Le jeu de l'amour et du falzar

il y a
1 min
4 712
lectures
72
Lauréat
Jury
Recommandé

Je ne crois pas qu'être publié fasse de moi un écrivain mais je suis persuadé que c'est en laissant ses textes au fond d'un tiroir ou d'un dossier sans jamais les partager qu'on crée l'écrit  [+]

Image de 2014
Image de À rougir de lire
Ils se sont rencontrés quelques heures auparavant à peine. Istanbul leur réserve décidément plus d’une surprise. Par derrière l’hôtel, on voit se dresser les tours du palais de Topkapi. Peu leur importe le point de vue. Le velours de leur peau les emplit tout entier. Leur corps trépigne d’impatience.
Il la renverse sur la table, prend la culotte sur le sol, passe chaque pied dans les ouvertures et remonte le sous-vêtement langoureusement le long des cuisses jusqu’au sexe. Tout émoustillée, elle ne veut pas être en reste et lui enfile, en frôlant sa peau, un caleçon ou bien un boxer, dans l’excitation, elle ne peut faire la différence. Elle lui reboutonne sa chemise sauvagement avec la bouche, bouton par bouton. Elle arrange le col, bute sur l’étiquette qu’elle renverse comme une furie à l’intérieur de la chemise. Lui, lui ajuste avec plaisir les bretelles de son caraco. Itinérant entre ses jambes, il déroule ses collants d’une main voluptueuse qu’il glisse ensuite dans le creux de ses manches pour lui enfiler sa veste en cuir. Elle frémit, il sent son corps s’endurcir. De leurs fluides mêlés, on pourrait faire un seau d’eau. Minuit déjà !
Prise dans la spirale du désir, la femme lui caresse les bras de chemise. Ils sont doux mais elle leur préfère la virilité rugueuse et rêche de la toile de jute du pantalon que ses doigts longent tout en en revêtant l’homme. Enflammé par ce corps qu’il habille, et parce qu’il sent le sol qui se dérobe, il opte plutôt pour un short moulant. Il ne peut s’empêcher de dire en lui remettant l’habit : « Te voilà encore plus excitante ! » L’homme enfonce alors un doigt dans l’étroite fente d’une poche cherchant ainsi à exercer une pression délicate sur son bouton rose. En un éclair, il lui ferme la braguette. Pénétrée de cette louable intention, elle s’empare vertement de la ceinture rude et raide qu’elle introduit d’une main experte dans chaque patte du pantalon entamant ainsi un va-et-vient sensuel. Au comble de l’excitation, elle veut maintenant lui donner le plaisir de faire son nœud de cravate. Plutôt que de frotter leurs pores, ils préfèrent frotter leur tissu. Jamais ils n’ont pris un pied tel que lorsque chacun chausse son partenaire. C’est l’extase !
On tape à la porte. Huit heures, c’est le petit-déj. Aculés par l’homme derrière la porte, ils se déshabillent et vont ouvrir.
Une heure après, c’est main dans la main et à nouveau nus qu’ils gagnent la plage naturiste sur laquelle ils se sont rencontrés la veille.

Recommandé
72

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Après une telle attente !

Cristel D

Nous sommes enfin face à face.
J’ai choisi la musique adéquate avec soin, tamisé les lumières.
Un moment parfait !
Nos regards sont plongés l’un dans l’autre.
Je respire un grand... [+]