172 lectures

29

Qualifié

— Demain, j’irai chez le coiffeur, lança Youssef en enfonçant ses gros doigts dans sa chevelure léonine.
— Tu as intérêt à la faire, et tôt le matin si tu veux être présentable pour ton entretien !, lui dit sa mère sans relever les yeux de son ouvrage.
Le lendemain, Youssef se réveilla au son de l’alarme de son 33-10*. Il était six-heures. Des lueurs matinales entraient par l’unique fenêtre de la chambre qu’il partageait avec sa mère. Quand ses yeux furent accommodés à la légère obscurité, il vit sa maman endormie, l’ouvrage de broderie à la main. Elle a passé toute la nuit à travailler. Pauvre mère !
Il fit un pas vers elle pour la réveiller mais se retint quand il vit son costume bleu marine pendu à la poignée de la fenêtre. Il le trouva bien repassé avec une chemise blanche qui sentait le savon de Marseille. Il sourit et entra dans le patio qu’ils partageaient avec la voisine qui occupait la deuxième pièce, la troisième étant fermée à clef par la propriétaire qui y stockait diverses denrées. Il se lava les mains, le visage et les aisselles, passa sa chemise, son costume, laça ses chaussures noires qu’il avait cirées et lustrées la veille et ouvrit la porte en prenant soin de ne pas faire de bruit.
— Tu pars déjà ?, dit Mme Sabri à peine réveillée.
— Oui Mère ! Ne te dérange pas pour moi. Je suis déjà en retard. Je passe chez le coiffeur avant d’aller à mon rendez-vous.
— Tu as raison. On ne t’embauchera pas avec cette crinière et cette barbe... et quel que soit ton C.V !
Elle dit cela en lui glissant dans le gousset de la veste une pièce de cinq dinars*.
— C’est pour le coiffeur ! ajouta-t-elle.
— Mais tu m’en as déjà donné hier, protesta Youssef en essayant en vain de lui rendre la pièce.
— Mais tu ne vas tout de même pas prendre le bus avec ces beaux habits ! C’est pour le taxi. Au moins, aujourd’hui !
Il se gratta la joue hirsute, regarda la grande photo de son père dans le cadre qui pendait au-dessus de la porte d’entrée, embrassa sa mère sur le front et sortit.
— Dieu ! On n’a que toi ! Supplia Mme Sabri en levant les bras au ciel.
Youssef pressa le pas. Il traversa les ruelles étroites et se trouva à la Grande Place. Dans la gargote des Arceaux, il avala un grand bol bien chaud de soupe aux pois-chiche.
— Attention, fiston de ne pas tacher ton beau costume, ironisa Am Hamza le patron du « Restaurant » comme il lui plaisait de le rappeler à tout bout de champ.
— Ne vous en faites pas Patron ; c’est mon jour de chance aujourd’hui ! Ne m’oublie pas dans ta prochaine prière !, demanda le jeune ingénieur.
— Que Dieu soit avec toi !, ajouta le vieillard en lui rendant la monnaie.
Après ce petit déjeuner copieux, Youssef se dirigea vers le café de la place. Il sirota un express allongé à la vapeur d’eau brûlante pour le rendre moins corsé. Il fumait, alternant bouffée et gorgée de café qu’il touchait à peine du bout des lèvres. Il releva la tête et regarda le rideau de fer encore baissé du petit salon de coiffure.
— Il est encore tôt, se dit-il en lisant la pancarte métallique jaune fauve sur laquelle il était écrit en noir avec de très belles lettres coufiques : « Coiffeur des Amis : Chez Slah ».
Trente minutes passèrent. Le rideau était toujours baissé. Il commença à s’inquiéter.
— Dans dix minutes, s’il n’ouvre pas, j’irai ailleurs, dit-il légèrement tourmenté.
Dix, quinze, vingt minutes s’écoulèrent, emportant les derniers espoirs de Youssef. Il se leva, décidé d’aller chez le coiffeur de l’autre bout de la rue. En chemin, il acheta Le Quotidien*. Arrivé, il trouva « Le Coiffeur de la Jeunesse » aussi fermé...
Après l’entretien, que le chef du personnel qualifia de concluant, on lui signifia qu’on lui écrirait.
Deux semaines après, il reçut une lettre qui commençait ainsi : « Monsieur, suite à l’entretien que vous avez eu avec le responsable du recrutement le lundi 4 septembre 2006, nous avons le regret de... » Signé : le Président Directeur Général.
— C’était alors un lundi ? Mais les coiffeurs sont fermés le lundi. J’aurais dû me raser et me faire couper les cheveux la veille. Je le ferai au prochain entretien d’embauche, se dit-il en dévisageant ses compagnons de voyage entassés dans une barque de fortune qui les emmenait vers Lampedusa*.
— Nous arriverons lundi soir, si les vents sont avec nous, grogna le passeur.
Youssef sentit un léger frisson lui parcourir le dos.



___

* Marque de téléphone portable.
* Environ deux euros.
* Journal tunisien.
* Petite île italienne.

PRIX

Image de Automne 2016
29

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
votre chute est époustouflante, j'aime bien votre plume très généreuse qui nous fait voir de toutes les couleurs
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un véritable régal de lecture que ce TTC tout en espoir avec une chute qui serre la gorge ! Bravo, Ridha ! Vous avez mon vote !
Je vous invite à lire, voire soutenir si vous aimez, mon sonnet Tarak en finale été : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/tarak merci d'avance !

·
Image de Maryse
Maryse · il y a
Un très beau texte
·
Image de Thara
Thara · il y a
Il est cool Youssef, il ne perd pas le nord. Il prend le bon côté des choses. Il aurait penser à l'adage qui dit :
il ne jamais remettre au lendemain ce que l'on peut faire aujourd'hui.
Surtout, si le lendemain est un lundi !

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un superbe récit et, une écriture qui nous fait partager un instant de vie, j'aime.
·
Image de Ridha Yakamouz
Ridha Yakamouz · il y a
Merci Black Jack ! Content que vous ayez aimé !
·
Image de Marie Amina B
Marie Amina B · il y a
Bonsoir Rhida, c'est la première fois que je viens sur votre page, et donc, que le lis un de vos textes, et autant vous dire que suis charmée. Bravo et mon vote.
·
Image de Ridha Yakamouz
Ridha Yakamouz · il y a
Merci Marie Amina B, tout le plaisir est pour moi ! Je suis très content que cela vous plaise !
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Il faut garder espoir !
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
C'est sur ses erreurs qu'on se construit... Espérons-le pour youssef.
·
Image de Caiuspupus
Caiuspupus · il y a
Jolie chute! +1
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Equilibre entre légèreté et gravité, pas mal.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème