2
min

Le livre qui ne voulait pas être écrit

436 lectures

62

Qualifié

Aussi étonnant que cela puisse paraître, et contrairement à ce que la sagesse populaire prétend, le papier ne laisse pas toujours écrire. J'en ai fait l'étonnant constat.

Il y a des navigateurs au long cours qui souffrent du mal de mer, il y a des écrivains prolifiques qui connaissent l'angoisse de la page blanche. Je ne souffre ni de l'un ni de l'autre. Je ne prétends pas être un marin hors pair ni un écrivain talentueux. Mais j'ai la prétention d'avoir toujours une fiction à écrire. J'ai aussi l'humilité d'admettre que le récit ne peut intéresser que moi. Mais j'écris sans jamais connaître les affres de la page blanche. Et le papier se laisse écrire.

Du moins je le croyais jusqu'à ce mardi matin-là.

J'aime écrire « à la main ». L'écriture manuscrite et sa lenteur à dessiner les lettres laisse le temps à mon imagination de se refréner, se canaliser, se structurer. Ce matin-là donc, je prends la ramette de papier, mon stylo à bille fétiche et je place la bille sur le grain du papier pour tracer les premières boucles et hampes de mon histoire. J'ai le désir d'écrire un roman sur un écrivain raté qui comprend que la vie patati et patata, bla bla bla, patin-couffin comme terminent les méridionaux leurs énumérations. Je trace les premiers mots sur le papier. « Sturgeon », mon héros se prénomme Sturgeon en hommage à Théodore Sturgeon, auteur de science-fiction dont je n'ai rien lu mais qui, d'après la blogosphère, est un auteur intéressant. Puis j'ajoute « se leva douloureusement de son fauteuil fatigué ». Un véritable cliché mais c'est le ton exact que je veux donner à cette première approche de mon personnage principal. Et là, vous me croyez ou non, le mot « douloureusement » s'efface, puis le « fatigué », puis le « fauteuil » et il ne faut pas plus de cinq secondes pour que toute la phrase s'efface ne laissant que « Sturgeon ». Dépassant un moment de stupeur, je comprends bien que cette phrase n'est pas d'une grande qualité littéraire mais c'est ma phrase et je la veux. Je tente une réécriture en appuyant un peu plus sur le stylo. Résultat identique. Cette fois-ci le papier est resté un peu gravé, mais tout a disparu, même « Sturgeon ». La stupeur se transforme en indignation. C'est un comble ! OK le cliché médiocre et convenu mérite-t-il peut-être de disparaître, mais le héros encore en ébauche n'a pas eu sa chance.

Et là je reste dubitatif. À bien y réfléchir « on » lui a laissé sa chance la première fois. A réécrire à l'identique, l'entêtement de l'auteur, Sturgeon le paye de son existence fictive. Il n'est pas question d'en rester là. J'allume mon ordinateur puis j'ouvre mon éditeur de texte, on devine aisément la suite, pire qu'avec la version papier, les caractères s'effacent au fur et à mesure de la saisie. Le curseur semble sautiller sur une page blanche.

Qu'est-ce qu'il se passe ?

Je suis devant ma page blanche depuis mardi matin. Elle reste blanche depuis cinq jours. À chaque fois que je tente d'y écrire une phrase, quel que soit le prénom de mon héros, la caractéristique de son fauteuil ou ce qu'il y fait, les mots disparaissent comme par enchantement. Cette histoire ne se laisse pas raconter, ce roman ne se laisse pas écrire.

Après quelques recherches sur les inachevés d'écrivains célèbres et les restés dans les cartons d'auteurs reconnus, les aveux d'inécriture de livres dans les interviews d'émissions littéraires, j'ai compris le phénomène auquel j'ai assisté.
Il y a des livres qui ne veulent pas se faire écrire, qui refusent de toutes leurs forces l'état écrit et il y en a beaucoup plus qu'on ne croit. Personne n'en parle.

PRIX

Image de Hiver 2017
62

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
j’écris aussi d'abord sur une page . Le clavier ne vient qu'après méditation .
Votre texte est bien pensé .Il y a des pages qui n'enfanteront qu’après une longue gestation .
Moi j'écris " un livre qui s'ouvre toujours à la même page " .

·
Image de Claire Pegan-Lhermitte
Claire Pegan-Lhermitte · il y a
Bonne idée, c'est une page qui a probablement une très forte personnalité ;-)
·
Image de RAC
RAC · il y a
Intéressant. J'ai bien aimé "les aveux d'inécriture" !
·
Image de Claire Pegan-Lhermitte
Claire Pegan-Lhermitte · il y a
À l'époque je ne connaissais pas encore "Blanche, ma page" (à lire, mais pas absolument). Lors de mes aveux j'aurais "charger" Blanche... Merci de votre passage dans le coin.
·
Image de Aristide
Aristide · il y a
Idée originale, texte extrêmement bien écrit. Je n'en dit pas plus... Jogoku Kokoro, à deux messages d'ici, ayant déjà tout dit avec brio
·
Image de Claire Pegan-Lhermitte
Claire Pegan-Lhermitte · il y a
Merci beaucoup. C'est vrai que celui là, je l'aime bien...
·
Image de Musicamots
Musicamots · il y a
Marchons donc du même pas....Courage ! J'aime...
·
Image de JigoKu Kokoro
JigoKu Kokoro · il y a
Bonsoir Claire ( ^_^)
Une courte nouvelle effectivement très originale sur l'idée et la forme. Une pointe de fantastique, une pointe d'humour le tout emballé dans un récit qui se veut faussement sérieux. J'aime beaucoup le style posé et le phrasé assez plaisant qui colle bien avec l'univers qui y est ici exposé. Il y a une réflexion quelque part. Faut-il vraiment écrire tout ce que l'on a en tête même le plus mauvais ou non ? Ici c'est le papier, l’ordinateur... Non. C'est l'histoire elle-même qui se refuse à quitter l'esprit de son auteur.
Merci pour cette proposition de lecture fort agréable dont le ton ressemble effectivement beaucoup à votre façon de vous exprimer sur le site ( ^_^).

·
Image de Claire Pegan-Lhermitte
Claire Pegan-Lhermitte · il y a
:-)***
·
Image de Fabienne Maillebuau
Fabienne Maillebuau · il y a
En tout cas là c'est écrit, mes 5 voix, je vous propose: "et disparaître au printemps", si vous préférez les polars, il y en a un sur ma page, concours sur le noir
·
Image de Claire Pegan-Lhermitte
Claire Pegan-Lhermitte · il y a
Merci pour ce petit coucou !
·
Image de Mireille.bosq
Mireille.bosq · il y a
Comme j'étais ravie de voir que nous faisions connaissance, je suis venue vous rendre visite. Pas banal votre "essai". Je m'abonne!
·
Image de Claire Pegan-Lhermitte
Claire Pegan-Lhermitte · il y a
Merci pour votre passage. Et longue vie à Charlotte.
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Je découvre ce texte, original ce mystère de la page blanche !
·
Image de Claire Pegan-Lhermitte
Claire Pegan-Lhermitte · il y a
Merci de votre visite. Ce texte, il s'est écrit tout seul. Parce qu' il y a des textes, des livres qui font n'importe quoi pour être écrit. Ils se jettent sous toutes les plumes, se glissent (au péril de leurs mots) entre les doigts et les touches du clavier... Là aussi personne n'en parle. Encore merci pour votre passage dans le coin.
·
Image de Cadaveski
Cadaveski · il y a
c'est vraiment cool ce texte
·
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
Une écriture très pointue et beaucoup d'humour ...Bravo :)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Dans le jardin de la villa "Marie-Espérance" où elle passe comme chaque année des vacances bretonnes chez ses grands-parents, Brigantine observe ce truc bizarre qu'elle a trouvé. Brigantine ...

Du même thème