Le chant du vent

il y a
3 min
187
lectures
17
Qualifié
Image de 2014
Image de Micro-nouvelles
Ans 150 après la catastrophe, d'après le nouveau calendrier lunaire.
La jeune fille s'approche de l'immense ruine. Quelque chose l'attire irrémédiablement. Depuis son plus jeune âge, elle rêve de ce moment. 17 hiver, c'est l'âge qu'on doit avoir pour pouvoir visiter les ruines et peut être comprendre. Les demandeurs de nom sont tenus d'y rester seul, pendant au moins deux jours, puis, ils peuvent rejoindre leurs tribus et enfin obtenir leur nom, leur identité, et un minimum de reconnaissance. Bien sur, cette épreuve n'est pas obligatoire, mais ne pas avoir de nom équivaut à ne pas exister, et si cela est supportable étant enfant, personne ne fait le choix de rester nom-nommé à vie.
La jeune fille n'avait donc pas de nom, mais elle savait déjà lequel elle choisirait : Ylil. Elle ne savait pas encore pourquoi, elle était la pour comprendre.
Le vent souffle de plus en plus fort lui hurlant dans l'oreille, elle ne parle pas le langage du vent, cela est réservé au anciens, toute fois, elle comprend quelque chose : Le vent qui hurle et le sable qui lui fouette le visage ne veulent pas d'elle... Surtout le vent, le vent qui était déjà la lors de la catastrophe, lors de l'âge premier de la terre... Le vent doit sûrement savoir, savoir ce qu'elle tente désespérément de comprendre, mais il refuse de le lui dire, préférant lui crier de partir et lui envoyer du sable dans la figure. Elle tente de résister, abandonne et décide de se rendre dans l'immense tours en vers, qui se dresse devant elle...Elle est certes pleine de trous, mais cela sera toujours mieux qu'ici.
Elle entre, et d'un coup, le vent se tait.... enfin, c'est ce qu'elle croit en premier lieu, mais le vent ne s'est pas tus, loin de là. Le hurlement par contre a bel et bien disparu, mais en tendant l'oreille, elle peut entendre un chant lointains, il lui faut quelque seconde pour se rendre compte qu'il s'agit du bruit du vent, passant à travers les trous de la tours, qui forme une mélodie. Elle ferme les yeux, se laisse porter.
Impression fugace de temps anciens
Plus de sable plus de ruine
Une foule disparate
Une nuit lumineuse
Elle revient brusquement à elle, comme après un rêve, tentant désespérément de se raccrocher à des mots ou des images. Mais comme après un long sommeil, tout se brouille et lui glisse entre les doigt, ne lui laissant que des vagues couleurs dans la tête.
Elle enrage, elle y était presque, le vent allait enfin lui révéler ce que tous essayaient de comprendre... Dans sa colère, elle aperçoit l'escalier, celui qui mène en haut... tout en haut. Elle n'hésite pas une seconde et s'y engouffre.
Une marche après l'autre, elle se rapproche du sommet, de la réponse ? Dans son dos, elle sent le vent qui la pousse en avant. Le chant lui n'a pas cesser, il devient de plus en plus fort, la structure de verre le fait résonner, vibrer...
Elle est maintenant au dixième étage.
Ans 2013
une langue incompréhensible
Charabia
New-York
trop de monde
une petite fille dans sa chambre, échange de regard
Retours au présent, la vérité est de plus en plus proche, elle pourrait la toucher du doigt. Les images et les mots que le vent lui a soufflé sont encore présent dans son esprit, elle continue la montée.
20ème étage
Une adulte, c'est la petite fille de tout à l'heure
Année 2020
Une boite diffusant des images, mauvaises nouvelles
La jeune fille est anxieuse
menace de guerre
épée de Damoclès
Encore un fois, le chant devient incompréhensible, mais cette fois, elle a réussie à en percer le sens, elle devine en elle même le sens de tout ceci, en fait elle l'a toujours su, c'est d'ailleurs la seule chose qu'elle sache vraiment : La Grande catastrophe, ainsi que l'appelle les anciens.
Elle hésite, est elle vraiment sure de vouloir comprendre ? Mais le vent l'encourage, et puis comment pourra t-elle se nommer Ylil si elle n'est pas allé jusqu'au bout ?
Dernier étage, le chant du vent est de moins en moins harmonieux, de plus en plus fort, il conte une période que tout le monde aurait préféré oublier
Année 2027/An zéro sur le nouveau calendrier
Guerre mondial
L’Europe est déjà détruite
Panique dans les rues de New-York
La chine menace d'envoyer une bombe nucléaire
La femme, toujours la même cours dans la rue
Il y a des snipers à toutes les fenêtres
et sur les bouches, toujours le même mot
Apocalypse
Une main s'approche d'un bouton rouge
Elle à maintenant compris, elle ne veut pas en entendre plus. Elle se bouche les oreilles, mais le chant du vent résonne dans sa tête et s'engouffre en elle. Elle titube, il lui reste pourtant une dernière chose à faire.
Les quelques marches qu'elle doit franchir pour atteindre le toit sont interminables. Elle contemple alors les ruines, gigantesques bloques de bétons recouvert de lianes. La nature à repris tous ses droits, et le vent souffle, plus fort que jamais créant une tempête de sable... Une tempête de sable à New-York. Son regard se porte maintenant vers le dehors, l'immense désert de sable noir qui recouvre désormais tout et qui les oblige à vivre en peuple nomade. Elle à compris maintenant, mais il lui reste une question... pourquoi Ylil ? pourquoi ce prénom? Le vent le lui hurle.

Année 2013
Lily est assis dans sa chambre, elle vient d’emménager à New-York, demain c'est son premier jours dans sa nouvelle école, elle n'arriva pas à dormir. Soudain, un son étrange envahit sa chambre, et les contours d'une personne commence à apparaître... L'apparition a une forme humaine, elle ne semble pas réellement là, pas vraiment matérielle... Toutefois les deux filles se regardent, toute deux tentant de comprendre, chacune voyant dans le regard de l'autre sa propre incompréhension... comme un reflet.

17

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,