Le charme de l'imperfection

il y a
2 min
46
lectures
2

Que des poèmes ? Mais non, je suis également scénariste de BD, voir mes histoires à une planche ici : http://short-edition.com/auteur/anna-kutuzov Après avoir écrit toutes sortes de récits  [+]

Je m'installe au café du coin. Qu'est-ce que je peux faire de mieux ?... Tête basse, je prends mon café qui a pour sous-tasse le journal du matin. J'observe ce très joli cercle au-dessous, il m'inspire. Je sors mon stylo. Des casse-têtes ? Ce n'est pas mon genre. Moi, je décore. Entre nous, j'aime trop cette pratique qui ne mérite pas l'appellation « défiguration ». Quiconque sera sujet à ma manière d'ajouter des barbiches, moustaches et autres poils du corps, hommes ou femmes, politiciens ou sportifs. Remarquez, je suis une femme qui est pour l'égalité. Une fois fini, il me vient à l'esprit qu'un journal est à la base banal et sans arôme. Alors que ceci ne l'est plus. Grâce à mes décorations et au café, ce qu'on y voit est devenu imparfait et c'est justement pour cette raison qu'on peut kiffer. Désormais en le lisant, la plupart des gens seront enchantés.

Je reviens à cette tache ronde et impeccable, en vaine toujours enfantine mais joviale cette fois-ci. Cela me tente de croquer à l'intérieur le héros de mon neveu : Harry Potter. Tellement pris dedans, je trace le contour du visage soigneusement, puis les yeux, le nez, les lèvres... Ah ça ! elles m'énervent toujours. Ensuite, c'est au tour des cheveux. Je suis douée pour les cheveux, je choisis une belle frange comme celle de Natalia Oreiro dans la couverture de son deuxième album. Cela sera un Harry amélioré. Et puis... des lunettes, bien évidemment. Je m'efforce de me rappeler, quoi d'autre ? avait-il une fossette au menton comme Travolta ? De toute façon, cela me plaît. J'ajoute. Mais il manque toujours quelque chose, à mon Potter. Je prends encore une fois une gorgée de café en remontant mon regard peu à peu.

Je vois un homme qui attend candidement à l'entrée. Habillé en débardeur, à mon âge, il a des cheveux noirs, pas de tatouages. Jusqu'ici ça va. Sous ses lunettes, un visage parfait. Trop, même. Finalement, mes yeux tombent sur la longue cicatrice qui décore son bras. Et sans trop réfléchir, je me lève d'un coup, en remettant le café d'un geste distrait. Je me dirige directement vers lui. Face à face, je lui demande :
— Alors, c'est pour combien de personnes ? Une... ou deux ?
— Vous êtes l'hôtesse ? il réplique.
— Oh, beaucoup plus que ça !
Il sourit. On se met à table.

Un moment d'intensité : il me regard, je le regarde. Qui va briser ce duel de magie ? Pas moi. Mais en un instant, un coup de mon sacré genou droit – un croisement de pieds automatique, sans doute – tire l'attention à mes créations artistiques. Et comme lui, moi aussi je ne peux pas m'empêcher de regarder ce canevas bien particulier. Mon dessin vient de recevoir une minuscule marque dont la forme est très distincte... exactement au milieu du front.
— Mais c'est incroyable ! dis-je à haute voix sans prendre conscience.
— Je suis en train d'admirer, en effet...
— Non, regarde plutôt cette marque de café ! Je savais qu'il manquait quelque chose...
— Le foudre ! Quel coup de chan...
— ...quelque chose dans ma vie... révèle-je, en exhalant mon haleine à l'odeur du café.
Aussitôt, il embrasse mes lèvres gercées tandis que je caresse avec tendresse sa cicatrice.

Cette rencontre fortuite suivie d'une passion imprévue, c'est le charme de l'imperfection qui est derrière tout cela, j'en suis certaine ! D'ailleurs, c'est ce charme qui fait que le coup de foudre au sens propre embellit le ciel.
2

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Le charme de l'imperfection !! Tout à fait !!
Image de Mordekhaï Katan
Mordekhaï Katan · il y a
Parfaitement ! Merci.