Le Levier

il y a
2 min
4
lectures
0

Comédien, metteur en scène, professeur de théâtre et formateur en improvisation appliquée en entreprise. http://ianparizot.tumblr.com/ http://nothingnothingsomething.tumblr.com  [+]

Pièce courte

Acteurs :
- A, être humain de sexe indéterminé
- B, être humain de sexe indéterminé

La scène se déroule dans un grenier, en après-midi. Au milieu de la scène se trouve un levier avec deux positions “0″ et “1″. Sur le socle du levier est écrit “Levier de redémarrage de l’univers”, face public. Le levier est en position “1″.

A (hors scène) : Alors, qu’est-ce qu’il y avait de si important à me montrer...

B (hors scène) : Attends, tu vas voir... Vite ! Vite ! Allez, allez, avance ! Accélère !

A (entre) : Eh, oh. Voila, bon... alors. (Il voit le levier.) Ah ! C’est ça ? Et bien. C’est un levier.

B (entre) : Et bien, merci ! Je vois bien. C’est le tien ?

A : Non. C’est le tien ?

B : Ben non, puisque je te le demande ! (Un temps.) Donc c’est bien ce que je pensais, il n’est ni à toi, ni à moi. Donc quelqu’un a du l’amener ici.

A : Quelqu’un ? Qui ? (Il remarque l’inscription.) “Levier de redémarrage de l’univers”. C’est une blague !

B : Ah, je n’avais pas vu ça ! Ben tiens alors. Oh oui, c’est surement une blague.

A : En tout cas, c’est drôle. Tout à fait mon humour. Celui ou celle qui a fait ça me connait bien. (Un temps.) C’est toi, avoue !

B : Non pas du tout. Il n’y avait rien ce matin, ici. Je pensais que c’était toi !

A : Ah bon ! Et bien non. J’aurais bien aimé avoir l’idée, cela dit. Et si c’était...

B (comprends) : Oh oui, ça pourrait bien être lui, tiens !

A (rit) : Sacré lui.

B (rit) : Sacré lui, va. (S’approche du levier.) C’est bien fait, quand même. On dirait un vrai. Il s’est donné de la peine.

A : Ça oui. Bon, c’est pas tout ça, mais tu as besoin de moi ?

B : Et bien oui, c’est un peu gênant tout de même, j’allais entreposer des choses ici, moi. Aide moi à le descendre.

A (se baisse pour saisir le socle) : (ironique.) Avec plaisir. Allons y.

B (se baisse pour saisir le socle) : Merci.

A (tente de soulever le socle mais le levier ne bouge pas) : Et bien ! Qu’est-ce qu’il lui arrive ?

B (tente de soulever le socle mais le levier ne bouge pas) : C’est fixé au plancher !

A (rit) : Ah le salaud, il a fait ça bien !

B : Moi ça ne me fait pas rire du tout !

A (rit) : Avoue que c’est drôle ! Il rentre chez nous et fixe un levier au plancher du grenier ! Faut le faire ! Tout à fait mon genre de connerie !

B : Il est culotté ! (Un temps.) Mais attends, je l’aurais entendu ! Ce matin encore il n’y avait rien, ici ! On a déjeuné ensemble toi et moi, et tu n’as rien entendu non plus, dis moi. Pas de perceuse, pas de marteau, rien.

A : C’est vrai ça. Je n’ai rien entendu.

B : Alors, alors, il est apparu comment ce levier ?

A : Mais je n’en sais rien !

B : Mais, mais, mais, mais, mais...

A : Oh la la !

B (s’asseoit) : Ne me dit pas que...

A (s’asseoit) : Non...

B : C’est pas vrai.

A : C’est pas possible.

B : C’est une blague, c’est forcément une blague.

A : Oui, c’est une blague.

B : Ça ne peut QUE être une blague.

A : Oui, et c’est très drôle même, tout à fait mon humour. (Rit jaune.)
B (se lève) : Tiens d’ailleurs, je suis tellement convaincu que c’est une blague que je vais redémarrer l’univers, tiens, ha ! Allez !

A : Non !

B : (Un temps.) Comment ça non ? Puisque c’est une blague. D’ailleurs toi-même tu trouves ça drôle.

A : On ne sait jamais !

B (rit) : Mais ça ne va pas ? Je ne vais pas redémarrer l’univers. Un levier dans mon grenier qui redémarrerait l’univers ?

A : Je ne préfère pas prendre le risque.

B : Toi, qui trouve tout si drôle, tu es en train de prendre ça au sérieux !

A : On a beaucoup à perdre...

B : Comment ça ?

A : Imagine qu’on redémarre l’univers, on sait ce qu’on perd, mais on ne sait pas ce qu’on gagne. Imagine qu’on tombe sur pire que ce qu’on a.

B : Mais tu es fou !

A : Non, je suis pragmatique.

B : Bon, trêve d’enfantillages, j’actionne ce levier, et tu verras que tout ça n’était qu’une bonne blague, bien réalisée, un beau tour de magie, sacré lui, va ! (Rit jaune.) Mais une blague reste une blague et une blague a besoin d’une chute. (Met la main sur le levier.)

A : Non, je t’en supplie !

B : Mais cesse donc d’avoir peur, enfin ! (Actionne le levier.)

A : Non !

Noir.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,