4
min

Le compagnon anthracite

Image de Killian

Killian

60 lectures

22

Tic, tac, tic, tac, tic, tac. Va fermer ces stores !!
Voilà, le hurlement imperceptible qui me réveilla. Mais pourquoi vouloir les clore ? Jamais je ne les fermais et ayant ma chambre en plein est, je profitais des doux rayons du soleil afin me réveiller. Mais ce matin j’aurais apprécié un peu de pénombre. Cependant on était jeudi matin, et en tant qu’universitaire j’avais des cours que j’aurais quand même aimé suivre. Je dus donc surmonter ce petit tiraillement qui me poussait à me recoucher et m’habiller à la place de cela.
-Réveil toi Jim ! Tu vas de nouveau être à la bourre. Lançai-je en cognant à sa porte.
Jim c’est mon colocataire, lui aussi est à l’université mais refait sa première année. Et il est, je dois avouer, un peu moins organisé, et je commençais à douter qu’une réelle motivation l’anime afin ne pas rater à nouveau sa première année.

-Hey Thad ! Comment tu vas? Prêt à boire les paroles de ton âme sœur ? Me lança Camille avec un petit sourire taquin.
-C’est bien parce que c’est la dernière leçon avant l’exa que je suis là. Tu penses qu’il va se calmer pour une fois ?
-Je pense surtout qu’il vaut mieux que tu ne connaisses pas ma réponse, répliqua-t-elle d’un air amusé.
J’ai vite eu fait de remarquer que la seule chose qui soit pire que ce cours sur l’analyse du discours, c’était son enseignant. Un petit être de prétention imbu de lui-même et égocentrique. Malheureusement c’était un passage obligatoire alors je serais les dents. On serrait tous les dents.
Cette leçon-ci n’avait pas dérogée à la règle et avait été chargé d’un potentiel d’exaspération exemplaire. Arrivé hors du bâtiment, accompagné de Stéphan, mon vieux pote de galère, le soleil réchauffait déjà mon âme en projetant mon ombre élancée contre le mur de brique rouge sombre.
-C’est lui là ! Regarde sur le vélo ! Lançai-je à Steph.
-Quoi ? Qui ça « c’est lui » ? Répondit-il un peu confus.
À la suite de quoi je lui expliquai que je ne savais absolument rien de lui. Il devait être légèrement plus jeune que moi, les cheveux longs, un look banal, sans marque distinctive et souvent sur son vélo. À force de le croiser, je me doutais qu’il vivait dans le coin. Néanmoins d’une étrange manière, je ne pouvais pas le voir. Réellement. Sans la moindre raison. Juste comme ça. Ce n’était pas de l’indifférence comme j’aurais pu en avoir pour n’importe quel inconnu, mais une véritable haine. D’humeur pacifiste, j’aurais toutefois enfoncé mon poing dans son visage avec un sourire sincère.


Tic, tac, tic, tac. Ferme les store!!
En émergeant de l’inconscient, la réalité me frappa en me faisant ressentir une fatigue extrême qui engourdissait mon esprit. C’était comme s’il n’avait pas arrêté de réfléchir durant mon sommeil. Et au réveil, des traces se faisaient sentir. Premièrement, je réalisai vite que je me trouvais allongé à côté du lit, du côté opposé à cette fenêtre de malheur. Dans l’accueillante pénombre. Deuxièmement, comprendre cela, me demandait d’énormes efforts afin que mes pensées ne s’égarent pas et que je reste concentré. Puis après une lutte acharnée, je parvins à sortir et tomba sur Jim qui étonnamment était déjà hors de son lit. Et plus étonnant encore, il était déjà prêt.
-T’as vu le mail qu’on a reçu ? me lança-t-il avec un regard fatigué.
-J’ai pas encore allumé mon téléphone.
-Il semblerait que Steph et toi ayez des heures blanches à venir. Le prof de ton cours sur les discours a eu un accident.
-Okay, on verra bien ce qui se passera, répliquai-je d’un ton neutre mais étonnement je restai placide et pas surpris. Évidemment cette nouvelle ne me mettait pas en joie, mais je ressenti, non sans culpabilité, une petite pointe de satisfaction que je tentai automatiquement de refouler.
Puis la journée se poursuivi jusqu’à ce que je me retrouve assis dans l’herbe à discuter de cet incident avec Steph. Il m’apprit qu’apparemment cela s’est déroulé durant la nuit sans que personne ne puisse rapporter avoir vu le moindre suspect et selon certains, le coupable n’aurait pas laissé de trace, tel une ombre dans la nuit noire. Cependant, il me parut plus marqué part cela que ce à quoi j’aurais pu m’attendre. Il avait une attitude plutôt méfiante et le regard de quelqu’un ne comprenant pas ce que ses sens lui rapportaient.


LES STORES !!! DEMAIN ILS SERONT FERMES.
Le réveil se fit à nouveau rempli d’une profonde envie de silence ainsi que d’obscurité. Malgré une fatigue pesante, je me sentais serein avec une impression de satisfaction similaire à celle du travail accompli, bien que tout ce que j’ai fait ait été de dormir.
-Debout mon vieux ! Je crois que je déteins sur toi, me cria Jim à travers ma porte.
-J’arrive, j’arrive. Lui rétorquai-je emmitouflé dans ma couette à même le sol.
Ce matin je me senti à nouveau dans un état qui m’était étranger. Bien que je perçu que quelque chose clochait, je ne parvenais toujours pas à mettre le doigt dessus. J’avais également remarqué que Jim semblait avoir perçu un changement car il me regardait en essayant de comprendre avec des yeux remplis d’interrogation et de crainte.

Finalement après quelques verres au pub, je rentrais à pied dans l’obscurité. En marchant je vis passer cet inconnu à vélo. Puis lorsqu’il allait bifurquer à droite, je vis une ombre anthracite s’élancer à sa poursuite Néanmoins cette fois-ci, ma haine envers lui semblait m’avoir abandonné. Un poids semblait s’être envolé et je me sentais à nouveau en accord avec moi-même. Tout cela paraissait tellement loin et sans importance. J’observais le sol éclairé par la lumière usé des vieux lampadaires défiler sous mes pas. Un trottoir que rien ne venait tacher. Mon esprit commençait à errer lors qu’un bruit lointain et violant me ramena à la réalité. Puis je retournai à mes rêveries qu’importe ce qu’il pouvait bien se passer au loin.


Ce matin je me réveilla dans les ténèbres. Avec une fois encore ce sentiment de satisfaction mêlé à un dégoût général. À croire que cette part haineuse m’était revenu tel un boomerang. En sortant de ma chambre, j’interrogeai Jim qui ne m’avait réveillé de toute la matinée et j’obtiens en guise de réponse qu’un balbutiement vague mêlant pressentiments et rêves étranges. Puis il changea de sujet en parlant d’un accident fatal à un cycliste durant la nuit. Étonnement une part de moi semblait le savoir. Une part qui paraissait maintenant montrer au reste à quel savait régler ses problèmes.

Finalement je décidai de sortir prendre l’air. C’était déjà la fin d’après-midi, l’air commençait à se rafraîchir et le soleil projetait mon ombre contre le mur de brique. Je l’observais marcher à mes côtés d’un pas paisible. Puis je m’interrompis. La scruta et décida de la saluer d’un signe de la main. Salue auquel elle ne manqua pas de répondre à son tour.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très courts
22

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une jolie œuvre bien construite, captivante et fantastique ! Mes voix ! Une invitation à
venir découvrir “Sombraville” qui est également en lice pour le Prix Imaginarius 2018.
Merci d’avance et bonne journée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/sombraville

·
Image de Praxitèle
Praxitèle · il y a
Un céréale killer qui fauche la vie dans l'ombre du jour ;-)
Quelques petites fautes, mais l'intrique est là !

·
Image de Killian
Killian · il y a
C'est un point auquel il faut que je fasse attention, afin d'éviter que mes fautes ne fassent trop d'ombre à mes textes ^^' En tout cas merci pour ton petit mot Praxitèle!
·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Un bon texte bien construit, avec des accents fantastiques correctement distillés. La chute est bonne et libre d'interprétation pour le lecteur. J'ai bien aimé également l'atmosphère étudiante de ce texte, qui sonne vraie quoiqu'un peu trop studieuse. Quelques fautes d'orthographe, mais qui n'entravent pas la lecture. :)
·
Image de Killian
Killian · il y a
Merci pour ton analyse Aurélien :D Malgré l'orthographe qui bien que j'y travaille reste mon point faible, je suis ravi que tu aies apprécié mon récit!
·
Image de Thara
Thara · il y a
Merci de nous avoir offert ce texte en lecture, bonne chance à lui...
·
Image de Killian
Killian · il y a
Merci à toi Thara et bonne chance au tien également!
·
Image de Polotol
Polotol · il y a
Cela aurait pu arriver à Victor. A+ https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ubiquite
·
Image de Killian
Killian · il y a
De même qu'à tout un chacun...
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
C'est un texte qui relève du fantastique , cette ombre est-elle un prédateur ?
·
Image de Killian
Killian · il y a
Merci pour ton intérêt Ginette! Comme tu l'as noté, il appartient au fantastique et comme tout récit fantastique chaque lectrices et lecteurs se créent ses propres représentations et ton idée de cette ombre t'es plus juste que la mienne donc je pense que je ne peux y répondre pour toi
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Une invitation à découvrir mon texte" la fontaine aux bulles " en lice également . Merci beaucoup .
·