Le jour d'après

il y a
1 min
159
lectures
42
Qualifié
Image de 2020
Image de Très très courts
Le jour d’après. Il y a toujours un jour d’après. Comme il y a le jour d’avant. Sauf que celui-là, on le connait. C’est peut-être ce qui rend le jour d’après si terrifiant. Inconnu, inaccessible, étranger. Le neuf ou l’obscur. Le masqué, dissimulé, étranger. Destructeur. Oui, le jour d’après qui détruit tout. J’avais des certitudes quant à l’avenir, une seule petite boule sur mon sein a suffi à les détruire. Un seul jour. C’est drôle quand on pense à la paisibilité du jour d’avant. Ce qu’on donnerait pour y retourner. Pour être le jour avant le jour d’avant. Et remonter ainsi dans le temps pour s’éloigner le plus possible de cette terrible annonce. Creuser un espace entre moi et ce jour-là. Parfois, je me demande si j’aurais pu changer quelque chose ou s’il s’agissait juste de mon destin. Si, en sachant ce que la vie me réservait, j’aurais vécu autrement ces derniers mois. Peut-être, peut-être pas. Personne n’en sait rien et le savoir ne m’aiderait pas à mieux l’accepter. C’est juste une distraction, je pense. Se souvenir de ce qu’on était, et imaginer cet être dans ce présent. Ce n’est pas une consolation, juste une distraction. Penser à autre chose que l’impuissance à laquelle on fait face. Cette impuissance qui rend fou, si violente, difficile à apaiser. Cette impuissance dans laquelle on aimerait donner un grand coup et lui hurler de nous laisser tranquille. De ne plus nous faire souffrir autant. De nous laisser un peu de répit, de force. De nous rendre le pouvoir sur notre avenir et notre propre corps. Ce corps qui se bat pour nous sauver, tout en laissant nos cellules défectueuses se multiplier. Cette bataille au milieu de ce désordre.
Et puis parfois, des anges apparaissent. Des humains au cœur de saints. Ils arrivent avec toute leur douceur, leur humour ou leurs regards. Ils calment les pleurs et élargissent les sourires. Pour quelques heures seulement, mais je m’en contente. Ils font revivre les parties de mon corps que je croyais mortes et me rappellent que toujours, il y a un jour après... Le jour après la douleur, le jour après la rémission. A moi de choisir, mais je sais qu’il existe, ce jour d’après.
42

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,