Le Héros

il y a
1 min
38
lectures
4

Ingénieur défroqué par amour de la chanson et de la poésie. Les "poètes d'aujourd'hui" existent, je les rencontre tous les jours ici et ma muse m'accompagne cata@virtual.net  [+]

Image de Été 2018
J’ai beaucoup lutté avant de devenir un héros.
Je me disais : “Lutte ! L’héroïsme s’acquiert, l’héroïsme s’apprend. Comme le reste...” Et je luttais, soutenu que j’étais par le culte du héros. Par l’idée que j’avais, moi aussi, au plus profond de mes peurs, au plus inavouable de mes lâchetés, de la graine de héros qui finirait bien par germer. Que le héros en moi n’était pas si loin. Je le savais. Je sentais entre nous comme un air de famille. Il était, plus ou moins, mon cousin germain. Chaque matin, je me réveillais avec cette ambition : lui ressembler davantage. Il était ma cible.
Chaque matin je me rapprochais de son idéal : mourir pour une cause impossible. Oui, mourir dans le petit matin blême. Après tout, ce n’était peut-être, qu’une affaire d’entraînement. Je me répétais : “Tout s’acquiert, tout s’apprend”. Chaque matin je me livrais au même exercice : m’habiller crânement — ma main s’efforçait de ne pas trembler —, arborer une chemise blanche qui n’attendait plus que mon sang et marcher vaillamment jusqu’au fond du jardin où j’avais dressé un poteau. Là, je m’adossais, j’ouvrais grand ma chemise, je tirais de ma poche un bandeau noir que je me nouais sur les yeux,
je croisais les poignets dans le dos, j’imaginais les fusils pointés sur ma poitrine offerte et j’attendais de mourir dans le petit matin blême. Mais les petits matins n’en finissaient pas de blêmir sans que l’héroïsme jamais ne daigne m’accepter dans la gloire de ses rangs. Je ne mourais pas, je crevais de peur...
Vint pourtant le matin qui devait tout changer. La veille au soir, encore, je m’étais endormi avec le remord d’avoir été lâche, mais sans me douter que ce dût être ma dernière lâcheté. Ce matin-là, refusant le bandeau, les poignets dans le dos et le regard de glace, j’eus enfin le courage de regarder la vie en face. Elle avait fait de moi un héros.
4

Un petit mot pour l'auteur ? 9 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
une sacrée odyssée, mais si bien ancrée dans la réalité..
Image de Jean Roulet Androny
Jean Roulet Androny · il y a
Merci Elena, belle et fidèle lectrice !
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Comme disait Romain Rolland : " Un héros est celui qui fait ce qu'il peut. Les autres ne le font pas." Bravo Jean, c'est une ode à la vie.
Image de Jean Roulet Androny
Jean Roulet Androny · il y a
Merci Serge. Tu a raison, D"être venu ici me fait revivre.
Image de Fabienne Maillebuau
Fabienne Maillebuau · il y a
Juste magnifique, la chute est tellement inattendue qu'elle marque profondément. L'héroïsme dans la lutte au quotidien, contre la monstruosité, représente la plus grande bataille, sans doute. Ce texte est très profond, merci pour votre écrit, Jean. Texte très positif, qui nous encourage à devenir le héros de notre propre vie.A voté.
Image de Jean Roulet Androny
Jean Roulet Androny · il y a
Merci Fabienne pour cette belle analyse. Il me plait que ce texte soit positif, J'ai tant de textes noirs qui dorment dans mes tiroirs
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Oh j'aime beaucoup .....et puis c'est si vrai ! L'héroïsme du quotidien ça change tout le monde !
Image de Jean Roulet Androny
Jean Roulet Androny · il y a
Merci Brocéliande ! Peut-être mon monde est-il en train de changer.
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
à suivre alors ...belle journée, Jean !