Le grand méchant Loulou et le petit Chaperon rouge

il y a
2 min
7
lectures
0

Photo du médaillon (mal centrée). Hôtel de l'Alfonce, Pézenas. 8 septembre 1655. Mon premier voyage temporel réussi. J'ai rendez-vous avec Molière. En l'attendant, je tente de soulever une  [+]




Dans un village perdu, au cœur du pays basque, vivait, je ne sais plus quand, une veuve qui élevait seule sa fille unique. La pauvre femme se désolait car, ne pouvant oublier les excès amoureux de sa propre jeunesse, elle craignait que sa fille ne manifestât les mêmes précoces dispositions.
Souvent elle croyait surprendre des attitudes, des regards, des gestes qui lui paraissaient troubles ou pervers. Elle tremblait quand un mot, une question lui révélait l'âme enflammée de son enfant, qui peu à peu devint une adolescente pourvue de "la beauté du diable".
Bientôt cette hantise tourna à l'obsession chez la malheureuse mère. Elle décida donc de tricoter une espèce de bonnet rouge que sa fille devrait porter chaque fois qu'elle sortirait, fût-ce en plein été.
Elle pensait que ce rouge pourrait agir comme un repoussoir, un signal d'avertissement -Pas touche!- adressé aux jeunes coqs du village.
Mais le chaperon eut l'effet contraire: la forêt voisine donnait asile à un ancien bûcheron qui subsistait tant bien que mal grâce à des rapines, braconnages, cueillettes diverses. On le disait fruste, dangereux, cruel, amateur de chair fraîche (dans le pays ne le surnommait-on pas « le grand méchant loulou »?), et bien peu de villageois osaient s'aventurer à proximité de sa misérable cabane.

Un jour qu'il errait à la recherche de fraises sauvages, il aperçut une tache rouge qui se déplaçait dans "ses bois". Il la suivit et rejoignit le petit Chaperon rouge. La jeune fille ne chercha pas à fuir, et malgré tous les conseils entendus naguère chez elle ou à l'école, elle engagea la conversation avec l'inconnu. Pourquoi ces deux-là se plurent-ils? Mystère. " On voit des biches qui remplacent leurs beaux cerfs par des sangliers" dit le poète. Toujours est-il que, dans les semaines qui suivirent, le Chaperon rouge fit souvent le détour par la forêt, et un jour, brûlant de désirs, elle proposa à Loulou de le rejoindre dans sa cabane. Il l'arrêta net:
- Non, je ne veux pas que tu viennes chez moi. Le garde-champêtre surveille les environs et il n'attend qu'une occasion pour me coincer. Alors...
- Alors écoute-moi bien: ma grand-mère habite une maison à l'autre bout de la forêt. Elle se plaint sans cesse: la vie chaque jour lui pèse davantage; quitter cette terre serait pour elle une délivrance.
Pourquoi la contrarier? A toi d'agir pour le mieux. Sous une latte du plancher, elle cache son magot. Dès que nous aurons l'argent, nous partirons d'ici, nous passerons en Espagne et nous vivrons ensemble. Mais avant, je veux que tu fasses exactement ce que je vais te demander. Quand l'aïeule aura disparu, fouille dans l'armoire, trouve et mets la chemise ainsi que le bonnet de nuit de mère-grand; ensuite attends-moi dans son lit.
La fille lui détailla le chemin. Loulou partit comme une flèche. Le chaperon prit le temps de musarder dans les bois; de s'arrêter pour cueillir du houx, des orties, de fines baguettes flexibles.
Elle arriva au seuil de la maisonnette. Elle pénétra dans l'unique pièce et referma la porte.
Loulou avait obéi en tous points. L'ado s'approcha du lit et s'exclama:
- Mère-grand que vous avez de grands yeux!
- C'est pour mieux te mater, mon enfant.
- Mère-grand, que vous avez une grande bouche!
- C'est pour mieux t'embrasser, mon enfant.
- Mère-grand, que vous avez de grands bras!
- C'est pour mieux te serrer contre moi, mon enfant.
Elle vint plus près, écarta les draps:
- Oh, comme vous avez une grande...
- Mais c'est pour mieux te...
- Chut! laisse-moi faire.

Et c'est ainsi que le petit Chaperon Rouge dévora le grand méchant Loulou!
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

L'intrigante exaltée

Gail

Madame de Froidmond n’était plus très loin d’entrer à la Cour. Tous les plans échafaudés allaient enfin porter leurs fruits. Il faut dire que son mariage avec le duc de Boulogne l’avait... [+]