935 lectures

603

FINALISTE
Sélection Public

*« Dans un incendie entre un Rembrandt et un chat, je choisirais le chat. »

Le prof de français nous a invités à réfléchir sur cette citation et ce matin, on en débat en cours.

Comme d’habitude, Marie prend la parole la première. Elle est la « Madame je sais tout de la classe. » Elle explique que « bien évidemment il faut toujours choisir la vie, donc le chat. » Le prof intervient pour rappeler que chaque point de vue est recevable, à condition qu’il soit respectueux de tous. Il lui demande de retirer le « Il faut toujours ». Fort de cette remarque, Romain se tourne vers Marie et lui assène qu’elle ne choisirait jamais une araignée, pourtant classée dans les vivants, puisqu’elle hurle et se sauve dès qu’elle aperçoit une simple toile.

« Fou rire général ! »

Paul, sur la lancée de Romain, propose de sélectionner les animaux qu’on sacrifierait en premier. Je pense aussitôt que je n’aurais pas de pitié pour les rats ! Revenant au cœur du débat, Lucie et quelques autres prennent sans hésiter le parti du chat, arguant que la vie prévaut sur le matériel. Arthur,lui, insiste sur le fait qu’un Rembrandt n’est pas n’importe quoi, c’est l’œuvre d’un génie. Pierre, le poète du groupe, ajoute que dans chaque œuvre, se cache l’âme de l’artiste. Lui, il sauverait une âme.

« Rires moqueurs et soupirs d’exaspération. »

Giacometti, grand sculpteur, respectait forcément l’Art, il a donc voulu nous envoyer un message, dit Simon, la vie doit primer même sur le beau. Louis, qui se moque des grands discours, rétorque en ricanant qu’il sauverait le chat seulement si c’était le sien. Julien, pour surenchérir dans la provocation, ajoute qu’il ne sauverait que les chats blancs.

« Murmures de désapprobation. Colère du professeur et menace de sanction. »

Manuel riposte violemment que le choix de Giacometti est celui d’un bourgeois. Celui qui crève la dalle choisira le Rembrandt et essaiera d’en tirer profit. A notre grande surprise, le douce Lola approuve. Elle explique que ses parents n’arrivent pas à boucler les fins de mois. Chez elle, l’atmosphère est irrespirable, son père déprimé et en colère contre le monde entier. Oui elle choisirait le tableau pour le vendre. D’autant qu’un chat, on peut facilement le remplacer, ajoute Sophie. Assia l’interrompt brusquement. Non un chat n’est pas interchangeable. Quand elle a quitté la Syrie, elle a laissé son chat à des amis ; elle ne veut pas en prendre un autre, elle voudrait le sien. Mais dans un incendie, elle sauverait n’importe quel chat. Anna ajoute que l’image d’un chat qui grille dans les flammes lui est insupportable.

Albert s’insurge ; les pleurnicheries des filles, les jérémiades sur l’exil et le travail qui ne paie pas, ça le fatigue grave ! Lui, choisirait sans hésiter le Rembrandt pour se faire du fric. Jennifer va dans la même direction, pour d’autres raisons. Son rêve c’est de passer à la télé. Sûr qu’elle a plus de chance de devenir célèbre en sauvant un Rembrandt plutôt qu’un chat ! Les bons sentiments ont leurs limites. Auguste dénonce l’hypocrisie de ceux qui disent sauver le chat alors qu’on connaît tous des gens qui tuent des chatons sans s’émouvoir une minute. Lionel avance que le choix du chat serait conditionné par son âge et son état. Un vieux chat, malade, franchement, personne n’aurait envie de le sauver !

« Huées et applaudissements mêlés. »

Enfin je dois me résoudre à prendre la parole. J’explique brièvement que mon choix pourrait varier en fonction des circonstances où je me trouverais. C’est pas un choix, tu te dégonfles ! lance un camarade. J’aimerais lui dire qu’avant je n’aurais pas hésité une seconde à choisir le chat. Mais ça, c’était avant. Avant que mon père soit au chômage, avant qu’il sombre dans la dépression et l’obsession du manque d’argent.

Le prof clôt le débat. Il a pris des notes et fera une synthèse lors du prochain cours.

Le soir, chez moi, mes parents me demandent de parler de ma journée. Je leur relate mon intervention et ce que je n’ai pu dire devant mes camarades. Ma mère baisse la tête et mon père quitte la pièce un peu trop vite, en se frottant les yeux.

La semaine suivante, en rentrant du collège, mon père m’attend avec son sourire d’avant. Il tient dans ses mains une merveilleuse petite boule de poils ! Je me précipite dans ses bras et caresse le chaton.
- Je te nomme « Incendie » dis-je en riant.
- Si la maison brûle, je le sauve en premier ! murmure mon père à mon oreille.

*Alberto Giacometti

PRIX

Image de Automne 19
603

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Christophe Pascal
Christophe Pascal · il y a
Très touchant! Je pense que je sauverais le chat :)
·
Image de Mod
Mod · il y a
C’est une charmante et émouvante petite histoire alertement racontée !
·
Image de Artvic
Artvic · il y a
Michèle, un texte ou la réflexion est de mise ! bravo !! Je suis allergique aux chat mais dans ma rue, j'en aie caressé un pas plus tard qu'hier soir alors que je rentrai !! merci pour ce texte et bonne finale
Ma poésie " Première page" aussi en finale , amicalement et bonne journée Michèle
Ah oui, toutes mes voix bien évidemment !!

·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Je découvre et j'apprécie, la décision du jury est la bienvenue, vous avoir sélectionné pour cette finale est méritée, bravo Michèle ! +*****
Julien.
Je participe dans la même catégorie, si cela vous tente : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/et-on-dit-que-l-alcool-tue-lentement

·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Bravo Michèle, je renouvelle mes voix en finale !
·
Image de Fredoladouleur ...!
Fredoladouleur ...! · il y a
Un texte qui pousse à la réflexion, du moins si l'on n'est pas allergique aux chats ^^ Mes voix et quelques croquettes premium pour ce chat qui saura assurément retomber sur ses pattes ^^ Bonne finale à vous, Michèle !
·
Image de Michèle Thibaudin
Michèle Thibaudin · il y a
Je remercie toutes celles et tous ceux qui viennent ou reviennent. Très touchée de vos votes.
·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
+ 5 voix confirmées.
·
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Une belle histoire, une palette de points de vue. Il n'y a pas qu'une seule vérité en effet.
Belle finale à votre texte!

·
Image de Line Chatau
Line Chatau · il y a
Je vote à nouveau! Bonne chance pour la finale!
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Sur la photo, là au premier plan, ce sont tes parents, Jean et Jeanne, ils ont vingt ans. Le visage figé, le dos un peu courbé, ils sont mal à l’aise et ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Sous la couette fleurie couverte d’un boutis bois de rose, blotti tout au fond du lit, un corps menu. Seuls les cheveux châtain clair dépassent des couvertures. — Émilie, tu dors ? Je...