3
min

Le château de la seconde chance

Image de Paul Brandor

Paul Brandor

125 lectures

151

La planète Erret tournait à l’envers, et, dans le château de la « Seconde chance » de la planète Erret, les aiguilles de la grande horloge tournaient elles aussi à l’envers.

- 19 heures, dit Léon en regardant l’heure, il faut que je me dépêche, ici, au château, on mange à 18 h 30.
Avant de pénétrer dans la salle à manger il se regarda un instant dans le grand miroir installé à l’entrée : teint gris, visage ridé, yeux rouges et fatigués, corps rabougri...
- Super ! S’exclama Léon, à cent ans, j’ai tout l’avenir devant moi.
Il rejoignit la table où on l’attendait.
- Je me sens plus en forme qu’hier, dit-il en s’asseyant.
- Nous aussi, répondirent de très vieux amis : Anna, Aziza, Bob, Otto...
Ils parlèrent tous ensemble de ce qu’ils feraient quand ils seraient bien plus jeunes, quand ils pourraient quitter le château :
- Je travaillerai bien à l’école... Je ferai montre de patience et de réflexion... Je m’intéresserai aux autres... J’obéirai à mes parents... J’écouterai mes enseignants... J’aurai une éthique de vie... J’essaierai toujours, d’apprendre, de comprendre, de m’instruire...Je passerai à l’action... Bref, je serai... Quelqu’un d’autre.
Ils ne parlèrent pas de ce qu’ils ne feraient plus, parce qu’ils en avaient honte, mais ils y pensèrent très fort dans une longue litanie collective :
- Je ne boirai plus, je ne me droguerai plus, je ne montrerai plus d’agressivité, je respecterai les autres, je n’insulterai plus personne, j’éviterai la jalousie, je ne penserai pas qu’à l’argent, je fuirai la violence sur les réseaux sociaux, je ne volerai plus, je ne procrastinerai plus... Bref, je ne serai plus... Ce que j’ai été.

Leurs réflexions furent interrompues par l’arrivée du dessert : mousse au chocolat. Ils reprirent leurs discussions en attendant le plat du jour : poisson pané avec de la purée. Puis, ils continuèrent à parler en attendant les entrées : assiette de crudités.

Ils venaient de terminer leur repas lorsqu’ils entendirent la musique annonçant l’arrivée de Poupie, l’animatrice du château. Elle arriva en compagnie d’un jeune couple qui se tenait par la main.

- Chers amis, Bonjour. Ève et Nayan vont quitter le château de la « Seconde chance » et s’envoler de notre planète Erret pour retourner sur la planète Terre.
À ces mots, tous les présents applaudirent ces deux chanceux qui allaient commencer une autre vie sur la planète Terre.

À la fin des applaudissements Poupie s’adressa au couple :
- Tu as trouvé ta reine, dit-elle en posant sa main sur la tête de Nayan. Tu as trouvé ton roi, continua-t-elle, en posant son autre main sur la tête d’Ève. Vous voilà prêts tous les deux pour un nouveau départ, pour une seconde chance. Donnez-vous la main et faites que rien ne soit comme avant.

Poupie s’accorda un moment de silence avant de poursuivre d’un ton solennel : - Ève, tu ne seras plus une princesse endormie, Nayan, tu ne seras plus...

On n’entendit pas la fin de la phrase, les applaudissements étaient vraiment trop forts.
Léon resta songeur de longues minutes puis il regarda Anna. Elle lui plaisait beaucoup Anna avec ses rides et ses cheveux blancs. Il avait même l’impression qu’ils partageaient beaucoup de souvenirs en commun. Avec un peu de chance, un jour, elle serait sa reine, et lui, son roi.

Des années et des années passèrent dans le château de la seconde chance...

Et puis, un jour, Poupie, arriva en dansant, en compagnie d’un jeune couple qui se tenait par la main...

- Chers amis, Bonjour. Anna et Léon vont quitter le château de la « Seconde chance » et notre planète Erret pour retourner sur la planète Terre

*

Anna et Léon avaient seize ans lorsqu’ils se rencontrèrent pour la première fois sur la planète Terre ; un 25 décembre. Anna trouva amusant de rencontrer un Léon le jour de Noël. Léon trouva extraordinaire de rencontrer une Anna, un si joli palindrome ambulant. De quoi en être agréablement retournés tous les deux.
Ils discutèrent plusieurs jours de ce qu’ils voulaient faire, et ne pas faire.
Ils parlèrent librement de tout. Du chaleureux cocon familial, du plaisir d’apprendre, de découvrir, du besoin d’agir, pour eux, pour les autres, pour la planète... Ils furent d’accord sur tout. Une évidence.

Ils attendirent quinze jours avant d’échanger un premier baiser. Cela se passa en montagne. Au-dessus de la couche de brouillard, là où la neige épargne quelques confortables rochers. Anna et Léon s’étaient allongés au soleil. La main gauche de Léon effleura la main droite d’Anna. Ils sentirent une intense chaleur les irradier et leurs mains se serrèrent violemment.

Léon, fut pris d’un vertige amoureux. Une fille comme Anna s’intéressait à lui. Que demander de plus ? Il se sentait comblé ; un vrai petit roi. Il se tourna vers Anna. Il fut profondément troublé de lui découvrir un visage de princesse. Il s’aida du coude pour se pencher délicatement vers elle, puis, il posa un baiser chaste sur les lèvres de sa princesse.

Anna eut l’impression de se réveiller d’un très long sommeil.
- Je crois que j’ai dormi très longtemps, dit-elle.
Elle se releva et embrassa Léon sur les lèvres. Un peu moins chastement.
- Anna, tu ne seras plus une princesse endormie, murmura Léon, très ému.
Une Anna, troublante et mystérieuse, lui répondit : Léon, tu ne seras plus un prince oublié.

PRIX

Image de 2020

Thème

Image de Très très court
151

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mohamed Laïd Athmani
Mohamed Laïd Athmani · il y a
Enfin, il n'est jamais trop tard.
Je viens de découvrir.
J'ai aimé et je me suis abonné.
Cette histoire est un véritable filon à exploiter.
Je vous invite à lire: "" DIGOINAISES CORPS ET ÂME ""

Image de RAC
RAC · il y a
Spirituel en fait !
Image de JACB
JACB · il y a
"Un si joli palindrome ambulant" dont je n'ai pas fait la rencontre à temps pour déposer plus qu'un like...j'aime bien l'idée de la deuxième chance !
Image de Denis Delepierre
Denis Delepierre · il y a
Original et intéressant, votre imagination ouvre des perspectives qui se prolongent bien au-delà du cadre de votre histoire. Un tel thème mériterait d'être exploité dans un roman, j'espère que vous y penserez sérieusement un jour (à moins que ce soit déjà le cas?). Je vous remercie pour ce beau texte et vous invite à visiter le monde des Pêcheurs de nuages https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/tranches-de-nuages J'espère que vous vous y plairez.
Image de Paul Brandor
Paul Brandor · il y a
Merci Denis pour votre commentaire. J'enfile mes bottes pour pêcher vos nuages...
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
Jolie inspiration... J'y vois comme un reflet inversé.....
Image de Paul Brandor
Paul Brandor · il y a
Merci Lélie. Oui, le charme d'une vie en verlan.
Image de Michèle Dross
Michèle Dross · il y a
Une très jolie histoire . Comme ce serait bien si on avait une deuxième chance!....
Image de Paul Brandor
Paul Brandor · il y a
Merci Mélanie. On peut toujours rêver...
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Un conte fort original, qui se lit comme un jeu de piste.
( Et il n'est pas encore tout à fait trop tard pour prendre connaissance de " la malédiction " avant qu'elle n'aille sévir ailleurs, en finale ☺ ☺ ☺
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-malediction-8 )

Image de Paul Brandor
Paul Brandor · il y a
Merci Iraje. En route vers la malédiction...
Image de Paul Brandor
Paul Brandor · il y a
Merci Coquelicot. A bientôt sur votre texte.
Image de coquelicot Coquelicot
coquelicot Coquelicot · il y a
j'ai bien aimé ce monde à l'envers, dont la tendresse est loin d'être absente. Mon vote. Coquelicot, aussi en lice, si cela vous tente...
Image de sabrina péru
sabrina péru · il y a
Idée de structure très originale, avec des clins d'oeil et de l'humour qui se dégage de ce texte, saupoudrée de tendresse. J'aurais même un regret, ne pas avoir poussé encore plus loin cette idée de planète de la seconde chance et du "conte" à rebours. Merci pour ce texte, Sabrina.
Image de Paul Brandor
Paul Brandor · il y a
Merci Sabrina pour ce sympathique commentaire.

Vous aimerez aussi !

Du même auteur