Le débeurdi-noir de Pierre

il y a
3 min
465
lectures
43
Qualifié

Écrire, pour passer le temps ? J'envoie régulièrement de mes nouvelles à Short-Édition. J'ai publié L’œil du loup (un recueil de fragments), Les sept chiens de l’Avent (un recueil de  [+]

Image de Été 2021
Pierre est né dans le petit village de Saint-Germain-en-Brionnais, à mi-chemin entre Charolles et La Clayette dans le sud de la Bourgogne. Le Brionnais, terre d'élevage, est un magnifique pays aux bosquets giboyeux, aux généreuses croupes arrondies et aux délicieuses vallées verdoyantes. Les jours de foire aux bestiaux, on y mange force têtes de veau, en éclusant de bons godets de Mâcon blanc sec bien gouleyant, parfois en compagnie de quelques Parigots égarés.
Les parents de Pierre habitent dans la Petite Irlande, au lieu-dit Les Brosses-Dieu. Son père est éleveur de vaches charolaises et sa mère vétérinaire.
Le village de Pierre est très connu des médiévistes pour son église romane et surtout pour le débeurdinoir qu'elle abrite dans son bas-côté droit. Un débeurdinoir, c'est une sorte de sarcophage-reliquaire en pierre avec, sur le côté, un trou permettant aux fidèles et aux manants de passer la tête. Cet orifice a été ménagé originellement pour permettre la contemplation des reliques de Saint Menoux, déposées au fond du sarcophage. Sa seconde fonction, selon une légende locale, est de débeurdiner les gens qui passent la tête dedans, en veillant bien à ne pas toucher les bords. En patois local, un beurdin est un être un peu fol, un peu simplet, parfois mal intentionné. Lorsqu'un beurdin passe la tête dans le débeurdinoir, sans toucher les bords du trou, il perd toute sa beurdinerie qui tombe au fond du débeurdinoir et il en ressort sain d'esprit. Mais, si par malheur, un quidam passe la tête et touche un bord du trou, alors toute la beurdinerie accumulée dans le débeurdinoir lui remonte instantanément dans la tête. Il en ressort complètement beurdin !
Enfant, Pierre était un petit garçon taiseux, intimement persuadé de ne pas avoir été désiré par ses parents. Il en était malheureux et se réfugiait dans l'univers infini du dessin et de la peinture. Ses parents l'aimaient profondément et faisaient de leur mieux, entre les soucis de la ferme familiale et du cabinet vétérinaire, pour lui offrir la meilleure vie possible, entre la maison, l'école et le catéchisme.
Pierre aimait dessiner et peindre, passion tolérée, mais mal comprise par ses parents. Il avait un don pour la couleur et le trait, don encouragé par la jeune institutrice du village. Il produisait moult dessins et moult toiles. Intrigués et désarmés par la passion de Pierre, ses parents lui demandèrent un jour s'il se souvenait du début de ses premiers élans artistiques. Pierre leur raconta que le jour de son septième anniversaire, alors qu'il rentrait de l'école, un violent orage de grêle éclata. Il se réfugia dans l'église, et, mû par son insatiable curiosité, s'approcha du débeurdinoir, puis, précautionneusement, passa la tête dans l'ouverture noire. Au même moment, un terrible éclair, suivi d'un coup de tonnerre dantesque, frappa le clocher et électrisa toute l'église qui se transforma en cage de Faraday. Pierre fut très secoué et c'est depuis lors qu'il avait développé sa passion pour la peinture.
Arrivé en terminale au lycée de Charolles, Pierre dut exprimer ses choix pour les études supérieures. Il voulait aller à l'École supérieure des Beaux-Arts de Dijon. Ses parents n'étaient pas très enthousiastes et ses professeurs non plus ! En paysan avisé, son père lui suggéra de retourner dans l'église où était née sa vocation et de réfléchir à son avenir. En fils dévoué, Pierre se rendit à l'église du village. Il s'assit dans la fraîcheur des vieilles pierres et resta plusieurs heures à réfléchir et à méditer. Puis, tel un somnambule, il marcha vers le débeurdinoir, mit la tête dans le jour et ne vit que du noir. C'est comme s'il avait plongé la tête dans une grande outre noire. Peu à peu, il aperçut une obscure clarté qui émanait du noir, puis il ressentit une bouffée de chaleur. Son cœur battit plus fort, il peinait à respirer et voulut se dégager. C'est en sortant la tête de ce noir cénotaphe qu'il heurta malencontreusement le bord supérieur du jour.
Depuis lors, Pierre peint des toiles de plus en plus sombres. Il a fait l'École des Beaux-Arts de Dijon, dont il a été brillamment diplômé dans la filière « design », a reçu le prix du jeune styliste le plus prometteur de la décennie, a obtenu dans la foulée plusieurs contrats bien rémunérés avec de grands noms du secteur du luxe. Parallèlement, il a poursuivi son chemin de peintre taraudé par le noir.
Pierre peint des toiles monumentales dans toutes les nuances de noir, du noir le plus mat au noir le plus vif, en passant par les plus extravagants des noirs. Peindre du noir, ça le soulage, c'est comme passer la tête dans un débeurdinoir. C'est pourquoi il a inventé le débeurdi-noir, une teinte qui se situe à des années-lumière du noir, dans le spectre visible. Aujourd'hui, il expose dans tous les pays du monde, et les critiques d'art l'ont intronisé peintre du débeurdi-noir !
43

Un petit mot pour l'auteur ? 25 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Un débeurdinoir , voici un mot que je découvre . Je connaissais le déambulatoire , l'engin qu'on pousse en avant pour marcher ; le peintre a besoin de son univers pour vivre.
Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci. Le débeurdinoir offre au peintre une possibilité de déambulation spirituelle très féconde pour son art.
Image de Ray dit Kourgarou
Ray dit Kourgarou · il y a
Belle histoire qui m'a permis de connaître l'origine du terme "bredin" issu de 'Breton' depuis l'antiquité et (Il y a de quoi virer bredin !) déclamé moult fois par de Funès dans le film "la soupe aux choux" tiré du roman de René Fallet "Un idiot à Paris". (Merci aussi à Gogol l'ami de tous).
'Bredin' = 'Fada' = 'Alex Crow'*

(*) voir sur le site... en toute amitié et pour sourire bien sûr. 🤗

Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci. Je n'avais pas fait le rapprochement avec Breton, ni avec La soupe aux choux. Merci pour cette ouverture sémantique.
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Un texte qui peut paraître obscur mais apparemment peindre en noir, ça "Soulages" ♫
Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci. Je reconnais que le jeu de mots était facile. Je n'ai pas pu résister.
Image de J.M. Raynaud
J.M. Raynaud · il y a
c'est mignon de nous raconter votre enfance ! :)
Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci. À beurdin, beurdin et demi :•)
Image de Mijo Nouméa
Mijo Nouméa · il y a
Très joli texte, qui s'appuie sur une légende revisitée qui nous apprend ce qu'est un débeurdinoir (mot qui m'était inconnu) et dont la chute artistique est originale. :)
Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci. L'usage du mot débeurdinoir reste limité à deux départements et le débeurdi-noir reste moins célèbre que l'outrenoir. Ravi de vous avoir fait découvrir le mot et son histoire.
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Grâce à vous, je découvre ce qu'est un débeurdinoir, et surtout, ses vertus. Un sujet très original !
Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci. Il y a bien du monde à débeurdiner ces temps-ci. Peut-être faudrait-il installer un débeurdinoir dans chaque paroisse!
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Je sens que, forte de ces renseignements, je vais aller porter mes baskets vers ce village et, qui sait passer ma tête dans ce débeurdinoir ! ;)
Google m'a d'ailleurs conté l'intéressante légende de ce débeurdinoir que vous avez très bien utilisée !...

Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci. Attention à ne pas toucher les bords, si d'aventure vous passiez la tête dans la fraîcheur du jour.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Vous auriez plutôt dû me conseiller de vérifier mon clic : mon like, apparemment, ne s'était pas enregistré ! ;)
Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci d'être revenue me "liker" :-)
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
On repense au noir lumière et noir outremer…
Un bel hommage, un très beau texte !

Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci. Grand admirateur de Pierre, j'ai lancé un petit clin d'œil bourguignon.
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
je re... et c'est trop bien !
Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci d'être venue me lire à nouveau après cette perturbante panne.
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
mais c'est trop bien de retrouver ceux qu'on aime lire .. je suis quand même un rien perdue encore ... à petits pas alors et belle journée, Jean Pierre !
Image de Kruz BATEk Louya
Kruz BATEk Louya · il y a
Mon soutien. Bravo !
Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci pour votre soutien.

Vous aimerez aussi !