Le fardeau de la liberté

il y a
2 min
33
lectures
1

29 ans, écrit de tout, à partir de rien  [+]

Je suis consciente que je suis célèbre et qu'il n'y a rien à faire... Mais pitié ! Aidez-moi quand même !

Franchement, l’Amérique pourrait se passer de moi. Personne ne se met à ma place, personne...

Plus de cent vingt-huit ans à souffrir le martyre pour des millions de gens que je ne connais même pas. J'ai besoin de vacances aussi. Personne ne s'en rend compte ou c'est que vraiment tout le monde s'en fiche ?

Le pire, c'est qu'on ne m'a rien demandé quand on m'a placé à plus de quatre-vingt-dix mètres du sol. J'ai le vertige mais ce n'est qu'un détail... Cent vingt-huit ans que je tends ce bras droit, je vous raconte pas comme je souffre...

Au moins, je me dis que j'ai échappé au bonnet phrygien. Ça aurait été la goutte d'eau qui débordait de la coupelle...

Ma robe est tellement ample que je ne supporte plus l'hiver. Restez tout un hiver uniquement vêtu d'une robe virevoltant au gré du vent sans pouvoir bouger le petit doigt et ce, cent vingt-huit fois sans broncher ! Vous m'en direz des nouvelles !

On me met tellement de pression sur les épaules que j'en deviens folle...

Je tiens une tablette avec mon bras gauche que je dois garder et protéger contre mon corps. Et je n'ai pas le droit de la regarder de temps en temps ? On pourrait au moins me laisser la lire ! Que j'aimais lire, avant... On devrait au moins m'autoriser à graver quelques écritures selon mon envie, histoire de faire passer le temps.

Non ! Mes patrons sont impitoyables !

Ne parlons pas de cette couronne que je porte.

D'une part, je ne peux pas la voir non plus mais s'il n'y avait que ça...

Ces sept piques commencent à s'enfoncer dans mon crâne après cent vingt-huit ans de bons et loyaux services. Je m'en suis plains quelques fois mais tout le monde a fait la sourde oreille.

Tout ça pour vous dire qu'à ce stade, je m'en contre-fiche que le haut de ma tête symbolise les sept continents ou les sept océans.

Quels continents ? Quels océans ?

Je ne suis que le symbole de notions que je ne connais absolument pas.

Je n'ai pas bougé d'un iota depuis qu'on m'a placé là. A part ça, j'ai une vue sur l'Océan Atlantique. C'est bien en théorie mais en cent vingt-huit ans, cette vue je la connais par cœur.

Et qu'en est-il de la liberté ? Je me sens libre à votre avis ?

Ce que j'aimerais, ce serait les parcourir, ces sept océans. Voir du pays. Profiter de ma célébrité pour faire le bien à travers le monde entier. Ce n'est pas en faisant la statue que je vais changer quoique ce soit... Un peu de réalisme ne ferait pas de mal à certains.

Détrompez-vous, j'étais fière de jouer le rôle d'un symbole figé !

A l'époque, j'étais persuadée que ça faisait son petit effet sur les gens.

Mais depuis 2001, j'ai la peur au ventre de rester là sans bouger et ma condition se dégrade comme je disais tout à l'heure... Comme tout le monde, j'ai envie de profiter de la vie tant qu'elle dure. J'ai cent vingt-huit ans et je n'ai rien vu, rien accompli.

Dites-moi ! Qu'auriez-vous fait à ma place ?
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 3 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Marguerite A
Marguerite A · il y a
J'ai compris qui s'est : c'est la statue de la liberté qui commence sérieusement à s'ennuyer. Ca me rappelle le roman d'Edouard ESTAUNIE "Les choses voient" (sur Amazon).
Image de Dada Carrière
Dada Carrière · il y a
Que j'ai aimé me mettre dans la peau de Lady Liberty, en effet ! :3 "Les choses voient", je ne connais pas, j'irai bien y faire un tour par curiosité, merci du tuyau ! :)
Image de Marguerite A
Marguerite A · il y a
Si vous l'avez acheté, que pensez-vous du Livre "Les choses voient" d'Edouard ESTAUNIE ? Moi j'ai aimé, je l'ai trouvé terriblement romantique.