Le long du fleuve

il y a
1 min
36
lectures
9

J'écris pour m'amuser, flâner, rêver, voyager. Merci à Toutes et à Tous de votre visite  [+]

Tania doit être maintenant au fond d'un train, sans doute ne pense-t-elle plus à lui. D'ailleurs, pourquoi devrait-elle penser à lui ? Sa vie est si modeste, si réglée, jamais rien ne se passe vraiment, comment pourrait-elle l'aimer, elle femme toute pétrie de vie et de légèreté?
Il longe la Saône, la regarde serpenter entre les ponts, majestueuse rivière, insolente et libre. Libre comme cette jeune âme qui a croisé sa route et dont il n'a su s'approcher. Il s'arrête un instant, se penche par-dessus le muret qui surplombe le fleuve et analyse les gens qui passent sans même lever les yeux vers lui. Ils vont leur chemin, ils vont selon leurs tâches, vers un but précis qu'ils ont choisi ou non, mais qui semble-t-il, donne un sens à leur existence. Combien sont-ils parmi eux à vouloir se révolter, à vouloir briser cette exactitude qui rythme leurs jours et leurs nuits ? Il se trouve lâche et pareil à eux, il ne se révolte pas, il laisse la vie faire de lui ce qu'elle veut.
Il aurait pu retenir Tania, la prendre par la main et lui promettre des rêves fous, mais il est si pleutre, que par peur, il l'a laissée partir.
Oui, il a eu au moment du départ, cette envie de la prendre contre lui et de lui faire croire que tout était possible. Mais il a eu aussi, cette peur affreuse de souffrir, souffrir du rire que sa pathétique déclaration aurait provoqué chez cette jeune femme pleine d'assurance et de volonté. Car elle aurait ri, c'est certain.
Elle lui a dit « Ce n'est pas notre destin » et il lui a répondu « sans doute ». Mais il aurait pu contredire le destin, s'il avait été un homme de convictions. S'il avait eu la foi en demain, en lui, en elle, il aurait pu mettre du bleu à sa vie. Il aurait pu multiplier les après-midi à l'aimer, des nuits entières à parler d'eux et d'un futur qui par sa couardise, ne verra jamais le jour.
Il reprend son chemin, il ne sent pas les passants le bousculer, pas plus qu'il ne sent l'humidité remonter des berges. Son cœur s'assèche et la place à ses côtés, reste désespérément vide, voilà seulement à quoi il songe.
Il se moque du monde, de la ville et de ses lumières, puisque Tania est partie.
Empli de certitudes, convaincu qu'il n'était pas fait pour l'amour et toutes ses sottises, il s'est efforcé de ne pas l'aimer, il s'est efforcé à la dissuader. « Elle était bien trop belle, bien trop fragile pour être à moi » se dit-il intérieurement regardant Fourvière sombrer dans la nuit et cherchant des excuses à son inébranlable et pernicieuse inertie.
9

Un petit mot pour l'auteur ? 19 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Le manque de confiance en soi est mortifère... Il ne faut jamais laisser s'échapper le bonheur qui passe à portée de main...
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
vous avez entièrement raison Joëlle mais parfois il est difficile d'agir.
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
Le fleuve coule... Le flot de gens suit son cours... Le temps passe inexorablement... Et lui? Incapable de se lancer pour changer le cours de sa propre vie. Belle réflexion mélancolique sur l'inertie, faute d'oser, et à force d'inertie, plus de but, plus de sens...
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
c'est exactement ça, il reste là comme un idiot et le temps passe.
Image de Philippe Barbier
Philippe Barbier · il y a
difficile de dire je "T'aime"
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
oui, très très difficile. merci Philippe
Image de Dranem
Dranem · il y a
Les lumières de Fourvière s'éteignent et ce fleuve est si triste quand l'amour s'en va !
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Effectivement c'est bien Lyon qui s'éteint. La Saône est si belle quand vient le soir!Mais aussi si triste quand l'amour s'en va. Merci Dranem de vous être arrêté sur les berges un instant.
Image de Dranem
Dranem · il y a
je suis arrêté sur la passerelle Saint-Vincent...
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Un pas de deux , toujours difficile à suivre .
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
ce ne sont que des pas de danse. L'amour est fait de ça je crois.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Aimer et se faire aimer est surement le sentiment le moins bien partagé chez l'homme. C'est aussi particulièrement difficile pour qui n'a pas vécu et manque d'expérience.
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Oui j'en ai bien l'impression. Merci d'être passé
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Nombreux sont les hommes qui ne savent pas aimer ni même se faire aimer. Ils font souffrir et ils souffrent. Pas toujours heureusement !
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Oui en effet pas toujours heureusement. Merci pour votre visite.
Image de Georges Saquet
Georges Saquet · il y a
En amour on titube ... on fait des pas en avant et en arrière ... Le chemin est inconnu ... J'irai le long du fleuve autrement! Mon vote.
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
merci pour votre commentaire et votre visite.
Image de Isa. C
Isa. C · il y a
C'est la version prose de mon "peurs"
J'aime beaucoup 💋💋

Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
merci

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Yam

John-Henry Brichart

15 mai 1992 : première entrée
Je ne pouvais plus garder tout ça pour moi. C'est le désastre, elle n'a que 13 ans. Quelqu'un se rend compte de l'âge que c'est, 13 ans ?
J'aurais pu... [+]