Le Délégué syndical

il y a
1 min
231
lectures
8
Qualifié

Grand voyageur et petit reporter. J'écris des trucs sur vos murs. « A me patria si chjama libartà… »  [+]

29 janvier. Une journée pluvieuse.
Une matinée toute en chiffres, tableaux et diagrammes inutiles mais réclamés avec urgence. Puis enfin, une accalmie. Je m'enfonce dans mon fauteuil avec un bouquin d'Hemingway, Pour qui sonne le glas.
« Ses idées politiques étaient devenues, depuis quelque temps, aussi étroites et conformistes que celles d'un vieux bigot, et des expressions comme « ennemis du peuple » lui venaient à l'esprit sans qu'il prît guère la peine de les examiner. »

Hélas, un collègue entreprend de commenter l'actualité du jour. C'est un grand gaillard, puissamment chevelu. Sa crinière tente de dissimuler en vain une prometteuse calvitie au sommet du crâne, mais le cheveu domine, sale et pelliculeux. Dernier spécimen d'une longue lignée de révoltés de la fonction publique, il est le délégué syndical de la boutique. Froid et calculateur, il a toutes les qualités requises pour faire carrière dans la contestation de salon. C'est d'ailleurs dans le bureau de notre distinguée hiérarchie qu'il passe la majeure partie de son temps, souvent pour s'y régaler, en bonne compagnie, de pâtisseries confectionnées par lui-même.
Le voici qui évoque la convocation par la police d'un enfant de huit ans. « Pour apologie du terrorisme, précise-t-il. Avant de défendre « une décision légitime et rassurante ». Une école qui dénonce aux autorités policières une grave menace, n'est-ce pas la preuve d'une efficacité optimale de l'administration ? D'autant que le trublion aurait commis l'outrage de prononcer des mots interdits justement en pleine minute de silence. Blasphème ! Stupeur et consternation... »
Le voici qui s'emporte. Verbiages et logorrhée patriotiques. Dans son élan, il perd le contrôle de sa calvitie, des gouttelettes de sueur suintent de toutes parts à mesure que l'émotion dévore ce qu'il lui reste de raison. Dans sa caboche, rien de moins qu'une tempête.
Le voici à nu, dégoulinant d'humanisme bon teint et bavant de rage contre les ennemis de la nation. Naturellement, il vote à gauche. Ou croit le faire. Et surtout, il est Charlie.

* * *

Le jour décline. Je me replonge dans ma lecture.
— Il n'y a pas beaucoup de fascistes dans votre pays ?
— Il y en a beaucoup qui ne savent pas qu'ils sont fascistes, mais qui le découvriront le moment venu.

8

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Lettre à Vincent

Aude Duval

Cher Vincent,
Cette nuit, je t’écris dans ma chambre, dans le noir, excepté la lampe que nous avons cassée, petits. Tu te souviens ? Tu étais venu dormir chez moi, un mardi soir. On faisait ... [+]