Le jour où j’ai tué ma Mamie

il y a
2 min
708
lectures
27

Être de trente ans qui a déjà vécu mille vies, mille morts, mille renaissances. Être multiple, au reflet déformé, par le temps qui passe. Je ne sais pas qui je suis, mais vous qui me suivez  [+]

Tiens d'ailleurs, ça me fait penser à cette fois où mes potes ont cru, l'espace de quelques minutes, que j'avais assassiné ma mamie.

J'étais en seconde, c'était un dimanche soir et je n'avais rien révisé pour le contrôle d'anglais sur les verbes irréguliers du lundi matin. Alors comme tout petit con d'adolescent qui se respecte et qui ne révise surtout pas, je décide de tricher sans vergogne aucune en déchirant une page de mon manuel d'anglais, afin de le glisser de manière subtile dans ma trousse, sous mon tee-shirt ou entre mes jambes, petit fifou subversif que j'étais.

Seulement voilà, ce soir-là, va savoir pourquoi, l'instinct sûrement, ma mère décide de me faire réviser mes verbes irréguliers et plus précisément la page 78. Quand je lui tend le manuel d'anglais, en sueur et en bredouillant pakistanais, j'ai mes fesses qui s'entrechoquent en criant un truc du style (bravo mon con, bonne chance). Bien entendu, elle ne trouve que la page 77 et 80. Devant mes explications hasardeuses qui ressemblent à (oh la la, mais qui a bien pu faire ça dis-donc, encore un coup de mes amis aha sacrés rigolos que ceux-là), ma tête fait un aller-retour Figeac-Londres, la main de la maternelle embrassant tendrement mes joues imberbes de jeune boy rebelle. Bien entendu, je suis privé de sorties pendant une semaine et ça tombe mal parce que le mercredi, il y a un concert et j'ai prévu d'emballer enfin Marine en profitant de la proximité de nos corps moites dans l'obscurité, parce que bon, téméraire mais pas trop non plus le Vincent de 15 ans hein, enfin bref, mes plans tombent à l'eau, c'est Waterloo morne plaine, et c'est la mort et l'amor dans l'âme que je vais me coucher, maudissant sur 40 générations ma prof d'anglais et ses foutus verbes irréguliers.

Quand j'arrive le lendemain matin, mes potes m'attendent dans la cour. J'ai la mine sombre de celui qui souffre atrocement face à l'injustice et la cruauté des adultes, pour un peu j'aurai fugué jusqu'à minuit si j'avais eu un scooter, Paul me demande (bah, t'en fais une tronche, qu'est-ce qui se passe?) Je réponds d'un ton désabusé et laconique (nan mais c'est mes parents, ils m'ont puni une semaine parce que j'ai découpé ma grammaire, c'est chiant t'sais, quoi.)

Je vois le regard de Paul croiser celui de Katia, puis Marine, puis Benjamin, gros silence. Il reprend la parole. (Euh... Attends, Vincent, tu viens de nous dire que tu as découpé ta grand-mère, là?) Je sens légèrement un vent de panique souffler. Je réponds, toujours la mine patibulaire mais presque, (Bah quoi? Oui, j'ai découpé ma grammaire, j'avais pas envie de réviser pour le devoir d'anglais, quoi! Donc ouais, j'ai découpé ma grammaire pour en faire un tust quoi.. quoi, qu'est-ce que j'ai dit?)

Mes potes me regardent, horrifiés. Y'a un truc qui m'échappe mais je ne comprends pas trop quoi.
27
27

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Gabriel
Gabriel · il y a
Une histoire assez drôle, écrite avec un style intéressant (populaire) mais un peu facile, qui manque une peu de travail à mon goût. Mon vote ;)
Image de Mirgar Garrigos
Mirgar Garrigos · il y a
Très adroit, très juste, très drôle...Hé ben! Pas de problèmes pour l'avenir littéraire de l'auteur
Image de Anne Busson
Anne Busson · il y a
Ha ha ha ha ... j'adooore ! De la tendresse, de la dureté, de la sensualité ET -de -l'humour ... Bravo, un artiste / auteur complet ...
Image de Brigitte Perrin
Brigitte Perrin · il y a
Je cherchais...l etreur
Image de Isa Tillard
Isa Tillard · il y a
Je n.avais plus de grand mère mais les pauvres elles sont mortes plusieurs fois
Image de Démange
Démange · il y a
J'adore, ça m'a fait rire

Vous aimerez aussi !