Le fils du père fouettard

il y a
3 min
17 406
lectures
54
Qualifié

Bonjour, Je me présente...Moi, c'est JD alias JiJinou. J'aime tout...Et, son contraire! Je vais, je viens, je vis et j'écris pour le plaisi  [+]

Image de Hiver 2021

Ce n’était pas toujours facile d’être le fils d’un super méchant ! Jean-Balthazar en savait quelque chose !
Décembre, le mois le plus chargé de l’année, approchait à grands pas. Son père, abominable barbu tout de noir vêtu, devait effrayer les enfants qui n’avaient pas été sages pendant l’année. Emmitouflé dans sa bure maléfique à large capuche, le père Fouettard fit claquer son fouet. D’une voix caverneuse, il lui dit :
— Tu sais fiston, ce n’est pas un jeu ! Ce que je fais est vraiment important ! Ces petits monstres doivent comprendre que les cadeaux distribués par ce diable de père Noël se méritent !
— Mais ce n’est pas à nous, les Fouettards, de punir tous les garnements du monde ! Les parents, c’est fait pour ça !
Le père Fouettard lui jeta un regard noir. Jean-Balthazar se recroquevilla sur lui-même. Farfelu et hyperactif, JB n’était jamais à l’abri d’un coup de fouet qui trainait. Depuis son entrée à l’école des fouettards, il enchaînait les bêtises provoquant la fureur de son père. La semaine dernière, il s’était faufilé dans le vestiaire des professeurs pour peindre en rose toutes les fausses barbes noires portées lors des cérémonies Fouettards. Lorsque son père, directeur de l’école, vit son postiche sacré recouvert de cette horrible couleur, il laissa éclater sa colère :
— JEAN-BALTHAZAR, dans mon bureau, tout de suite !
Il caressait son fouet, un méchant sourire aux lèvres. Tous les élèves s’étaient regroupés pour assister au spectacle qui s’annonçait d’une cruauté sans nom. Jean-Balthazar avança tête baissée. La porte se referma violemment sur lui. Tremblant de peur, il bafouilla quelques excuses :
— Pardon, papa ! Mais ce n’était pas méchant. Je n’ai pas pu m’en empêcher. Et puis, je n’ai utilisé que de la peinture à l’eau qui s’enlève facilement !
— Tu n’es pas sans savoir que le rose est une couleur interdite chez les Fouettards ! Où l’as-tu trouvée ?

***

Quinze jours plus tôt…
Avec son ami Barbas, ils avaient eu l’idée d’emprunter un pot de peinture rose à l’école des lutins. Ils étaient presque arrivés quand une fillette blonde au regard malicieux, perchée sur la branche d’un sapin centenaire, les aperçut. Aussi agile qu’un singe, elle surgit de nulle part en hurlant :
— Qu’est-ce que vous faites ici ? Vous n’avez pas le droit !
L’étrange fillette s’approcha un peu plus près des deux garçons. Bien plus grande qu’eux, elle les regardait amusée. Jean-Balthazar était très impressionné par son courage. Intrigué, il la bombarda de questions :
— Tu es la fille du père Noël ? Où est-il en ce moment ? T’as perdu ta langue ou quoi ?
Son silence l’agaçait. Elle se prenait pour qui ? Depuis toujours, tous les enfants parlaient du père Noël et de ses merveilleux lutins. Papa Noël par-ci, papa Noël par-là ! Et, son père, alors ! Il comptait pour du beurre… Elle allait regretter d’être du côté des gentils qui lui gâchaient la vie !
— Noëlle ? Tu t’appelles Noëlle ? C’est marqué sur ta salopette de mère Noël ! Pas très original comme prénom ! Pourquoi tu nous cries dessus comme ça !
— J’avais envie de savoir pourquoi des Fouettards prenaient le risque de venir ici !
Elle éclata de rire lorsque Barbas lui expliqua la raison de leur intrusion en territoire ennemi.
— Si je vous donne un pot de peinture rose flashy, vous m’amenez avec vous ! Je veux voir le spectacle !
JB sourit. Il avait trouvé une nouvelle partenaire de jeu bien plus maligne et coquine que lui ! Noëlle rajusta son bonnet et leur montra le chemin le plus discret.

***

Toujours enfermé dans son bureau, le père Fouettard n’en démordait pas. Il fallait que Jean-Balthazar retienne la leçon :
— En tant que directeur de cette école, je te demande de rassembler tes affaires et de partir. Tu n’es plus digne de devenir Fouettard !
Deux larmes microscopiques apparurent aux bords de ses yeux. Jean-Balthazar restait immobile, honteux de ce qu’il avait fait.
Noëlle avait tout entendu. Elle sortit de sa cachette et posa le pot de peinture rose face au père Fouettard. La fillette lui avoua sans attendre :
— C’est moi ! J’ai peint toutes les barbes des fouettards ! JB n’y est pour rien ! Je m’en excuse, Monsieur Fouettard. Je vais tout nettoyer.
Barbas entra en trombe. Sans hésiter une seconde, il se désigna, lui aussi, comme le coupable. Jean-Balthazar avait décidément de très bons amis qui le soutenaient envers et contre tout. Il les remercia et reconnut qu’il était le seul responsable de cette grosse bêtise. Les trois amis s’excusèrent en promettant de ne plus jamais recommencer.
Le père Fouettard, qui jusqu’ici avait gardé le silence, leur ordonna de s’asseoir :
— Les Fouettards, les lutins, la famille Noël, notre famille, nous avons tous un rôle important à tenir en ces fêtes de Noël. Je compte sur vous pour nous aider. Maintenant, oust ! oust ! Je ne veux plus vous voir !
La porte du bureau s’ouvrit enfin. Toute l’école retenait son souffle.
L’illusion était parfaite. Jean-Balthazar boitait en se tenant la jambe. Son costume était déchiré à plusieurs endroits. Barbas et Noëlle, apeurés, s’enfuirent.
Les écoliers Fouettards savaient maintenant qu’il ne fallait pas défier l’autorité de Monsieur le Directeur sous peine d’avoir une sévère punition !

Être le père d’un enfant Fouettard n’était pas chose facile ! Jean-Balthazar le concédait volontiers.
Il fit de son mieux pour devenir un garçon sage et travailleur. Mais, il lui arrivait parfois de déraper… Avec Noëlle et Barbas, ils se retrouvaient en cachette pour fabriquer des boites à ressorts avec de fausses araignées aux pattes rose bonbon, des chauves-souris aux ailes fuchsia, des pangolins armés d’écailles multicolores… L’imagination des trois amis était sans limites ! Ils inventèrent des centaines de petits cadeaux bizarres qu’ils glissèrent dans la hotte du père Noël. Effrayants ou amusants, ces objets farceurs avaient maintenant toutes leurs places sous le sapin, le soir de Noël.

54

Un petit mot pour l'auteur ? 62 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de JD Valentine
JD Valentine  Commentaire de l'auteur · il y a
Si le coeur vous en dit... Sur mon profil, les enfants peuvent aller colorier les drôles d'animaux du "Cabinet de curiosités Noël-Fouettards".
Image de Arsene Eloga
Arsene Eloga · il y a
Très beau texte.
Merci

Image de Nina Rose
Nina Rose · il y a
Belle histoire
Image de JD Valentine
JD Valentine · il y a
Merci. Ça me touche beaucoup Nina Rose.🌹
Image de Armelle FAKIRIAN
Armelle FAKIRIAN · il y a
génial ce drôle de conte de Noël . Ca me fait penser à la chanson de Dutronc ... ; )
Image de Etienne Mutabazi
Etienne Mutabazi · il y a
très belle et authentique votre histoire
Image de Julien Gabriel
Julien Gabriel · il y a
Crocro bien 👍🏼👍🏼
Image de JAC B
JAC B · il y a
C'est une histoire drôle et originale pour un noël pas du tout conventionnel (!!) Merci JD Valentine.
Image de Kolgard Sino
Kolgard Sino · il y a
Quel univers ! Belle idée la famille Noël-Fouettard ! Et l'écriture porte un ton qui rend la lecture énergique et agréable. Très bon texte, bravo !! ^^
Image de JD Valentine
JD Valentine · il y a
Un grand merci d'être passé.

Vous aimerez aussi !