2
min

Le danseur en plastique

Image de Rartroz

Rartroz

379 lectures

188

Qualifié

C’était un simple mannequin en plastique blanc, sans particularité aucune. Installé dans un coin d’un grand magasin, des foules d’acheteurs passaient devant sans le voir, leurs regards glissant sur lui comme s’il était invisible. Il n’avait pas de visage, juste une tête lisse posée sur un corps factice aux proportions parfaites, mais il se dégageait de lui un sentiment de profonde solitude. Hélas, personne encore ne s’était arrêté suffisamment longtemps pour percevoir sa détresse.
Les employés ne prenaient guère soin de lui, c’est tout juste s’ils le dépoussiéraient de temps en temps lors des changements de collection. Lorsqu’ils lui passaient de nouveaux vêtements, les rustres n’y allaient pas de main morte et l’habillaient sans ménagement. Le pauvre mannequin ne comptait plus les traces laissées par les coins d’étagères sur son corps en plastique. Il arrivait même quelques fois qu’on oublie de le vêtir, le laissant alors nu et honteux face aux clients du magasin.
Un jour d’automne, on lui fit porter un blouson issu de la nouvelle collection. C’était un vêtement en cuir, d’un rouge écarlate particulièrement voyant, matelassé au niveau des épaules pour plus de confort et disposant d’une poche de poitrine en plus des poches latérales. Le col rabattu était rigide et présentait à chaque pointe un bouton métallique argenté. La fermeture éclair était décalée sur le flanc gauche pour donner à l’ensemble une certaine asymétrie.
L’odeur du cuir neuf était très forte, presque animale, mais le mannequin s’en accommoda très vite. Dès lors, il commença à accrocher les regards. Il portait si bien le blouson rouge que les clients arrêtaient les vendeurs pour le pointer du doigt et demander à essayer le même vêtement. C’était un tel succès qu’il fut très vite placé en tête de rayon, comme on place une star sous les projecteurs. Les stocks se vendaient comme des petits pains.
Chaque soir, après la fermeture du magasin, il dansait pour exprimer sa joie. Il virevoltait, tournoyait, bondissait dans les grandes allées vides, saisissant de temps en temps le bras lisse d’un autre mannequin pour valser avec lui. Son euphorie étant communicative, les nuits se transformèrent en grandes fêtes endiablées. Les employés murmuraient entre eux que les lieux étaient hantés car ils retrouvaient chaque matin les mannequins à des emplacements différents et des habits éparpillés dans les mauvais rayons.
Cela dura jusqu’à la fin de l’hiver. Arrivèrent alors les hirondelles et, avec elles, la collection printemps-été. Des cartons de tissus légers et fleuris inondèrent bientôt les étagères, remplaçant les vêtements chauds et ternes des saisons froides. Les nuits redevinrent silencieuses et le vent printanier emporta les rumeurs de bâtiment hanté. Une silhouette en plastique manquait à l’appel. Elle avait disparu sans laisser de traces, son blouson en cuir rouge sur le dos. La direction du magasin conclut qu’il s’agissait d’un vol, bien que personne ne soit en mesure d’expliquer comment quelqu’un avait pu réussir à subtiliser discrètement un tel objet, ni même quel but pouvait avoir un tel méfait. Ils avaient au moins une certitude, le mannequin n’était certainement pas parti tout seul. Après tout, tout le monde sait que c’est impossible... n’est-ce pas ?

PRIX

Image de Printemps 2018
188

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Un récit original.
·
Image de Noellia Lawren
Noellia Lawren · il y a
très belle originalité de votre œuvre ! mon vote +5
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/un-dernier-baiser-1

·
Image de Noellia Lawren
Noellia Lawren · il y a
j'aime beaucoup l'originalité de votre œuvre, bravo mon vote +5
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/un-dernier-baiser-1

·
Image de Rartroz
Rartroz · il y a
Grand merci!
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Il existe un épisode de Twilight Zone ( La Quatrième dimension ) évoquant la vie des mannequins de vitrines, mais j'aime bien votre texte. Une écriture agréable et une tendresse pour le mannequin presque palpable. Au final, vous allez plus loin que la célèbre série, en offrant la liberté à votre personnage. Bravo ! Si ça vous tente http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/noon ou alors http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-prix-imaginarius
·
Image de Rartroz
Rartroz · il y a
Je dois avouer que je ne connais pas l'épisode en question (je regarde peu, pour ne pas dire pas du tout, de séries), j'irai jeter un coup d'oeil ;)
Merci beaucoup

·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Un petit texte léger où les objets prennent vie. Bien écrit et convaincant.
Au passage je me permets de signaler mes textes : http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/je-ne-veux-plus-regarder-passer-les-trains; et http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-mystere-du-bureau-127

·
Image de Rartroz
Rartroz · il y a
Le thème des objets vivants me fascine, merci pour la lecture!
·
Image de Corinei
Corinei · il y a
j'aime bien cette histoire ou dans la nuit les choses s'animent ...donnez moi votre avis sur http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/sam-2
·
Image de Luce des prés
Luce des prés · il y a
J'aime beaucoup +5
Je vous invite à découvrir mon haïku de printemps.

·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
De mon côté, je suis en compétition pour Imaginarius 2017 (sujet : la brume) : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Angel
Angel · il y a
Ah ah, et pour quoi donc qu'il ne serait pas parti tout seul. Allez savoir ce qui se passe dans la tête d'un mannequin en plastique.
·
Image de Manon Boisson-Seené
Manon Boisson-Seené · il y a
j'adore ! <3
+5 :)

·