Le distributeur automatique

il y a
2 min
380
lectures
16
Qualifié

Hello ! Quand on lit un bon texte, on n'a pas forcément besoin de connaître l'auteur... Mais si vous y tenez, voici des infos me concernant : - Faux introverti - Déjà quinqua - Short writer et  [+]

Image de Automne 2013
« La paix sans limites »
« Le repos auquel vous aspirez depuis toujours »
« Service non-stop »
« Dernière technologie laser »
« S.D.F., malades, chômeurs bienvenus »

Tels étaient les slogans qui dansaient en écharpes d’argent lumineuses au-dessus du gros distributeur automatique violet installé en face du parking, entre une porte de garage au volet métallique rouillé et un long mur de planches recouvert de lambeaux d’affiches décolorées.
Dans le quartier désert, abandonné par les véhicules, la lumière, les pigeons et les chiens et chats errants, avec ses clignotements de néon et ses couleurs vives, il était la seule chose qui bougeait, donnait l’illusion de la vie...
Cependant toutes les vingt minutes, ou presque, avec une régularité de métronome, une ombre apparaissait à l’extrémité de la rue, remontait le trottoir, s’approchait du lourd appareil... Une ombre humaine, mais on aurait été bien en peine de dire à qui elle appartenait : un homme, une femme, ou un de ces adolescents prématurément grossis et vieillis dont regorgeait la cité noyée de brouillard bas, de mauvaises odeurs et de toutes sortes d'émanations vénéneuses.

Une ombre qui était toujours la même.
Grise, lente, tassée sur elle-même, sans forme ni contour défini, semblable à un sac poubelle de plastique noir débordant de toute part ou à une vieille outre monstrueuse.

Une ombre qui avait toujours les mêmes gestes.

Lorsque, enfin, elle s’immobilisait devant le distributeur, tanguant imperceptiblement en arrière, mal assurée sur ses jambes, l’ombre tendait le cou, avançait la tête en direction de l’écran bleuté, qui semblait rempli avec de l’eau puisée dans un lagon. Elle ouvrait et fermait les yeux d’un air groggy en s’efforçant de suivre les poissons blancs qui nageaient au travers : des mots et des chiffres de cristal liquide qui formaient des messages, donnaient une marche à suivre, des instructions...
Les messages complétaient les slogans qui s’entrecroisaient au-dessus de la machine et mettaient l’eau à la bouche des ombres. Ils disaient :

« Garanti instantané et sans douleur »
« Propreté absolue du laser : aucune trace ni résidu »
« Ni stress ni peine »
« Dignité totale »
« Le grand saut dans le calme, dès que vous l’avez décidé »
« Quelques eurodollars seulement »

L’ombre demeurait de longs instants interdite devant ces mots, comme éblouie... Avançant un doigt timide, gauche, en direction du clavier, elle pressait une touche de couleur verte.
ON.

D’abord, trop vite pour qu’elle réussisse à les lire intégralement, défilaient des avertissements légaux et mises en garde, comme :

« Interdit aux mineurs et femmes enceintes »
« Policiers, militaires : glissez le visa de la hiérarchie dans la fente »
« Détenteurs d’emploi, chargés de famille, personnel spatial navigant, plongeurs orbitaux : autorisation requise, nous consulter »

Puis, sous forme de brèves questions, venaient des conseils et recommandations pratiques :

« Tout prévu ? »
« Songé à prévenir votre famille ? »
« Quelles conséquences pour elle ? »
« Croyants, croyantes : en règle avec votre religion ? »

La formule « Veuillez payer maintenant » apparaissait en caractères gras dans la foulée, flanquée du prix réclamé : 11,50 Eurodollars.

« Bravo et félicitations. Nous saluons votre choix. Tenez vous prêt. »

Alors s’égrenaient une série d’instructions, les dernières :

« Tapez votre nom au bas de la décharge ci-dessous (formalité indispensable pour dégager la responsabilité de la compagnie). Veuillez vous positionner devant la fenêtre orange située à gauche de l’écran, bras le long du corps.
Laissez-vous porter par la musique spécialement composée pour vous par le groupe Neural Tranxxx Mother / NTM, le groupe mythique venu de Beta Yukon, la ville-planète.
Pour valider, avancez un pied et pressez la pédale rouge.
IGNITION. »

Juste avant de s’évanouir sur place, désintégrées en un petit nuage de vapeur brûlante par le doigt blanc aveuglant jailli du cœur incandescent de la machine, les ombres emportaient une ultime vision.
Encore des mots, imprimés en caractères rouges lumineux pour trouer l’épais brouillard à travers lequel elles disparaissaient déjà :
« Hilife Services Unlimited / Distributeurs automatiques tous modèles. »

16

Un petit mot pour l'auteur ? 8 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Isadora90 V
Isadora90 V · il y a
j'adore !!! il fallait y penser ...
Image de Brigael Gabriel
Brigael Gabriel · il y a
... Vous avez réveillé Short Edition. Un sacré bout de temps depuis la dernière fois. Merci d'avoir aimé. Vous pouvez aujourd'hui me retrouver sur MonBestSeller.com (textes : Quatre gladiateurs/les messages du ciel/Granville et l'odyssée- nouvelles et courts romans)
Image de Isadora90 V
Isadora90 V · il y a
ok j'irai y faire un tour merci :-)
Image de Zaz Chalumeau
Zaz Chalumeau · il y a
suis pas fan de science-fiction, mais c'est bien écrit, alors j'aime quand même.
Image de Olivier Gabriel
Olivier Gabriel · il y a
Célia, tu travailles à Aucun Intérêt? J'aimerais aussi y basser : comment on fait?
Image de Claire Jaeckel
Claire Jaeckel · il y a
Faut connaître du monde pour y rentrer...
Image de Nathalie Saenko
Nathalie Saenko · il y a
Terrible!
Image de Olivier Gabriel
Olivier Gabriel · il y a
merci d'avoir aimé (même terriblement)

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Papy

Vin Yl

Rien ne mord. Des heures que nous sommes ici et rien ne mord. Le temps est pourtant clément, d'un bleu infini qui s'étend sous nos yeux, sur l'océan comme dans le ciel. Ce miroir idyllique est la... [+]

Très très courts

La conscience

Anaïs

Hugo lâcha le pèle-patates dans un gémissement de douleur. Il s’était encore coupé avec cet instrument insupportable. Et pourquoi sa compagne Émilie n’était-elle toujours pas rentrée de... [+]