3
min

Le débutant

Image de Muriel Meunier

Muriel Meunier

566 lectures

29

Qualifié

Deux heures du matin. Le silence... La pleine lune immobilisée au-dessus des peupliers dessine de longues ombres sur le parking désert. Il gèle à pierre fendre. La camionnette roule lentement, tous phares éteints... Une fois atteint l’arrière du supermarché, elle s’immobilise à l’abri des regards indiscrets. Devant moi, sans bruit, trois hommes cagoulés se glissent hors du véhicule. Ils sont agiles, souples, et pourtant ils sont tous bâtis comme de vraies armoires normandes, ces types ! Je suis le quatrième de la bande. Chargé de faire le guet, pour l’instant. J’enfile moi aussi mon passe-montagne – vraiment trop petit ! –, tout en me demandant une fois encore ce que je suis venu fabriquer ici. Mon beau-frère, qui m’a mis sur le coup, m’a assuré que le braquage du supermarché ne présentait aucun danger : il est éloigné de l’agglomération et des habitations, possède deux sorties et n’est surveillé par aucun vigile, aucun maître-chien. J’ai accepté ce « travail » sur les instances de ma femme sans trop de difficultés : elle dépense sans compter et, à force de vouloir vivre au-dessus de nos moyens, nous sommes criblés de dettes ! Elle a encore insisté pour envoyer notre fils en classe de neige. Quatre cents euros, sans compter l’habillement ! Bon, ça lui faisait vraiment plaisir, au môme... J’ai une pensée pour lui lorsque je gratte mon crâne en fusion sous le passe-montagne que je lui ai emprunté pour faire le hold-up. Sa mère l’a tricoté pour qu’il n’ait pas froid, mais il l’a oublié. Il a bien fait, dans le fond : c’est un supplice de porter ce genre de truc qui pique !
Je fais les cent pas d’un bord à l’autre, scrutant anxieusement les parages. Rien ne bouge ; personne à l’horizon. Pourtant, l’inquiétude me gagne. C’est la première fois que je participe à un cambriolage. Protégé par le gros blouson récupéré dans une friperie pour la circonstance, par mes gants et ce passe-montagne, je n’ai pas froid. Au contraire, la sueur inonde mon dos. Toutefois, je ne peux m’empêcher de trembler. La peur me noue les entrailles. Mon sort est entre les mains d’inconnus, à part mon beau-frère. Je me souviens de ses paroles avant que je ne m’engage dans cette entreprise risquée :
— Fais-moi confiance, je n’ai pas l’intention de t’emmener dans une galère ! Les gars sont des pros et ils connaissent les lieux comme leur poche. Tout est bien réglé. Ça ne va pas nous prendre plus de dix minutes pour ressortir avec le coffre-fort !
Ressortir avec le coffre-fort... Rien que ça ? Mon beau-frère, en connaisseur, m’avait expliqué que c’était bien plus efficace de l’emporter que de perdre du temps à l’ouvrir sur place. Ah, bon, parfait... Mais je m’étais quand même inquiété.
— Et les caméras de vidéo-surveillance ?
Alors là, mon beau-frère avait bien rigolé :
— On s’en fout ! Ce genre de piste est inexploitable pour les flics, surtout si on a une cagoule. Et puis, on opère à plus de cent kilomètres de nos domiciles et chacun de nous a un alibi en béton. Ils ne peuvent rien contre nous, je te dis !
Mes collègues n’ont pas un regard pour moi, concentrés comme ils sont sur l’ouverture de la porte. Après quelques minutes, elle cède. Ils s’engouffrent dans le supermarché. C’est alors que la panique me gagne. J’ai envie de ficher le camp ! Ce n’est décidément pas un boulot pour moi ; moi, je n’aspire qu’à être pénard.
— Magne-toi !
Mon beau-frère s’impatiente. Pensant au butin, je me raisonne. Après tout, on ne me demande pas la lune : mon rôle consiste à prêter main-forte pour transporter le coffre. Je respire un bon coup, réajuste mon passe-montagne, ne dévoilant que mes yeux, et, à mon tour, je pénètre dans la caverne d’Ali Baba. Une fois à l’intérieur, je marche tête baissée, à pas de loup, rasant les rayonnages, dans l’espoir de passer inaperçu. Mon beau-frère a beau dire que les caméras-vidéo ne servent pas à grand-chose... La lueur d’une torche électrique me guide. Étrangement, mon cœur reprend un rythme normal. Peut-être est-ce l’effet d’entrer dans le vif de l’action ? Toujours est-il que je traverse le magasin quasiment serein et gravis un escalier pour me retrouver dans le bureau, un sourire sur les lèvres. Mais ma sérénité fond comme neige au soleil au moment où la lumière jaillit. Que se passe-t-il ? Est-ce qu’on est pris en flagrant délit ? Je jette des coups d’œil angoissés autour de moi. Je constate que l’un d’entre nous a tout simplement allumé la lumière, par commodité. Ces types n’ont vraiment peur rien ! N’empêche, vigilant, moi, je me place dos à la caméra de surveillance. On n’est jamais trop prudent !
On s’arc-boute sur le coffre-fort, on le pousse, on le tire, sans précipitation mais énergiquement, ensuite on l’embarque sans façon. Tout ça sans qu’aucune parole ne soit échangée ! Quelques minutes plus tard, nous quittons le supermarché. La camionnette nous emmène, toujours masqués, tels de grands spécialistes de la cambriole, en rase campagne.
Pendant le trajet, à la lueur du plafonnier, le coffre est forcé. Le suspens est intolérable. Combien peut-il y avoir d’argent là-dedans ? La recette de tout un week-end ? Après avoir remboursé mes découverts, je vais pouvoir offrir à ma femme un superbe voyage ! J’en suis là de mes réflexions quand mon beau-frère pousse un hurlement dans mon dos. À tous les coups, le coffre est vide ! Je me retourne vers lui. Livide, il tend une main tremblante vers moi.
— Ta cagoule !
— Quoi, ma cagoule, qu’est-ce qu’elle a ?
Mon beau-frère se précipite sur moi, me l’arrache brutalement et me la tend.
— Regarde ! Bon sang ! Tu l’as mise à l’envers !
Et alors ? Tout à coup, mon sang ne fait qu’un tour dans mes veines. Je revois ma femme marquer, selon les recommandations de l’instituteur pour la classe de neige, tous les vêtements de mon fils. Les lettres de mon nom de famille, calligraphiées en rouge éclatant, se détachent sur l’étiquette blanche. Je repense à la caméra de surveillance...

PRIX

Image de Eté 2016
29

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Lio
Lio · il y a
Une fin à laquelle je ne m'attendais pas:)! Bravo!!!
·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Merci, Lio, de votre visite. Bonne soirée.
·
Image de Pradoline
Pradoline · il y a
Un texte bien écrit avec juste un zeste d'humour pour garder tout le sérieux de l'aventure... J'ai bien souri à la fin avec cette chute inattendue, joliment bien amenée. Bravo, Muriel.
·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Merci, Pradoline. Mieux vaut en rire qu'en pleurer !
·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Eh, oui ! Merci, Rémi, de votre visite.
·
Image de Rémi Chervier
Rémi Chervier · il y a
Plus dure fut la chute...
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Le petit détail...qui fait les bonnes chutes.
·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Merci, Ancre, de votre visite. Petit détail mais grande chute !
·
Image de Barbara V.
Barbara V. · il y a
J'ai bien ri x) Et je ne regarderai plus jamais une étiquette marquée de la même façon. Haha !
Mon vote !

·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Je suis très heureuse de votre réaction et de laisser ce souvenir dans votre esprit. J'espère que vous rencontrerez souvent des étiquettes, il est si bon de rire !
·
Image de Claire de Brume
Claire de Brume · il y a
On ne s'improvise pas braqueur ! Bravo.
·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Il aurait dû prendre des cours.
·
Image de Claire de Brume
Claire de Brume · il y a
Rien ne vaut une bonne formation à la très prestigieuse école du crime.
·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Chut ! Nous tairons l'adresse.
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
C'est le deuxième texte que je lis de vous et j'ai aimé celui-ci autant que le premier : même capacité à décrire les scènes d'action, même description drolatique d'un malfaiteur à la petite semaine, même humour, même science de la chute.
Dans ce même genre, peut être aimeriez-vous « Le mendiant de la cathédrale » (http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/le-mendiant-de-la-cathedrale) ?

·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Merci, Guy. Je vais aller faire connaissance avec votre mendiant. Bonne journée.
·
Image de Claude Moorea
Claude Moorea · il y a
Très drôle et bien trouvé !
·
Image de Muriel Meunier
Muriel Meunier · il y a
Merci beaucoup. Bonne journée.
·
Image de KELM
KELM · il y a
mon vote , c'est beau , c'est gratuit , je vote oui

je vous invite à venir lire et soutenir mon texte et merci
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/monsieur-noir

·