1
min
Image de Loutze

Loutze

22 lectures

3

J'aimerais bien monter jusqu'en haut de ce mat, on doit se sentir tellement puissant là haut.
Je m'imagine dominer les vagues qui se fracassent à mes pieds, contre la coque, tellement loin, l'écume blanche qui me murmure ses secrets comme seule la mer sait le faire, des secrets emplis de sagesse et de douceur, mais qui jamais ne trompent un vieux loup aguerri, la peau tanné par le soleil et les paupières devenues papier, la faute au sel qui s'incruste dans les pores.

Du haut de ce mat, je m'imagine, crier au capitaine " terre en vue !", et poser le pied sur une île déserte aux milles saveurs et aventures.
Aux heures les plus chaudes, je jouerais avec mon ombre, illusionnant marcher sur les vagues, et caresser les poissons de manière subtile et veloutée.
J'escaladerais, agile, furtive, après avoir traversé le pont glissant par l'eau troublée de la nuit, et ma main, tel un coup de pinceau crème sur fond de toile sombre, au milieu de nuances outres mer, se tendrait dans l'espoir puéril de se rapprocher des étoiles, d'effleurer la lune, d'insufler la vie dans ce mileu hostile et silencieux.
Sans avoir besoin de parler, mes gestes seuls proclameront ma solitude douce amère et mon expérience.

Du haut de ce mat, je tanguerais, me laissant emporter par vents et contrées, me pliant aux caprices du temps, et la seule chose dont les passants se souviendront sera le reflet lointain d'un rayon de lumière sur mes dents devoilées, en un sourire éphemère, mystérieux et bienveillant.

Du haut de ce mat, comme la mer.
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
En vigie-pirate, vous matez Renaud qui osa chanter "C'est la mer qui prend l'homme
Mais elle prend pas la femme
Qui préfère la campagne"
Ce poème en prose gonflé des embruns du lyrisme (quoi que nous sans un grain de réalisme [cf. "s'illusionnant"...]) nous emporte vers le grand large large et tout près de la voûte céleste, loin du plancher des vaches (dans les deux sens du terme "vache"). Une belle rêverie hugolienne.

·
Image de Loutze
Loutze · il y a
Haha merci ! :)
·
Image de Sauvagere
Sauvagere · il y a
Belle envolée, en tête de mât !
·
Image de Loutze
Loutze · il y a
Merci haha !
·
Image de Eric Vain
Eric Vain · il y a
On dirait un poème en prose en fin de compte... Un brin poétique plane au-dessus de tes lignes, ce qui est vachement bien, j'avoue avoir pas mal kiffé ce moment de lecture ;-) Bravo!
·
Image de Loutze
Loutze · il y a
haha merci beaucoup :) :*
·
Image de Eric Vain
Eric Vain · il y a
C'est un plaisir ^^
·