2
min

Le grand attracteur

Image de Patrick Gibon

Patrick Gibon

616 lectures

624

FINALISTE
Sélection Public

Déjà, fœtus baignant dans le liquide amniotique du ventre de sa mère, sans le savoir, il avait inventé la machine à voyager dans l’imaginaire.
Liquide il s’envolait au-delà des contingences corporelles de cette humaine qui l’hébergeait le temps d’une gestation momentanée, flamboyant de flammes volcaniques vers les cieux venteux qu’il ne connaissait pas encore, il rêvait de nuages évanescents et immarcescibles.
De ces trois éléments il lui manquait le quatrième qu’il redoutait, la terre, mettre les pieds sur terre, le pire probablement !
Bébé il comprit vite comment ce monde factice marchait, il progressait à une vertigineuse vitesse qui laissait pantois parents et proches, bref, un simple «surdoué », comme tant d’autres mais lui, sans le savoir vraiment, était pire que cela.
A dix mois il dessinait des mondes incroyables, à deux ans il parlait en philosophe et avait lu tant et tant de livres, sans rien dire de ses voyages propres dans les au-delà des eaux de l’au-delà, dans les multivers éponges, les anneaux de Möbius, les trous de vers, les vers forant les trous des étoiles noires des trous noirs, les pulsars qui pulsaient si loin, si loin...
Il fallait bien grandir, c’était la loi du milieu, le corps dans ce monde, la société qui voulait et tout le reste une loi en apparence universelle qui te propulse vers l’ailleurs soit disant meilleur, vers la mort programmée avec juste entre temps le droit étrange de reproduire l’espèce à laquelle tu appartiens, la vie dans cet univers ci et la mort aussi.
Donc, il grandit, contraint et forcé et bien avant même, tout jeune encore, d’être en capacité de disséminer ses rhizomes reproducteurs, il inventait à tour de bras !
Une flopée déjà réalisée, entre autres, par le génial Léonardo mais plein d’autres aussi, il fallait qu’il réinvente sans le savoir, comme pour se faire la main, s’entraîner, se mettre en chauffe dans l’alambic sous l’athanor et le creuset de l’alchimique création.
Il se sentit prêt.
La machine était démente, elle pulsait sous la lumière des étoiles la nuit et le jour le soleil la réchauffait de ses rayons bienveillants. Les arbres la couvraient de feuilles et de fleurs, les insectes la parcouraient, les oiseaux s’y nichaient, au loin de lourds mammifères bramaient de contentement subjugués par son illusion de la réalité.
Son métal étincelant brumé de terre glaise aussi, ses charpentes de bois enchâssées de chaux, ses vitres de sable désormais silicium transparent, ses reflets coruscants junglant de lianes évanescences dans les effluves de noirs désirs, ses prismes sphériques étincelant des iris de l’arc-en-ciel, ses vents fougueux en brises échevelés sur la nuque des rêves inassouvis, tout était quasi perfection.
Le moment était venu !
Il psalmodia une de ces comptines enfantines préférées, les yeux dans le vague d’autres multivers.
Il appuya sur le bouton fatidique, il faut toujours un bouton, la tétine, le sein pour agir.
Il sourit !
L’ombre du ciel bas et lourd devint noir de jais, des sursauts magnétiques d’électrons libres vinrent briser les quarks habituels, l’antimatière venait de reprendre ses droits.

PRIX

Image de 2019

Thème

Image de Grand Public
624

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dranem
Dranem · il y a
Je découvre un peu tardivement ce texte, j'aime beaucoup la fin : " l'ombre du ciel bas et lourd... l'antimatière venait de reprendre ses droit".
Belle démonstration alchimique !

·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci de ta lecture, tardivement n'importe guère si ce fut un voyage plaisant ainsi que de ton commentaire éclairé, comme d'hab!
je lis aussi beaucoup tes textes, comme toi les miens, mais vu la production nouvelle en courbe exponentielle dans short on ne peut être partout et sur la brèche en permanence - hormis certains pêcheurs en eau trouble qui lâchent leur filets nuit et jour pour seul but de prendre dans leurs rets maquereaux, morues et "crabe aux pinces d'or"... qui votent!-.
bonne soirée, Dranem et dans l'attente de ton nouveau texte!

·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Beaucoup de textes à lire en effet... il faudrait parfois faire une pose, lire en diagonale et prendre le temps d'écrire... quand aux pécheurs en eaux trouble, ils attendent qu'on morde à l’hameçon ( pour ceux qui pêchent à la traîne avec leurs chalutiers ) Bonne soirée Patrick
·
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Très savant et très original. Restons réaliste, il ne s'agit pas encore d'une invention à la Vinci, mais le récit est joliment tourné et surtout...Cohérent. +5
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci de votre passage!
·
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Tout mon soutien
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci de ton nouveau passage.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations, Patrick ! Heureux de découvrir cette imagination débordante ! Mes voix ! Une invitation à venir jouir du parfum et de la lumière de mon haïku, “Éclats de lumière”, qui est en Finale pour le Grand Prix Printemps 2019 ! Merci d’avance et bonne journée !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/eclats-de-lumiere
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci
Image de Eddy Bonin
Eddy Bonin · il y a
Salut Patrick. De retour pour soutenir une nouvelle fois ce grand attracteur en finale ! +5 et mes doigts croisés ;-)
De mon côté, "Hôtel du palais" est également en finale, du concours Nouvelles. Si tu veux renouveler ton vote, c'est toujours par là : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/hotel-du-palais
A bientôt :-)

·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci d'un deuxième passage attractif alors même que nous devrions déjà être disloqués vu ma fin!
·
Image de Beline
Beline · il y a
Quelle imagination débordante ! Ce bébé surdoué qui finit par grandir est terrifiant. Bravo pour cette histoire et bonne chance pour la finale !
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci de votre passage en attraction!
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
De retour pour confirmer ...
·
Image de Eliza
Eliza · il y a
Mon soutien renouvelé Patrick !
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci de votre nouveau passage!
·
Image de André Page
André Page · il y a
Bonne finale, Patrick :)
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci de votre passage attractif!
·
Image de Angel
Angel · il y a
Bonne finale.
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci de votre passage.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur