1
min

Le destin

Image de Momo69190

Momo69190

13 lectures

2

Une pluie fine et froide, Alex n’en peut plus, il est à bout de souffle, Max l’encourage :
—Encore une borne, tient le coup.
—J’ai froid, ma blessure me fait horriblement mal.
Max propose :
—On s’arrête cinq minutes, montre un peu cette jambe, je vais voir ce que je peux faire.
Une vilaine entaille, et une odeur de pourri, il sort sa lame, la chauffe à l’aide d’un briquet, et tente de cicatriser la plaie, Alex hurle puis s’évanouit.
Il reste un instant prostré, un dilemme, doit il abandonner son ami et fuir seul, il tente de le réanimer, rien y fait, il saisit le sac, et marmonne :
—Désolé mon pote, je vais poursuivre ma route.
La pluie a cessé, au loin des aboiements, les chiens sont à sa poursuite, ça grimpe sec, Max n’est pas un montagnard, mais c’est son unique issue de secours, le coup avait pourtant été bien préparé, la poisse, il a fallu ce contrôle de police, anodin, et pourtant si tragique, le policier ne se doutait de rien jusque ce moment crucial, où il a vu la douille, sur le plancher :
—Vous êtes chasseurs ?
En quelque sorte oui, mais pas n’importe quel gibier, Alex est resté de marbre, j’ai répondu à l’opportun :
—Ball trap
Le policier est devenu plus entreprenant, et a voulu vérifier le coffre, je n’avais pas le choix, j’ai fait feu, il s’est écroulé, et a riposté atteignant la jambe d’Alex, un jerrican d’essence s’est renversé, des étincelles, la voiture s’est embrasée, juste le temps de récupérer, le sac et de tirer mon compagnon du véhicule et me voilà, à carapater, comme un dératé, la frontière, est tout près.
Des balles sifflent, je me mets à couvert, je chute, me suspends à une branche, au-dessus du vide, un bruit d’eau, une rivière en contre-bas, je ferme les yeux, et plonge, de longues minutes avant la réception, elle est glacée, des rochers, mon corps est ballotté, par le courant, je m’accroche au sac, une barque, je me hisse à l’intérieur et perd connaissance.
Je reprends mes esprits, Alex me sourit, d’une voix caverneuse il me dit :
—On n’échappe pas à son destin.

Thèmes

Image de Très très courts
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
C'est noir cet univers. Mais il est vrai qu'on échappe difficilement à son destin. Mon "Tropique" est en finale TTC si vous avez envie de le soutenir.
·