4
min

Le dictionnaire de Lisa

Image de Mome de Meuse

Mome de Meuse

257 lectures

252

L’après-midi d’avril s’étirait dans une douce torpeur, à peine si on écoutait l’exposé assommant que débitaient Noémie et Arthur ; même mademoiselle Fremiret semblait s’ennuyer. Les élèves de quatrième fixaient la pendule murale pour mesurer le temps qui leur restait avant de claquer cahiers et livres. C’était un printemps pétillant et cette jeune harde d’adolescents avait hâte d’en goûter les promesses.

Tournée vers la fenêtre, Lisa griffonnait de petites fleurs en bouquets sur sa copie quand c’était arrivé. Brutal ! Un coup de couteau dans le ventre. Ca lui avait coupé le souffle. Elle venait d’être transpercée par une douleur aussi fulgurante que brève.

Alarmée, les yeux fermés, elle demeura immobile. Guettant une nouvelle attaque. Mais non, plus rien. La douleur s’était élargie en ondes frissonnantes avant de disparaître.

Quand la sonnerie libéra toute la classe, Lisa resta assise. Elle attendit que la salle fût vide puis se leva avec lenteur. Elle se dirigea vers les toilettes. Une tache de sang souillait le fond de sa culotte. Voilà, elle ne s’était pas trompée : elle avait traversé l’enfance ; elle venait d’entrer dans le monde des femmes.


A la maison, sa mère la serra dans ses bras en apprenant la nouvelle. Elle avait les larmes aux yeux, elle caressait les cheveux de sa fille en répétant : « Ma petite fille est devenue grande... Ma petite fille est devenue une femme. »
Lisa, qui était une jeune-fille solide, apaisa sa mère, fit cesser ses mantras et déclara qu’elle avait juste besoin de rester un peu seule pour réfléchir à tout ça. C’était tout de même une rude traversée qui venait de se faire en elle.
Le soir même, elle entendit sa mère qui téléphonait à Grand-Mamie pour lui annoncer la nouvelle : « Notre Lisa a ses règles, à présent. »
Ses règles ! Lisa tiqua mais ne dit rien.


-Tout va bien, ma Puce ? Tu n’as pas trop mal ? Je peux te donner un peu d’aspirine, si tu veux ?
- Ca va, maman, merci. C’est la vie, non ? Tu m’as toujours dit que toute croissance est douloureuse. Donc... je grandis, c’est tout.
-A propos de croissance, ma Puce, on devrait peut-être t’acheter un ou deux soutien-gorge...
Un soutien-gorge ! Lisa tiqua encore, mais ne dit rien.


Dans la boutique, la vendeuse, volubile mais désirant bien faire, interrogea Lisa sur ce qu’elle voulait... Du coton ? De la couleur ? Des armatures ?
-Des armatures ! Cette fois, Lisa se cabra.
Sa mère intervint gentiment et choix et paquet furent vite faits.


Mais à peine sur le trottoir, Lisa explosa :
-Mais qu’est-ce que c’est moche !
-Quoi donc, ma puce ? Ils sont adorables ces petits soutien-gorge... Non ?
-Je ne parle pas de l’objet maman, je parle du mot. Mais que c’est moche ! ‘Soutien’ – ‘gorge’... Ca pèse, ça plombe ! D’ailleurs, ça ne veut rien dire. La gorge ce n’est pas, anatomiquement parlant, situé à cet endroit ! J’appelle ça un non-sens. Et alors, avec ‘ar-ma-tu-re’ ! C’est le comble ! On se croirait dans une salle d’armes, ça ferraille, ça écorche les oreilles...
- Tant que ça n’écorche pas la peau ! lança sa mère pour désamorcer la colère qu’elle sentait bouillonner chez sa fille.
- Mais qui est-ce qui m’a inventé des mots aussi moches !
-Tu pourras toujours te rabattre sur le mot : Poitrine...
-Oh ! Pitié, maman ! C’est encore pire. Ca me fait penser à une pièce de viande. Je n’ai pas envie d’être un morceau de boucherie...


Le week-end suivant Grand-Mamie tint Lisa devant elle en la regardant fièrement et affirma : « Ainsi, te voilà réglée ! C’est un grand jour !
-Un grand jour, peut-être mais si on pouvait le dire autrement, ça serait bien, non ? ‘Les règles’ ! ‘Réglée’ ! J’ai l’impression d’être du papier millimétré, ou bien un recueil grammatical... C’est pauvre, c’est étriqué... Rien à voir avec l’événement.
-Autrefois, ton arrière-grand-mère disait pudiquement, lorsqu’elle se trouvait indisposée qu’elle avait la visite de ‘la tante Rose’.
-La tante Rose ? Au fond, c’était plus joli. Mais « indisposée » : encore une drôle de tournure, non ?
- Tu n’as pas tort, mais, au fond, qu’est-ce que ça change, ma Puce, un mot ou un autre puisqu’on sait de quoi on parle...

Lisa faillit s’étrangler en entendant ça !
-Qu’est-ce que ça change, maman ? Mais tout ! Les mots ne sont pas une simple monnaie de communication. Les mots sont des boîtes à images. Ils sont laids ou beaux, ils sont colorés ou ternes et tout ça impressionne la réalité, métamorphose la vie.

- Eh bien, tu devrais en parler à l’Académie, peut-être ses illustres représentants pourraient-ils envisager d’arranger les choses... rétorqua sa mère un peu vexée de la remontrance de Lisa.
- C’est que j’y songe sérieusement, figure-toi.
-A t’adresser à l’Académie ?
- Sûrement pas ! S’ils avaient saisi le problème, il y a longtemps qu’ils l’auraient résolu non ? Je songe à remédier moi-même à la chose. Je vais inventer une fabrique de mots sur-mesure pour nous les filles, une profusion de pépites pour femme...

Il était hors de question pour Lisa de se contenter de ces laideurs-là ! Comment sa mère, et la mère de sa mère, de génération en génération, avaient-elles pu accepter un vocabulaire pareil ?
Sûr, il fallait mettre fin à ces lourdeurs, balayer ces étouffe-féminité.


L’idée fit son chemin dans l’esprit de la jeune-fille, s’étoffa, se déploya...jusqu’à devenir un vrai grand projet.

Elle allait inventer le dictionnaire ‘Vital de la Féminité’. Les mots seraient des joyaux ou des rêves, des cris ou des chants. On pourrait les presser sur la langue pour les savourer, les lâcher en bulles irisées, les jeter en ricochets, on pourrait les heurter, les briser. Quand on emploierait un mot, on trouverait à l’intérieur tout ce qu’il devait offrir d’immensité, d’élans ou d’âpreté. On quitterait l’enfance, en Infante ; on entrerait dans le royaume de la femme, parée de la pourpre de la vie.


Pour commencer, Lisa décida de dresser la liste de tous ces mots mal fagotés qui lui tombaient dessus. Elle aligna: pubère et puberté ; règles ; poitrine ; soutien-gorge - à armatures !- ; indisposition... Sans compter : grossesse ; accouchement ; menstrues et compagnie.

A côté de sa liste qu’elle nomma : ‘Le Rebut’, elle collecta les mots aux belles sonorités, aux images qui enlumineraient la vie des filles.
Elle voulait des échos, des silences et des cascades, des bruissements et des fracas. Des palettes puissantes, des transparences et des bigarrures... Mais, attention, pas de guimauve, pas de niaiseries.

Lisa, pleine d’une fièvre joyeuse entassait les mots, elle en créerait de nouveaux si c’était nécessaire. La fille-femme serait fée et fantaisie ; elle serait flamme et fleur ; fabuleuse et fragile...

Elle commença par mettre au rebut le mot : ‘Poitrine’ et le remplaça par ‘Les Roses de Bagatelle’. Puis elle s’avisa que, si l'expression lui plaisait infiniment, elle ne conviendrait pas à toutes les jeunes filles. Elle fit donc une entrée sous le terme générique de : ‘‘Fleur’’ qu’elle déploya en un bouquet où chacune choisirait : la pivoine, épanouie ou en bouton, la fleur du camélia ou la ronde amarantine...

Ensuite elle éjecta le soutien-gorge aux horribles arceaux en ferraille : elle offrit pour lier ces bouquets : ‘’ Corolles festives et cordon de lin ‘’.

Le mot ‘’ Puberté’’ dont les sonorités lui avaient toujours paru vulgaires, fut remplacé par : ‘‘l’Aube juvénile’’.

Elle nomma l’instant de la déchirure : ‘‘ Eclat d’écarlate.’’ Quant aux règles, il n’y aurait pas de règles, précisément. Lisa pensait à celles que la vie surprenait trop tôt, au cœur de l’enfance ; aux impatientes qui chantaient victoire ; aux fragiles qui craignaient de grandir. Il fallait que chacune se reconnaisse... Pour elle, elle choisit : « Floraison d’avril »

Et sur le soir, épuisée mais rayonnante, elle appela son amie Léonie et lui dit avec mille mystères dans la voix :
-Passe à la maison demain, tu vas assister à la Renaissance de la Femme !

PRIX

Image de 2019

Thème

Image de Grand Public
252

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
adorable et bien vu, ce dictionnaire est-il en vente?
·
Image de RAC
RAC · il y a
Sujet pertinent ! Bien vu... (moi j'achetais des "soutien-rien" disait mon père...)
·
Image de Mimine
Mimine · il y a
Lisa pleine de bon sens... Je suis en lice dans la catégorie Yep's et j'ai essayé de joué avec les sons. Lisa y serait peut-être sensible ?
·
Image de Le Poulpe Nantais
Le Poulpe Nantais · il y a
Quelle belle idée, je suis entièrement d'accord ! Well done !
·
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Très heureuse que vous souteniez l'idée de Lisa . Merci Le Poulpe...
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mes voix pour ce texte original et captivant ! Une invitation à découvrir mon “Éclats de lumière” qui est en lice pour le Grand Prix Printemps 2019. Merci d’avance et bonne journée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/eclats-de-lumiere

·
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Merci pour le soutien et pour l'invitation, Keith et belle journée à vous.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Et le vie sera tout à coup poétique ! Bravo, Mome ! +5
·
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Mille mercis, Jean. C'est très sympa d'encourager Lisa. Belle journée à vous.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Idée très ingénieuse sur le pouvoir des mots.
·
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Merci pour ce gentil commentaire, Kal, ça me fait plaisir. Belle journée à vous.
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Un bien joli abécédaire, un précieux carnet intime au féminin, une charmante idée que de ré-inventer les mots en toute liberté, n'en déplaise à l'Académie !
·
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Votre enthousiasme, Jeanne, décliné en de si jolies images à enchanté Lisa! Mille mercis et beau week-end à vous.
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
D'avoir ainsi enchanté Lisa, j'en suis fort ravie. Belle fin de semaine à vous aussi.
·
Image de Jo Kummer
Jo Kummer · il y a
Bravo pour le Le dictionnaire de Lisa, mes voix.
·
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Merci pour le soutien, Jo. Ça me fait plaisir. Beau week-end.
·
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Je suis de tout cœur avec Lisa. Il faut réinventer les mots de l'intimité de la femme. Pourquoi sont-ils aussi laids ? Probablement des hommes qui les ont imposés.
·
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Votre adhésion au projet de Lisa me fait un grand plaisir ! Merci d'être passé, François et au plaisir de vous lire bientôt. Belle journée à vous.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur