3
min

Le langage des boucles

Image de Cyrano

Cyrano

29515 lectures

28

Qualifié

Mathilde et Julien, tous deux coiffeurs de profession, s’étaient croisés sur un site de rencontre et, depuis, filaient le parfait amour. Passionnés par leur métier, ils avaient ouvert, ensemble, leur propre salon et s’étaient constitués une solide clientèle. Dans leur vie, tout tournait autour du cheveu. Après le travail, le soir, ou les jours de repos, ils ne parlaient que de créations et de soins capillaires. En couple, pendant leurs vacances, ils participaient aux plus grands concours internationaux et glanaient de nombreuses récompenses. Oui, vraiment, ils ne vivaient que pour l’art de la coiffure et du cheveu. Des doux obsédés. Mais des obsédés heureux. Totalement heureux ? À un cheveu près, si vous me permettez l’expression.
Et le cheveu sur la soupe venait de la tignasse de Julien. Car si le compagnon de Mathilde manifestait toujours la même passion obsessionnelle pour le métier de la coiffure, il ressentait une certaine frustration au niveau de sa vie la plus intime. Visiblement Mathilde n’avait pas les mêmes besoins que lui. Et il en souffrait secrètement. C’était trop injuste. Risquait-il de se lasser de son couple pour une simple histoire de libido ? Allait-il la tromper et vivre dans la culpabilité ? Il adorait sa femme de tout son cœur. Ne pouvait-il pas l’aimer également de toutes ses couilles !? C’eut été si simple ; c’eut été si beau. Julien avait tenté de lui en parler, de lui faire la cour, à l’hôtel, lorsqu’ils se déplaçaient pour participer à des concours de coiffure, mais cela n’intéressait pas Mathilde. Elle était ailleurs. Eternellement entourée de cheveux. Le pauvre Julien ne savait plus comment faire.
Un jour, alors qu’il regardait à la télévision une émission culturelle consacrée aux mœurs du dix-huitième siècle en France, il eut une idée. Une idée lumineuse. Il rédigea consciencieusement une lettre, la glissa dans une enveloppe qu’il referma et écrivit « À toi mon amour ». Il alla dans leur chambre, s’approcha du lit et posa l’enveloppement sur l’oreiller de Mathilde sachant qu’elle irait ce soir, comme tous les soirs, se coucher avant lui. Et c’est ce qui arriva.
Que dire de plus si ce n’est que la vie sexuelle de Julien et Mathilde changea du tout au tout après la lecture de cette lettre. L’amant frustré avait vu juste. Les envies de Mathilde devinrent quotidiennes. La jeune femme s’étant même révélée une vraie tigresse dans l’alcôve. À la grande – et heureuse – surprise de Julien. Cette vie sexuelle épanouie et gourmande rendit le couple de coiffeurs encore plus amoureux, encore plus uni, encore plus fort. Comme deux doux et heureux obsédés. Sans le moindre cheveu sur la soupe.

Jolie histoire non ? Mais qu’y avait-il dans cette lettre ? Qu’est ce qui avait bien pu provoquer un tel changement chez Mathilde ? Qu’avait écrit Julien pour pouvoir détourner sa femme de sa passion dévorante pour le cheveu ? Pour savoir, il suffit de se rendre dans la chambre du couple. La lettre est encadrée, sous vitre, au dessus du lit. Voilà ce qu’on peut y lire.

« Ma chérie,

Je viens d’apprendre qu’au dix-huitième siècle, les dames de la cour arboraient une boucle de cheveux différente selon le message à passer, le signal à donner, le clin d’œil à faire. C’était un langage, une coquette communication basée sur la forme de mèches savamment sculptées. Cette histoire m’a donné une idée coquine et je veux te la soumettre.
Dorénavant, si tu es d’accord, nous ne ferons l’amour que selon tes désirs. Pour cela je te propose ce que nous nommerons « le langage des boucles ». En fait, dès que tu auras envie de moi, tu arboreras une boucle. Sa présence, ses caractéristiques, me renseigneront sur tes envies, sur tes pulsions, sur ce que tu attends de moi. Voici quelques propositions. La liste n’est pas exhaustive et il te reviendra de la compléter.
La première, je la nomme Crève-cœur. Cette boucle se dessinant sur ta nuque, tu porteras un chignon pour dégager ton port de tête. Sa signification est simple : en exposant cette boucle à mon regard tu me signifieras l’offrande exclusive de ton orifice le plus délicat. Ainsi à quatre pattes, me donnant ta cambrure et ta nuque, je verrai le Crève-cœur me sourire.
La deuxième boucle s’appelle la Confidente. Elle se situe près de l’oreille. Tu l’arboreras quand tu seras en quête de tendresse. Par sa présence, je comprendrai que tu me veux attentif à ton désir. Je te ferai alors l’amour longuement ; je serai à l’écoute de tous tes sens. L’autorisation de jouir ne me sera donnée que par ta jouissance. Je tenterai ainsi, sous le contrôle de la Confidente, de te faire sourire des quatre lèvres.
La Passagère sera le nom de la troisième boucle. C’est sur la tempe que tu devras la former. Tu auras alors décidé d’être ma putain et me feras comprendre que je dois te baiser rapidement, fougueusement, à la hussarde comme on dit. Pas de préliminaire, ni d’attention, je te prendrai sans ménagement. Souffle contre ta tempe.
La quatrième, je lui donne le nom de Cruche. J’imagine une longue boucle s’échappant de ton chignon, caressant ta pommette et s’achevant à la commissure des lèvres. Dans ce cas c’est ta bouche qui ira à la fontaine. Tu me prendras entre tes lèvres jusqu’à ce que je me déverse dans ta gorge.
Pour finir, la Favorite. Une boucle caressant ta joue. Elle sera synonyme de mystère, d’inconnu. La Favorite sera une surprise. Tout sera alors possible. Elle signifiera que tu me prends par la main, ou par la queue – c’est selon – et m’emmènes dans ton univers. C’est une invitation au voyage, là où tout n’est que luxure, perversion et volupté...
Qu’en penses-tu mon amour ? »

PRIX

Image de Eté 2016
28

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Guilhaine Chambon
Guilhaine Chambon · il y a
J'ai beaucoup aimé votre texte que je découvre à l'instant. Bravo . Peut être avez vous déjà découvert Au fait qui est en finale . Je vous invite à venir vous promener sur ma page si bien sûr vois en avez envie. Belle journée
·
Image de Subtropiko
Subtropiko · il y a
13815 lectures et seulement 15 votes pour ce petit chef-d'oeuvre épistolaire ?! Il y a quelque chose qui m'échappe ! Le mien est acquis, en tout cas.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je ne regarderai plus les coiffures de la même façon...
·
Image de Yannickclaude
Yannickclaude · il y a
C'est original ..
J'ai 2 dessins comics strip en compétition
http://short-edition.com/oeuvre/strips/allumes-du-bocal-27
et
http://short-edition.com/oeuvre/strips/allumes-du-bocal-28
Je vous invite à aller les voir...et voter si le cœur vous en dit.

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bonsoir, Cyrano ! Mon “Bal populaire” est en compétition pour le
Grand Prix Été 2016, mais il ne nous reste que 11 jours pour
voter. Je vous invite à venir le lire et le soutenir si le cœur
vous en dit! Je vous remercie d’avance!
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/bal-populaire

·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Bravo pour votre texte imaginatif et innovant. J'en aime l'écriture directe et déroutante. + 1 de la part de Tilee auteur de "transparence" catégorie poème.
·
Image de Kiri
Kiri · il y a
J'aime l'idée de rentrer dans la logique de l'autre pour avancer.
Le scénario est original, une écriture plus coquine serait un plus. Continuez !

·
Image de Annelie
Annelie · il y a
J'aime le ton coquin du langage de boucles !
Mon poème "humeur noire" est loin, également, d'être classique. En lice jusqu'au 21, merci de passer le lire.

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Des précurseurs du Kamasoutra ! Une histoire au petit poil et par tirée par les tifs. Bravo, Cyrano ! Vous avez mon vote.
Une petite visite à ma pie coquine en finale printemps ? http://short-edition.com/oeuvre/poetik/la-pie-5

·