Le gala

il y a
4 min
68
lectures
13

Quand je ne me cache pas sous le pseudonyme de Madeleine, j'étudie la mécanique en école d'ingénieur. Forces, mouvements, procédés de fabrication, dessin technique évidemment mais aussi la  [+]

Une flamme tremblotante s'approcha. Elle vint lécher la mèche doucement, s'enroula autour, l'étreint. La chaleur la gagna et bientôt celle-ci s'embrasa. La petite flamme mère s'éloigna pour finalement disparaître.

Les miroirs et le sol lustré démultiplièrent la lumière à l'infini, se la renvoyant en des échanges sans fin. Les dorures, caressées aux passage du halo lumineux achevèrent de rehausser la somptuosité des peintures sombres du plafond.

Les invités arrivaient peu à peu, en tenue de bal. Robes élégantes, chemises et nœuds papillon se croisaient en différents groupes. Chacun épiant le voisin, admiratifs, jaloux, ou simplement heureux. Le bruit des conversations montait tranquillement donnant vie à la salle.

La foule était maintenant plus importante et les oreilles les plus fines auront saisi le discret coup de baguette provenant du fond de la salle.

Le maestro leva la main et la première note de piano, grave et appuyé, s'éleva dans l'air, bientôt accompagnée de deux autres, plus effacées. Le schéma se répéta quelques fois, s'installa, interpellant les invités avant l'arrivée des percussions et violons.

Les couples les plus hardis des convives s'avancèrent, tenant bien haut leurs mains nouées.

Edern, à l'écart, entouré de quelques amis faisait mine de s'intéresser à la conversation. Benedict et Eugène débattaient de l'usage de sillice dans les terreaux des jonquilles klaxon. Sujet intéressant pour ses trois doctorants en botanique mais qu'ils auraient tout lieu de discuter ailleurs, dans leur laboratoire en blouse blanche plutôt qu'ici, en tenue de soirée, au beau milieu du gala de l'école.

Edern balayait la salle du regard. Une robe rouge lui avait-elle écrit. La foule était assez serrée, c'était difficile. Il n'avait pas beaucoup de détails. Difficile de fouiller tout en restant discret. Il sondait la foule du regard, s'accrochant à chaque pan de tissu rouge qu'il entrevoyait, toujours sans succès.

« Edern ? Edern ! »

La voix d'Eugène le tira de ses recherches.

« Hein ? Oui, pardon, qu'est-ce qu'il y a ?

- Rien, tu semblais ailleurs. »

Le jeune homme sourit amicalement avant de répondre :

« Je me disais simplement que nous pourrions tenir cette conversation à un autre moment. Profitons de la soirée.

- Tu as raison, intervint Bénédicte. Allons prendre une coupe de champagne. »

Les trois jeunes gens partirent vers le buffet. Edern profitait de ce changement de point de vue pour continuer ses recherches. Une robe rouge... Il n'était qu'à quelques mètres du buffet quand il la vit. Une robe rouge foncée, assez sobre. Elle avait bouclé ses cheveux dorés à l'anglaise et riait, entourée d'un large groupe d'amis.

Arrivé près du buffet, Edern se saisit d'une coupe, tout en réfléchissant. Comment pourrait-il l'aborder ? Il aurait déjà du mal à s'éloigner d'Eugène et Bénédicte sans leur faire part de ses intentions, et une fois devant elle, il ne passerait pas inaperçu au vu du nombre de personnes qui l'accompagnait.

La valse se poursuivait, avait pris en puissance, la musique remplissait la salle, une vingtaine de couple évoluait sur la piste de danse. Edern restait là, hésitant, réfléchissant, surveillant Sophie du coin de l’œil en tentant d'élaborer un plan d'action, sirotant du bout des lèvres sa coupe.

S'il avait été plus attentif, il aurait remarqué le manège de ses amis. Ceux-ci, d'abord repartit dans une nouvelle conversation, s'étaient vite rendus compte du silence d'Edern. Discrètement il l'avait observé à leur tour, et n'avait pas tardé à comprendre ce qui se tramait.

Le poussant doucement du coude pour le sortir de sa torpeur, Bénédicte glissa :

« Elle est jolie, dis donc.

-Tu la connais ? » Renchérit Eugène.

Edern cligna des yeux, revenant brusquement sur Terre. Il regarda ses amis tour à tour, d'abord étonné puis comprenant. Rougissant, il expliqua :

« On s'est parlé deux, trois fois, mais on s'écrit surtout...

- Elle te plaît ? Demanda Bénédicte, avant de boire nonchalamment une gorgée de champagne.

- Plutôt oui », avoua Edern.

Et avant que ses amis n'aient le temps de le cuisiner davantage, il enchaîna.

« Mais je ne vois pas comment l'aborder. Vous voyez pas le monde qu'il y a autour d'elle ? »

Eugène haussa les épaules.

« C'est tout simple. Si tu la connais, va lui dire bonsoir, c'est de la pure politesse.

- Certes...

- Certes oui. Tu verras bien ce qui se passera après. » conclue Bénédicte.

Edern but une gorgée de champagne. Ça paraissait tout naturel. Il laissa ses amis et s'avança vers Sophie d'un pas décidé. Arrivé à sa hauteur, s'efforçant de paraître souriant et détendu, il se pencha un peu vers elle et lança un « Bonsoir ! » d'un ton un peu plus enjoué qu'il ne l'aurait souhaité.

Le sourire qu'elle lui rendit fut lui bien sincère. Elle le salua en retour avant de le présenter à ses amis :

« Edern, un doctorant en botanique. Il m'a aidé pour mon projet sur les potions de Verlisseman. »

Les politesses d'usage furent rapidement échangées et les discussions reprirent comme si de rien était. Le jeune homme se mêlait sans difficulté aux divers sujets de conversation et aux plaisanteries qui défilaient malgré son pouls légèrement accéléré.

Une vingtaine de minutes s'écoula ainsi, quand soudain un des convives, s'exclama :

« Bon, j'ai faim. Ça vous dit de se rapprocher du buffet ? »

Le groupe se mit en marche. Au milieu de la foule, il se divisa et Edern, restant près de Sophie, put profiter d'un peu plus d'intimité :

« Ta robe te va à ravir.

- Merci ! C'est gentil d'être venu avec nous ce soir. »

Il ne sut trop quoi répondre, bredouilla un « Il n'y a pas de quoi. » avant de boire une gorgée de sa coupe.

Ils arrivèrent près du buffet. Sophie attrapa un petit canapé rose sur un plateau proche avant de se tourner vers Edern en souriant.

« C'est la première fois que je peux venir au gala. C'est vraiment une chouette soirée.

- Oui, très belle soirée... Mais ça fait un moment que tu es à l'école. C'est ta troisième année, non ? Comment se fait-il que ce soit ton premier gala ?

Autour d'eux le gala se poursuivait. Les convives évoluaient dans la salle, dansaient, se séparaient, discutaient, allaient et venaient dans un mouvement régulier, accompagné de l'orchestre. A Doga avaient succédé Tchaïkowsky, puis Strauss, Shostakovich, Chopin. Les valses se suivaient, naissaient sous les doigts des musiciens, emplissaient la salle de leur douce mélodie entêtante.

Le piano monta dans les aigus, et, après un dernier accord, conclue le morceau. Au même instant, un silence s'intercalait dans la conversation d'Edern et Sophie. Le piano repartit sans attendre et joua les premières notes d'une valse de Sokoloff.

« Joli morceau » remarqua la jeune fille, mettant fin au silence.

« Voudrais-tu danser ? » interrogea son compagnon, lui présentant son bras.

Elle le saisit en souriant et ils s'avancèrent vers la piste de danse.
13

Un petit mot pour l'auteur ? 14 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Début d'une vraie relation ? :-) Heureusement que les amis sont là pour encourager certains timides qui, sans eux, laisseraient échapper leur chance... ;-)
Image de Samuel Lhâa
Samuel Lhâa · il y a
Très beau texte, je vote, j'invite ceux qui vous liront à partager un moment d'humour et de philosophie mélangé avec Vertigo
http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/vertigo

Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
La valse de la vie !
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Un texte très romantique, tout en douceur ☺
Image de Azerty
Azerty · il y a
Un très joli texte tout en subtilité et en douceur. La musique, les couleurs, les regards et les gestes, tout est visualisé derrière mes yeux ... Félicitations. A voté.
Image de Fantomette
Fantomette · il y a
Histoire pleine de romantisme, mon vote. Si cela vous dit, je suis en finale avec "Soleil de la saint Valentin", peut être à bientôt
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Une très jolie description des lumières et des ors de la fête pour dresser le décor de cette rencontre tout à fait romantique, je vote.
Et si vous le souhaitez, je vous invite sur ma page pour y découvrir, entre autres, " Majeure" et "Un bon plan . . .

Image de MadeleineK
MadeleineK · il y a
Merci, je passerai à l'occasion
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
"Un bon plan" est en finale ! Vous pouvez voter jusqu'au 13 février, si vous l'aimez . . . à bientôt !
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
On aimerait bien savoir pourquoi Sophie n'est jamais venue au gala... je m'attendais à une révélation !
Un récit bien rythmé. J'ai beaucoup aimé !

Image de MadeleineK
MadeleineK · il y a
Peut-être dans un prochain récit, merci de votre visite!
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Premiers pas de danse avec la promesse peut-être que la musique ne cesse jamais.
Image de Jean-Claude Renault
Jean-Claude Renault · il y a
Certains se comportent comme une bougie tremblotante qui éclaire leur attente.
Image de MadeleineK
MadeleineK · il y a
Dans l'espoir que cette lumière rassurante leur donne un jour l'assurance de se lancer dans la danse ! Merci de ton passage.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Ma narratrice

Stéphanie Aten

Je la voyais comme une journée maudite. De ces journées où le temps se prend continuellement les pieds dans le tapis, où l’espace est fait de murs dont la distance se réduit. Je ne suis pas... [+]