Le lycée est une pomme

il y a
2 min
61
lectures
1

Chaque jour, il y a 158 857 morts dans le monde. Il y a aussi 353 015 naissances . C'est 194 158 de plus que de morts. C'est pour cela que nous sommes de plus en plus sur Terre. Nous sommes donc de  [+]

Il y a quelque temps, j’ai compris quelque chose. Quelque chose de bizarre mais de tellement évident quand on y pense. Cette chose se résume en une phrase. Une seule :
Le lycée est une pomme.

Le collège aussi, d’ailleurs, mais le lycée encore plus. Vous ne me croyez pas ? Jugez par vous-même...
Quand on est enfant, un petit enfant de deux ou trois ans, on rêve d’aller à l’école. Alors on va à la maternelle. Puis en primaire. C’est chouette, on a plein de copains... Enfin, des copines, car à cet age là, on a une certitude : les garçons sont tous des idiots (cela marche aussi dans l’autre sens, évidemment).

Puis vient le collège. Et le travail.
Pour certains, ça se passe très bien. Ils ont des amis, ils sont populaires.
Pour d’autres, c’est beaucoup moins drôle : des amis, ils n’en ont pas. Leur seul point commun avec les gens populaires (et que les non populaires envient en secret), c’est qu’ils rêvent du lycée.

Ils le voient comme une belle pomme. Pour les populaires, c'est l'endroit pour se faire encore plus d’amis. Pour les non populaires, ils y auront peut être un ou deux copains, ce qui est déjà pas mal.
Ils vont donc cueillir cette pomme après le brevet (si ils l’ont). Elle est belle, rouge comme celle de Blanche-Neige. Ils croquent dedans. Au début, ça a un bon goût. C’est juteux. On se sent grand, on est bien. Puis, ça varie, selon si on a de la chance ou pas. Et le passé de populaire ou non populaire est remis en jeu.

Il y a alors 4 possibilités :
- 1er cas : Tu continues de croquer dans la pomme. Elle est délicieuse et tu te régales. Tu es populaire.
- 2nd cas : A un moment, tu croques et il y a un trou. Un asticot sort de ce trou. Heureusement, tu ne l’as pas mangé. Tu es banal. On te parle, on t’aime bien, mais ce n’est pas toi qui choisi où on traîne le midi.
- 3ème cas : Tu manges la pomme et là, horreur ! Une moitié d’asticot. Looser, personne ne t’aime et tu n’as pas d’amis (mis à part les gens comme toi...)
- 4ème cas : Tu manges la pomme et il n’y a pas de problème, à part ce léger goût de viande, à un moment. C’était l’asticot. Tu crois être populaire, mais la vérité c'est que personne ne t'aime. Eh oui, tout le monde parle dans ton dos et te déteste.

Après, chaque année, tu peux reprendre une pomme, et espérer qu’elle soit meilleure. Mais quand on est tombé sur un asticot, voire une moitié d’asticot, on n’a pas tellement envie de recommencer... Alors, ce sont les gens qui sont tombés sur une bonne pomme qui en reprennent une, en espérant qu’elle soit encore meilleure. Et parfois ça marche... Parfois non.

1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,