3
min

Le chat et le merle

Image de Maria Angelle

Maria Angelle

14 lectures

4

Un jardin, une pelouse, un espace vert, La dénomination de ce coin de campagne n'a pas d'importance. C'était environ 800 m2 de terrain. Dans un angle un jardin potager, des arbres fruitiers : cerisier, prunier et pommier formaient un alignement le long de la clôture des voisins, le reste de la superficie était en pelouse.
Pavillon dans les extérieurs d'une petite ville de province comme il y en a tant !
Notre fille aimait les chats.
Nous avons d'abord eu Grisou, un chat de gouttière gris presque angora. Une brave bête que nous avons tout de suite aimé et dont notre fille a soigné l'exémas avec beaucoup de douceur et d'efficacité. Elle n'avait encore que 12 ans mais elle avait su le tondre comme lui avait expliqué le vétérinaire. Malheureusement un beau jour ce chat auquel nous tenions tant a pris le large, à moins qu'il ne soit mort sous les roues d'un véhicule au cours de ses escapades.
Quelques temps plus tard, nos voisins nous ont proposé un chat blanc que leur chatte angora venait de mettre au monde.
Ce chat était une petite chatte, nous l'avons découvert au bout de plusieurs semaines. Elle n'avait que cinq semaines, lorsque nos voisins nous l'ont confié. Elle lapait tout juste seule son lait.
Elle était si petite ! Elle avait besoin de tant de chaleur qu'elle cherchait toujours les endroits cachés, douillets, pour se réfugier. J'avais à l'époque une longue robe de chambre. Le matin, elle venait se glisser sous cette robe de chambre et se posait sur l'un de mes pieds. Impossible de faire un pas sans risquer de la blesser. Pour ne pas être obligé de marcher avec mille précautions dès que je mettais un pied devant l'autre, j'ai eu l'idée de mettre un grand tablier par-dessus ma robe de chambre. Je glissais cette petite boule de poils blancs, dans la poche. Cela lui allait bien. Elle posait les deux pattes sur le bord du tissu et sortait juste la tête. La chaleur de mon ventre, en plus de la ouatine de la robe de chambre lui convenaient à merveille.
Elle a été toute sa vie une chatte extraordinaire.
Elle aimait accompagner mon mari lorsqu'au printemps, rentré du travail, il allait s'occuper du jardin.
Cette chatte était une chasseresse de premier ordre. Combien de souris, mulots, oiseaux, n'a-t-elle pas rapporté de ses vagabondages ?
Les oiseaux perchés dans les arbres fruitiers, ont très vite appris à se méfier. Ce n'était que battement d'ailes dès que la tâche blanche faisait son apparition sur la pelouse.
Il est resté un de ces oiseaux, plus téméraire que les autres, sur une branche, perché !
Keena, c'était le nom de notre chatte, avançait à pas de loup, mine de rien, le regard portant loin. Elle faisait celle qui n'avait rien vu, rien entendu ! Le merle, c'était un merle cet oiseau téméraire ou inconscient, flûtait, sifflait, pour se rassurer lui-même ou pour avertir ses collègues ? Il descendait sur la branche la plus basse, fixait la chatte dans les yeux si celle-ci daignait le regarder. Elle, tout en prenant un air dégagé, calculait le bond à réaliser pour saisir le plumage du volatile.
Le merle, attendait.
Au moment où Keena prenait son élan, l'oiseau s'envolait plus haut, trop haut. Elle patientait encore sur sa branche, prête pour un nouveau saut périlleux. Le merle, sûr de sa rapidité, attendait encore une fois.
Chaque jour ou presque, le manège recommençait.
Pendant des années, le temps du printemps et de l'été, cela est devenu un jeu que nous prenions plaisir à observer.
Si keena n'était pas au rendez-vous, le merle sautait sur la pelouse en lançant des appels. Si c'était lui qui était parti courir le guilledou vers des campagnes éloignées, c'était keena qui regardait d'un air incrédule en se promenant sous les arbres.
C'était tout à fait comique de voir le merle attendre sur la pelouse, grimper sur une branche basse en sifflotant à plein poumons, puis continuer son ascension au fur et à mesure que la chatte grimpait aussi.
Ce volatile ne s'est jamais fait attraper la moindre plume.
Une sorte de jeu, d'amitié, d'empathie étaient nés entre-eux.
C'est le merle qui a survécu.
Un triste jour, notre voisine à retrouvée keena assommée sur le bord de la route. Morte par l'inconscience d'un chauffard roulant à grande vitesse, sur cette petite route trop bien goudronnée.
Au printemps suivant. Pendant des jours et des jours, sur la pelouse, a sautillé un merle en flûtant, en sifflant du mieux qu'il pouvait. Il gardait espoir. Cela ne pouvait être que le merle des jeux des années précédentes.
Il s'est approché de la maison. Il a fait le tour des arbres. Il nous a pris à témoin : lui était fidèle au rendez-vous, pourquoi son amie ne se manifestait-elle pas ? Nous écoutions toute sa tristesse dans sa voix. Nous lisions son désappointement dans sa façon de tourner en rond.

Un jour il n'y a plus eu de chants, ni gais, ni lancinants. Ce merle a compris que son amie Keena ne reviendrait plus.

L'amitié, voire un improbable amour, peut naître entre deux animaux que tout oppose !
Les animaux aussi ont un cœur!

4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de jc jr
jc jr · il y a
j'ai aimé camping et cette relation dangereuse entre ce merle et keena , dont la répétition au fil du temps a certainement fait naître une amitié, d'où la sensation de manque. Je vous invite à venir lire " l'essentiel ", merci.
·
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
Je suis devenu grâce à ma femme un amoureux des chats...Isia contribue à l ambiance familliale et nous apporte joie et réconfort. Merci pour ce charmant texte et le parti pris envers les animaux est plus que justifié. Bravo.
Si vous le souhaitez venez lire le péril vert en catégorie nouvelle et à la condition expresse qu il vous plaise, le soutenir.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-peril-vert
Très amicalement.

·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Trés heureuse découverte. Texte fait de simplicité et d'émotion, très bien décrit. Fasse que ce satané ''comité de lecture''dirige votre texte vers un concours afin d'avoir une meilleure audience.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur