Le français loué

il y a
3 min
28
lectures
10

Ancien professeur de physique à l'université, je m'intéresse désormais à l'écriture d'essais hors champ scientifique sur le sens notre vie et à la pratique du piano classique  [+]

Déconfinement ? La sortie du tunnel enfin, mais quelle déconfiture ! Les Français seraient-ils déconfits ou des cons finis ? Etait-ce bien sérieux de jouer avec les mots, avec les maux. Et quand bien même la moutarde fut excellente, aurait-elle pu les sauver ? Car après tout, les cataplasmes avaient fait leur preuve pour les bronchiteux. Tant qu’à mourir, que ce soit de rire, sans postillonner évidemment. S’il n’y avait pas tous ces morts et ces drames humains, on pourrait donc sourire à en mourir. Et si j’ai bien compris, pensait Sidonie, la meilleure façon de me protéger du voisin sans masque filtrant unidirectionnel, c’est de lui coller le MIEN puis de l’approcher pour un ‘’french kiss ’’, pour le remercier. Sûr, Il sera obligé de tenir ses distances !
La dérision, ne peut-elle être un soulagement de la souffrance et du malheur ? Sidonie réfléchissait bien à cela ce matin, en se lavant les dents. Les malades eux-mêmes n’arrivent-ils pas à plaisanter avec leurs infirmières et les prisonniers avec leurs geôliers, pour peu que ceux-ci aient des paroles d’humanité, faisant entrevoir la sortie, l’espoir, la liberté ?
Sidonie en avait oublié ses jeunes élèves et leur angoisse de l’après. Pourtant, Mathilde, Léa et Simon, par pudeur ou honte ?, l’avait alertée, en dehors du collectif, des problèmes de leurs parents. La mère de Mathilde, séparée, était au chômage avant le confinement et était menacée d’expulsion. Sa seule chance aurait été que la pandémie perdure le plus longtemps possible ! Le Père de Simon avait vu ses commandes réduites à néant et ne pouvait plus rembourser son prêt immobilier. Quant à Léa, son père à la retraite, subsistait grâce à la location de trois petits studios. Mais les travailleurs immigrés qui les occupaient, avaient été incités à quitter la France in extremis pour cause de pandémie.
Cette dixième semaine de télé-enseignement s’annonçait donc difficile, au moins pour ces trois élèves. Courageusement, Sidonie aborda le sujet :

« Les enfants, le déconfinement approche, mais il restera, encore deux séances et nous aurons fini le programme. Je vous propose aujourd’hui de réfléchir à cette bizarrerie de notre langue » :

10. « Comment distinguer le propriétaire du locataire lorsque ces deux personnes vous disent au même moment je viens de louer un appartement ? »

Barthélémy, qui n’avait pas trop pris la parole, jusque-là, se manifesta :

« C’est facile madame, je pense qu’il suffit de les regarder. Le propriétaire est forcément beaucoup plus vieux et le locataire beaucoup plus jeune. »

« Mais non ! Le proprio a l’air beaucoup plus heureux et est beaucoup mieux habillé que le locataire », rétorqua Matthias.

Léa réagit :

« Ce n’est pas vrai. Mon père, est très négligé ; et il loue pas cher, justement, des appartements à de pauvres ouvriers qui eux trouvent quand même cela trop cher. Il y a beaucoup trop de dégradations dans l’immeuble très vétuste, et personne n’est vraiment heureux. »

Puis Mathilde :

« Maman va être expulsée ! Elle est jolie maman, et beaucoup mieux habillée que monsieur Judas. J’ai eu l’impression qu’il lui a demandé quelque chose pour lui permettre de rester un mois de plus. Maman est devenue rouge de colère et a refermé la porte. »

Sidonie réalisa qu’il fallait immédiatement reprendre le clavier et trouver la parade :

« Vos remarques sont différentes, très justes mais un peu simples. Il ne faut pas caricaturer. Un propriétaire peut être jeune et mal habillé. Le père de Mathilde me semble honnête et généreux. L’idéal serait que nous soyons tous des citoyens respectueux des biens privés ou collectifs. On a vu aussi des propriétaires tomber amoureux-se de leurs locataires et finalement se marier. »

Mais Pierre, son meilleur élève, intervint :

« Mais, Madame, les premiers hommes, dans une nature hostile mais néanmoins stimulante, partageaient leur habitat, leurs grottes. De nos jours, il reste les Indiens dans les réserves, des tribus africaines, les Mongols et enfin les Esquimaux et les Inuits. Pourquoi n‘a t-on pas continué ainsi ? »

« Pierre, tu as parfaitement raison, oui pourquoi ? Toutes les tentatives collectivistes de partage de l’habitat urbain ont échoué. Avec le faux prétexte que seul le propriétaire entretient son bien et que tout ce qui est collectif se dégrade. Ceci est faux, l’homme quand il est entouré de ce qui est beau et utile ne le dégrade pas. On le voit bien avec les monuments, les églises, les jardins, les musées, les hôpitaux. Personne n’a vraiment envie, à part quelques fous, de détruire le patrimoine collectif. C’est bien cette société du profit qui a voulu séparer les hommes pour que, envieux les uns des autres, ils soient plus productifs. Maintenant tout reste possible. On pourrait parfaitement imaginer une société de partage où il n’y ait ni propriétaire ni locataire. Les différences entre les êtres se faisant non pas en fonction de ce qu’ils possèdent, mais de ce qu’ils sont et font pour la collectivité. Réfléchissez bien à cela pour demain.»

Solarius ne put s’empêcher de communiquer avec l’ange.

« Ecoute moi ! Sidonie est sur la planète Utopia. Les premiers terriens qui ont été sur la lune y ont planté leur drapeau national et ont vendu ses cailloux à prix d’or. La guerre des étoiles a commencé. On ne trouvera jamais, dans le cosmos habité, un locataire qui loue son propriétaire, ni un propriétaire qui loue son locataire. Ce n’est pas difficile à comprendre par Jupiter ! »

Le chérubin :

« Tonnerre de Zeus, tu me fatigues Solarius, tu me fatigues ! Toutes les églises sont en accès libre, et tout homme en détresse peut s’y réfugier et y méditer. C’est comme cela dans l’au-delà, il n’y a plus de distinction entre les uns et les autres.
Evidemment il faut d’abord louer notre seigneur si nous voulons qu’il nous loue son paradis. Alors nous pourrons dire enfin Dieu soit loué !

Et je m’y rends à tire d’ailes, à bientôt!
10
10

Un petit mot pour l'auteur ? 13 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Ce n'est malheureusement pas demain la veille qu'un monde de partage verra le jour, mais on peut toujours rêver. La chute de votre texte me fait penser à l'un de mes poèmes publié ici il y a plusieurs années. Si le coeur vous en dit : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/dieu-soit-loue-1
Image de Dieudonné Ndayizeye
Dieudonné Ndayizeye · il y a
Le texte m'inspire trop. Merci ! Par ailleurs je vous invite à jeter un coup d'œil à Mon œuvre et voter pour m'encourager d'avancer dans ma carrière littéraire.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/zeze-lhomme-a-limage-dun-marie-1

Image de Martine-MARIE marie
Martine-MARIE marie · il y a
CE texte aurait pu se définir aussi comme : Envie de voyager à Utopia...
Image de Cristo
Cristo · il y a
Merci beaucoup de votre lecture assidue
Image de DEBA WANDJI
DEBA WANDJI · il y a
À vous lire on a vite l'envie de revenir à son enfance pour profiter de ces bon moment de lectures avant le couché. Très beau aléchant ce texte.
Vous avez ma voix et je vous invite à découvrir mon texte en course pour le prix jeunes auteurs https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/etoile-perdue-2
N'hésitez pas de laisser vos impressions en commentaries. Merci!

Image de Cristo
Cristo · il y a
merci beaucoup
je vais lire votre texte

Image de Arnaud-Christ EKONE
Arnaud-Christ EKONE · il y a
Cristo Il y'a de la percutance dans Les mots employés dans ce texte et une certaine maîtrise des nuances linguistiques, bravo.
J'aime.


Je te convie à me lire dans «les cieux, la cime et la prairie» et de me donner ton avis.
N'hésites pas de laisser des voix si jamais je t'ai transporté dans le flot de ma fable.

Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Encore un bon texte
Formidable cette série

Image de Cristo
Cristo · il y a
merci beaucoup de votre fidèlité de lectrice
Image de Randolph
Randolph · il y a
Je me régale ! Entre autres, cette question sur "propriétaire/locataire", excellent !
Pour éviter de donner une impression de racolage, je vais utiliser ce subterfuge: Cristo, vous qui maîtrisez la langue française, auriez-vous la bonté de lire "La bulle et la carapace" afin de relever quelque erreur de grammaire, de syntaxe, ou même d'orthographe ?

Image de Stéphane Sogsine
Stéphane Sogsine · il y a
Mes quelques louanges ne sont pas en location... Je vous les offre
Image de Cristo
Cristo · il y a
Merci beaucoup de votre fidèlité à cette série et votre humour. La fin approche ...
Image de KARIMOU Inas
KARIMOU Inas · il y a
Ha ha!
J'ai lu toutes les nuances du français, et j'y ai beaucoup beaucoup gagné.
Merci pour le partage, merci pour les plus que vous me faites acquérir. C'est évident qu'ils me seront utiles dans mes futures rédactions.
En attendant, je vous invite à me lire, et j'espère que mon texte vous transmettra toutes ses émotions.
Bisous. 😘

Vous aimerez aussi !