Le goût de la porte...

il y a
2 min
168
lectures
131
Qualifié

L'écriture permet de me faire délivrer de sentiments, émotions, états d'âmes que je ne pourrais expliquer oralement. En versant une tonne de lettres, je me sens plus libre. Comme si ma vision su  [+]

Image de 2019
Image de Très très court
-Et voilà les clés sont à vous nous annonça l'ancien propriétaire de la maison.
Cela faisait longtemps que je rêvais d'une chambre seule sans ma petite sœur Lilia. Maintenant dans cette grande maison où nous avons déjà tout installé j'ai enfin ma chambre.
Mon père ouvre la porte de notre première maison avec un air joyeux tandis que l'ancien propriétaire me sourit avec un sourire légèrement forcé.
-Vous savez, il y a une chose que je ne vous ai pas dit, informe l'ancien propriétaire.
Cette maison faisait partie de ma famille d'héritage en héritage. De générations en générations nos aînés nous préciser une petite information...
Le regard de mon père était beaucoup moins joyeux tandis que celui de ma mère viré à la peur.
-Suivez-moi dans le jardin.
Une fois arrivé dans le jardin, l'homme désigna une porte. Celle-ci était en bois pourri et moisie par le temps. On aurait dit qu'elle était l'âme de la maison.
Même les arbres étaient recourbes en sa direction comme s'il s'agenouilaient. Elle me faisait peur. En lisant l'expression de mon visage l'homme repris :
-Il n'y a rien de grave rassurez-vous. Nous savons juste qu'il ne faut jamais ouvrir cette porte et s'en éloignés au maximum.
-S'en éloignés au maximum ? ! Repris ma mère avec de la peur.
Heureusement que Lilia dormait dans sa poussette car à chaque fois qu'elle voyait ma mère s'inquiétait elle commençait à pleurer.

Pendant une dizaine de minutes, l'ancien propriétaire de la grande maison ainsi que mon père tenter de rassurer ma mère. Une fois que l'ambiance pesante s'était dissimulée, nous sommes tous rentrer dans le salon au chaud. Le jeune homme nous lança un dernier regard sortit de la maison, puis, sur le perron se retourna, pour me dévisager avec son profond regard sombre. Il sourit trop pour que cela soit sincère puis ferma la porte et disparut aussi rapidement que son ombre.
Je savais tout au fond de mois qu'il ne vivait pas comme moi ni comme toi. Non, il avait une âme inhumaine...


Q-Joyeux anniversaire ! Souhaitaient les enfants en chœur. Aujourd'hui c'était l'anniversaire de ma petite sœur et pour l'occasion, mes parents avaient invités cinq de ses amis. J'avais pour ordre de toute la journée, de les surveiller et les occuper.
Le goûter venait de se terminer, et j'eus l'idée de les faire jouer et courir dans tous les sens au jardin.
-Venez, nous allons faire un cache-cache mais que dans le grand jardin.
Les enfants acquiescèrent ma proposition.
Une fois tous cachés un crit apparut. Un enfant hurlait derrière moi. Il venait de se passer quelque chose. En cherchant l'enfant, je m'aperçus que la porte qui était interdite d'accès était ouverte.
-Nonnnnnn !! Mon cri alerta les autres enfants qui me dévisageaient déjà et me rejoignaient en courant. Je leur dis de rentrer à la maison puis-je franchit le pas de la porte interdite.
En rentrant, je m'aperçus rapidement que le noir gorgé toute la pièce. Je ne savais pas où j'allais. J'étais totalement terrifié c'est alors que la porte se claqua derrière moi si brusquement que mes habits en ressentir l'intensité. Je ne savais que faire, j'étais tétanisé.
«Avance ou je te tue»
Je ne pouvais plus bouger mes membres étaient tétanisés.
«Avance immédiatement !»
Comment pouvait-il savoir que je n'avais pas avancé dans tous les noirs ?
Il fallait que j'écoute cette mystérieuse voix.
Plus je m'avançai et plus une odeur nauséabonde s'échappait du fond.
Un moment, je m'arrêta brusquement car quelque chose venait de me toucher la tête.
Tellement j'étais apeuré, je ne pouvais pas crier. Ma bouche était comme paralysée. Quelle était cette chose ? Une pensée qui me tétanisait me parcourus l'esprit :
Peut-être était-ce l'homme qui me parlait ?
Je me rassurait tant bien que mal lorsque la voix réapparut. Cette fois, elle était beaucoup plus proche que la dernière fois que je l'avais entendu.
«Ce qui ta touché sont les corps sans vie qui me serviront de repas. Ce sont les corps de ma famille, ou des personnes comme toi... Ce sont mes festins. Cette fois, s'en était trop. Je versai alors les dernières larmes de ma vie en m'apercevant petit à petit grâce à la lumière qui jaillit de nulle part que le visage de mon futur assassin m'aitté familier :
C'était l'ancien propriétaire !
131

Un petit mot pour l'auteur ? 22 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dranem
Dranem · il y a
Terrifiant !
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Histoire bien imaginée !
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
L'histoire est bien structurée et l'angoisse est bien diffusée par doses croissantes .
Bonne continuation .

Image de Laetitia Gand
Laetitia Gand · il y a
Le goût de la porte sent vraiment la mort je dirais. Bravo !! Cela fait froid dans le dos. Merci pour votre texte. mes votes d'encouragement. A bientôt vous lire et qui sait peut-être vous voir lire mes mots. J'ai aussi une porte qui inquiète la porte 669. Bonne soirée et bon week-end à vous. Laetitia :)
Image de Chateaubriante
Chateaubriante · il y a
bien imaginé
Mon soutien

Image de Piver
Piver · il y a
Bravo mis à part les coquilles dans le texte... On a vraiment envie de découvrir ce qu'il y a derrière cette porte tout en le redoutant.
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Mon soutien pour ce texte ! (Il faut se relire)
Image de JARON
JARON · il y a
Bonsoir Yasmine, une histoire bien construite et un suspense bien amené. L'idée de l'ancien propriétaire qui devient mangeurs de petits curieux est excellente. On ne souhaite pas être convié au repas de famille. Je ne reviens pas sur les fautes, tout a été dit, et on en fait tous, moi même, j'ai demandé à S.E d'en corriger la nuit d'halloween à 00h35. En tous cas , j'ai bien aimé. Mes voix avec plaisir. Si tu as un instant, viens donc faire la fête au château de Bran en Transylvanie, tu y seras bien reçue. En attendant, belle soirée/nuit. https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-chaeau-de-bran
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Dommage pour les fautes ( vous pouvez peut-être demander une correction à Short)
Pour l'histoire, avec ce suspens, elle est bien ficelée en bon polar fantastique. Mes voix !
Si vous avez le temps, je vous propose https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/trop-longue-nuit

Image de Epicurien78
Epicurien78 · il y a
Une idée intéressante dans cette histoire. Attention, à toutes ces fautes qui rendent la lecture difficile. C'est dommage parce qu'il y a de la matière.
J'espère que vous aimerez découvrir mes textes... :)