa

·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Merci pour votre passage : que voulez-vous dire par "beau ?" merci aussi pour votre votre invitation, j'ai suivi votre demande : je n'ai pas hésité à vous donner un avis en m'efforçant de le rendre constructif.
·
Image de Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
De l'infiniment petit à l'infiniment grand !
Jolie pirouette sur le sens du mot brume dans votre récit !
Infiniment bien joué julien !

·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Bonsoir Bernard, je suis content de votre passage, je ne pense pas avoir eu l'occasion de vous présenter mes voeux, je vous souhaite plein de bonnes choses pour cette année nouvelle .
Bonne soirée et à bientôt sur nos lignes.
Julien.

·
Image de Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Tous mes vœux vous accompagnent Julien !
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Magnifique ce voyage spatial finissant dans le corps d'un mec bourré. Ca me rappelle ce film, "L'aventure intérieure".C'est encore une fois très bien écrit Jusyfa et j'aime cette issue délirante. Bravo ! Si ça vous tente de délirer encore un peu...http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-prix-imaginarius Meilleurs voeux.
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Bonjour Serge, merci pour votre retour, depuis, " un petit cœur collé sur un portable (2) " est en lice.
On m'a parlé de ce film que je n'ai jamais vu !
Je vous souhaite une bonne année avant de partir pour votre site.

·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
C'est avec grand plaisir que je vais me plonger dans la 2ème partie de votre histoire. Quant à "l'Aventure Interieure", autant vous prévenir, malgré une idée originale ce film n'a rien d'un chef d'oeuvre mais comme beaucoup de film américains des années 80, il possédait une énergie et une fraîcheur appréciable pour la jeunesse dont je faisais partie. Je vous souhaite une très bonne année à mon tour. A bientôt.
·
Image de Zérial
Zérial · il y a
une nouvelle très drôle, bien amenée, j'aime beaucoup!
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Merci Nicole, il faut se lâcher de temps en temps !
Belle soirée.

·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
quel beau brouillard vous nous avez fabriqué là et qui m'a bien fait tourner la tête.
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Bonjour Elena, toujours heureux de vous retrouver sur nos lignes, je vous remercie pour votre commentaire sympathique et profite de cet échange pour vous souhaiter une année nouvelle chargée de bonheur et de réussites.
À bientôt de vous lire et bonne journée.

·