Le champ de fleur

il y a
3 min
77
lectures
35 voix
En compétition
Image de 2020

Thème

Image de Très très court
Enfin l’été tant attendu. Depuis trois mois, Agbodji et Kéhouéfa ne sont pas sortie de chez eux. Ils décidèrent d’aller profiter de la nature quelques jours. Ils partirent en amoureux vers les terres vierges de l’Isère. Ils prirent des sentiers et s’y enfoncèrent sans regarder derrière. Elle leur avait beaucoup manqué, cette nature. Un couple des colombes vint, se posa sur eux comme s’ils les attendaient. Un amour partagé avec les rois de l’amour et de la paix. Au détour d’un champ, ils furent accueillir par une brise suave remplie de tous les parfums qui parcourait les champs, les montagnes et vient à eux. Ils s’arrêtèrent nette et humèrent cet alliage de parfums. Kéhouéfa s’assit et en délatta à sa faim. Le parfum commença à se dissiper. Elle piqua une folie. N’ayant pas suffisamment rempli son corps, elle se leva brusquement et se mit à la recherche de la mine d’où provint un tel délice envoutant. Elle suivit les odeurs qui la guidèrent vers la mine avec grand appétit. Elle piqua un vif arrêt, ne bougea point. Très lentement, elle se mit sur ses genoux et ouvrit grand la bouche comme pour pousser un grand cri mais aucun son n’en sort. Prise de peur, Agbodji courut vers elle pour voir ce qu’elle avait. A peine fut-il près d’elle qu’il se figea aussitôt et tout doucement, il se posa lui aussi sur ses genoux. En effet, devant eux se trouve un immense champ de fleur de toutes couleurs, de toute nature, de tous les arôme possible. Sur presque toutes les fleurs sont posés des papillons aux mille couleurs. Par moment, ils se levèrent dans un mouvement ondulé comme des grosses vagues qui vinrent s’échouer sur le sable de la plage. Son esprit alla de vague en vague comme une pirogue jusqu’à atteindre les eaux calmes, là où règne un silence angélique, où l’évasion est totale. Il ouvrit grande la bouche, ferma délicatement les yeux et se laissa aller comme elle. Les rayons du soleil qui jadis essayaient de les rendre noir invisible à l’ombre, leur caressèrent maintenant la peau, allant dans le sens des poils. Rien d’autre ne pouvait procurer un tel bonheur. Tout son corps fut comblé et déborda d’arôme. Il était tout ivre au point de ne pas pouvoir prononcer quoi que soit qu’en marmonnant. Il essaya de revenir sur ces deux pieds mais il tangua comme un bateau sur une grosse vague du matin. Il ouvrit les yeux mais impossible de résister, les paupières furent fou de joie qu’ils battirent les aires comme une abeille qui vint de découvrir un champ de fleur au pétale d’or. Ils furent hypnotisés. Même les colombes se posèrent eux aussi pour vivre ce moment, eux qui scrutèrent les aires en déployant les ailes, comment n’eurent pu faire la découverte de ceci ? Ça se lit dans l’aspect de leur plumage. Un silence royal habita ces lieux. Même les oiseaux chanteurs ne l’ouvrèrent pas, les abeilles, les mouches ne volèrent pas. On dirait l’antre du paradis. Peu à peu, ils arrivèrent à reprendre leurs esprits. Quand ils jetèrent un coup d’œil à côté, ils furent absorbés un tant soit peu par le magnifique spectacle des colombes ivres. Agbodji arriva tant bien que mal à s’assoir. Il prit Kéhouéfa dans ses bras, le regard toujours devant, ils contemplèrent cette merveille. Le champ est si immense qu’ils n’y virent pas l’autre bordure. Aucun humain ne peut réaliser une chose pareille. Dame nature fut vraiment une artiste au talent inébranlable. Les colombes furent les premiers à reprendre le total contrôle. Ils déployèrent les ails silencieusement et vint se poser sur eux pour les réveiller de leur transe. Ils se rendirent compte que le temps passait, que le soleil baissait déjà son rideau, il leur faudra élire demeure là où ils seront quand il fera nuit. Tout porte à croire que se sera ici. Kéhouéfa voulut rester dans ce lieu féérique pour toujours. Agbodji fit mine de ne pas vouloir. Elle ne comprit pas son refus malgré ces yeux qui brillèrent d’envie de posséder ces lieux. Tant bien que mal, il arriva à dissimuler son envie de posséder ces lieux. Il aurait tellement voulu l’avoir et l’offrirait en cadeau à sa belle. Mais voilà qu’elle fut la propriété de dame nature.. Dame nature ne sera pas contente de lui et pourra le leur faire payer. Il vit de la tristesse sur son visage. Ils furent vraiment déçus de devoir abandonner ce paradis terrestre. Lui aussi d’ailleurs, intérieurement dévasté par son incapacité de l’avoir rien que pour lui. Mais comme il fallait mourir avant de prétendre au paradis, ils finirent par partir. Ce ne fut pas si simple. Ils ne surent pas vers où se diriger. Ils prirent finalement la direction opposée à celle au quart tour de celle de la lune qui regarda la terre par les fenêtres de sa chambre en taquinant le soleil. Ils tournèrent plusieurs fois en rond sans savoir où ils allèrent réellement. Ils revinrent sur leur pas, devant ce trésor dont ils devinrent les gardiens. Ils montèrent leur tente sous un arbre. Ils passèrent de merveilleux moments qui leur permirent de renforcer leur amour. Ils connurent tous ces paysages mais aujourd’hui, ce fut tout autre chose. Ils se demandèrent, est-ce vraiment l’Isère qu’on connait ou un nouveau qui est venu pendant qu’ils furent confiné par le méchant virus.

En compétition

35 voix

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de De margotin
De margotin · il y a
Mes voix!

Je vous invite à découvrir mon nouveau recueil de poèmes en lice au grand prix du manuscrit 2020.
veuillez cliquer sur ce lien http://www.lajourneedumanuscrit.com/Stigmates
Pour lire l'extrait et sur j'aime pour connecter, puis sur j'aime à nouveau si vous voulez le soutenir au grand prix de la journée du manuscrit. Merci beaucoup
Salutations chaleureuses

NB: veuillez connecter Disqus au bas de la page si vous voulez laisser un commentaire.

Image de Tnomreg Germont
Tnomreg Germont · il y a
Excellent ! Mes 5 voix
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mes encouragements pour cette œuvre, Beau-Gard ! Une invitation à venir vous dépayser dans mon “Dépaysement au Royaume des Animaux” qui est également en compétition pour le Prix Short Paysages – Isère 2020. Merci d’avance !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/depaysement-au-royaume-des-animaux

Image de Philippe Larue
Philippe Larue · il y a
Auchan, Honfleur la chartreuse à coté de vodka à voter . Visitez ici https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-point-g-de-poincare
Image de ALYAE B.S
ALYAE B.S · il y a
J'adore... Bonne chance! Mes 5 voix !
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Comme une lente exploration ... Avec mes encouragements.