1
min

Le hurlement des sapins

497 lectures

321

FINALISTE
Sélection Jury

Le type est assis sur un banc en pierre, juste devant sa maison dont la cheminée laisse échapper quelques fumées grisâtres. C'est le mois d'août, au pied de la Meije. Majestueuse Meije. Tout à la fois hypnotique et terrifiante.

Il fait douze degrés. Rien de bien exceptionnel ici. Presque recroquevillé sur sa cigarette aux lourdes senteurs de tabac brun, l'homme nage dans une veste de ski fluo, comme à l'époque des bronzés font du ski. Lui n'a pas dû bronzer beaucoup. Ni arpenter les télésièges à coup de quarante euros la demi-journée. Ici, la neige n'est pas un loisir mais le symbole d'une sale période qu'il va falloir passer cahin-caha. En d'autres termes, le type a vécu. Il a les yeux petits et noirs. Son regard perçant transpire l'expérience et inspire l'humilité. Je m'essaye tout de même à relever un peu le buste et à lui lancer un bonjour à la cantonade.
Silence.
Mon salut me revient dans un écho lointain. Ici, on s'économise les paroles. On ne tergiverse pas. Même la politesse la plus évidente est rangée au placard. Mais on ne laisse tomber personne dans les coups durs. Les coudes, on se les sert. Question de principe. Tout l'inverse de la ville où certains se réfugient derrière des excès de mondanité pour éviter de tendre la main à leur voisin quand celui-ci est à deux doigts de se fiche en l'air car il a perdu le goût de vivre.

Ici, les gens sont rustres parce qu'ils en ont vu des vertes et des pas mûres. Mais surtout des pas mûres. L'hiver, il n'y a rien. Au fin fond de la montagne, il n'y a rien. Je ne te parle pas des stations de ski pour citadins en mal de sensations, je te parle de ces patelins éloignés de tout ; ces combes inaccessibles où fument quelques cahutes en pierres noires. Et quand les nuages s'emparent des massifs, que la bise hurle entre les sapins et que les flocons glacés fouettent les murs, il faut rester stoïque. Car lorsque les montagnes apparaissent de nouveau, qu'elles te toisent de toute leur hauteur, t'écrasant ainsi d'un regard que nombreux leur prêterait, elles peuvent te révéler des spectacles bien étranges. Les montagnes vivent. Elles ont des yeux et elles voient. D'ailleurs elles te regardent. En cet instant. Précisément. Et une bouche aussi. Elles mangent. Elles mastiquent, déploient leurs mâchoires de rocs pour faire s'entrechoquer les glaces. Puis elles recrachent. Parfois.

Allez, dépêchons-nous, le vent se lève.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très court
321

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de André Page
André Page · il y a
Bravo pour le ton et l'originalité de ce texte, Aurélien.
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
J'ignore si vraiment les montagnes recrachent mais des études prouvent que les arbres parlent. Pourquoi ne hurleraient-ils pas ? En ce qui concerne les humains : dans ce court passage une tranche de vie rude, sans concession donc réussie.
·
Image de Madamebleue
Madamebleue · il y a
Et 3 voix de plus
·
Image de Brune Hilde
Brune Hilde · il y a
Bonne finale!
·
Image de Aurelien Brianceau
Aurelien Brianceau · il y a
Merci Bruno.
·
Image de Brune Hilde
Brune Hilde · il y a
Brune!!! Pas Bruno!
·
Image de Aurelien Brianceau
Aurelien Brianceau · il y a
Au temps pour moi, réflexe pavlovien !
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Bonne finale Aurélien !
·
Image de Aurelien Brianceau
Aurelien Brianceau · il y a
Mille mercis Geny.
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Heureuse de vous découvrir en finale Aurélien. Une histoire touchante. J'aime tout particulièrement la fin où la montagne devient un personnage à part entière
Bonne chance

·
Image de Aurelien Brianceau
Aurelien Brianceau · il y a
Merci beaucoup Isabelle :-)
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Le silence des montagnards dans une nature abrupte, je vote !
Je suis en finale avec un TTC, Transhumance et un poeme, Grenoble en été...

·
Image de Aurelien Brianceau
Aurelien Brianceau · il y a
Merci Sourire, je m'en vais vous lire.
·
Image de Kiki
Kiki · il y a
mes 3 voix, mon soutien pour cette finale. Bonne chance
Je vous invite à aller lire et soutenir le poème en finale sur les cuves de Sassenage. Merci d'avance

·
Image de Aurelien Brianceau
Aurelien Brianceau · il y a
Mille mercis Kiki !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
" hypnotique et terrifiante", ces deux adjectifs expriment très bien ce que j'ai ressenti la première fois je suis allée à la montagne . . .et j'ai beaucoup aimé l'atmosphère des lieux et votre description un peu inquiétante dans le dernier paragraphe. Bonne chance Aurélien et à bientôt !
·
Image de Aurelien Brianceau
Aurelien Brianceau · il y a
Un grand merci pour ce soutien Francine.
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
À nouveau mon soutien et belle finale !
·
Image de Aurelien Brianceau
Aurelien Brianceau · il y a
Mille mercis :-)
·