Le château d’Elpis

il y a
2 min
177
lectures
48
Qualifié
Il était une fois une femme, du nom d’Elpis, on aurait dit une sorte de sculpture vivante sortie d’un bloc de quartz. Elpis était très fantaisiste. Ce qui l’inspirait c’était le vent. Avec tous ses états d’âme. Parfois bruyant, parfois silencieux, tourmenté ou bien paisible. Dangereux ou nécessaire pour faire avancer les voiliers. Cela lui apportait énormément de créativité. Et voilà qu’un jour, un petit écureuil passa par là. Il était tout en légèreté, magnifique et vif comme l’éclair. Elle avait l’habitude de croiser des créatures étranges et bizarres, qu’elle avait imaginé. Mais celui-ci parlait et cette fois-ci il lui adressait la parole. Il l’a remerciait de l’avoir inventé. En effet, c’était une de ses petites créatures de son invention. Oui parce que ce n’était pas un écureuil comme les autres, celui-ci volait. Et pour la remercier il lui demanda si, elle avait dans la vie, une véritable envie, une envie profonde, qu’elle pensait irréalisable. Elpis lui dit que oui, elle aurait aimé survoler le temps afin de connaître d’autres époques de sa région l’Isère. Et voilà qu’Elpis se retrouvait transporté devant une motte castrale, sorte de fortification de terre datant du moyen âge. Qui deviendra le château de Virieu. C’est là que débutait son voyage. A l’époque de la renaissance. Désemparée et déboussolée, elle se trouvait être un arbre, un saule, parmi d’autres saules. Un peu coincée dans ce nouveau corps, elle avait gagné en sagesse, mais perdu en liberté, ça c’est sûr. Devenue le symbole de l’immortalité. Dommage, se dit elle, j’aurais préféré être une comtesse, un oiseau ou un dragon. Je suis quand même le symbole de l’espoir et non de l’immortalité. Oui parce que c’est sûr à cette époque ils devaient exister, les dragons. Cela ne fait aucun doute. Il s’agit d’une autre espèce, qui a elle aussi disparu. Toujours est-il que du haut de son cinquantenaire, elle pouvait observer ce qu’il se passait. Nous somme au début du XIIe siècle et Elpis assiste à la création de ce petit château en pierre. Très impressionnée d’observer la construction d’une telle structure. Elle a le sentiment d’assister, en quelque sorte, à l’élaboration d’un temple incas. Elpis reprend ses esprits et souhaite avancer dans le temps pour voir d’autres périodes qu’allait pouvoir connaître ce château. Si tôt dit, si tôt fait. Elle assista à une cérémonie en hommage aux personnes qui avaient habité ce châteaux à une bien dure, lourde, sombre et triste période de l’histoire. Cette cérémonie était organisée pour leurs actions pendant la Seconde Guerre mondiale. En effet ce couple a reçu après sa mort, un titre, parce qu’ils ont sauvé des juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Elpis se sentait un peu coincée et à l’étroit dans ce nouveau corps de saule et finalement, pas tellement à sa place. Elle demanda à l’écureuil de la faire revenir à son époque et dans son propre corps. L’écureuil, bienveillant, exhaussa ce dernier souhait. Elpis était heureuse d’avoir retrouvé sa vie, ainsi que sa chère liberté. Elle remercia l’écureuil, qui reprit, lui aussi, son chemin.
48

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,