LE LOUP (d’après Maupassant)

il y a
1 min
25
lectures
7

Charles Dubruel grand-père, passionné de littérature et particulièrement de Maupassant  [+]

Je n’ai jamais chassé, mon père non plus
Par contre mon grand-père Carolus
N’aimait que cela,
Ne vivait que pour cela.
Fin novembre 1762,
Dans son village de Saint-Florentin
Un loup furieux,
Hurlant du soir au matin,
Venait de dévorer une brebis.

Mon aïeul pénétra
Dans la forêt, et trouva
Le fauve au pelage gris
Par hasard
Le poil hérissé, le dos rond, piégé,
Il se débattait dans une marnière
Peu profonde. Mon grand-père
A saisi son poignard
Et l’a égorgé.
7
7

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Afa Marty
Afa Marty · il y a
Saint-Florentin existait donc en 1762 ? Nos grands-pères ont dû se connaître ! Vite fait bien fait, passons à autre chose.
Image de Charles Dubruel
Charles Dubruel · il y a
permettez-moi de corriger : votre aïeul a peut-être connu celui de Maupassant (et non le mien !)
merci, Afa, de me lire. j'espère que vous y prenait du plaisir

Image de Afa Marty
Afa Marty · il y a
Ce texte reste pour moi très narratif, Charles, même coupé à l'image d'un poème ; mais bien déployé. Nous avons chacun mille facettes dans notre écriture, autant presque que les joues des mûres !
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Mieux vaut un loup garou. Et dire que sa descendance donne dans la poésie ! bravo.
Image de Charles Dubruel
Charles Dubruel · il y a
merci , Fred
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Toujours aussi bien !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le Lynx

André Page

McGregor leva ses yeux fatigués vers le ciel immense rempli de dieux, de démons et de vents. Au loin, un vol d’oies grises alla s'engloutir dans un énorme nuage noir. La solitude pesait de tout... [+]