4
min

Le château de Bran

Image de JARON

JARON

1274 lectures

1187

FINALISTE
Sélection Public

Je m'appelle Léo Malvani. Ma meilleure amie est roumaine, elle s'appelle Marina Moldavan.
En octobre 2018, elle m'avait invité à la rejoindre dans sa famille pour fêter Halloween comme chaque année. C'était la tradition chez les Moldavan.
Je m'étais rendu dans la ville de Brasov en Transylvanie, lieu de résidence de ses parents.
Marina et ses parents m'attendaient devant leur propriété, une maison traditionnelle à ossature bois.
L'accueil avait été très chaleureux, ils étaient ravis de me rencontrer, et espéraient même en savoir davantage sur notre relation.
_ Bienvenu chez nous Léo, Marina vous a t elle parlé de notre manière de fêter Halloween?
_ Non! papa, s'était empressée de répondre Marina.
Elle avait, dans le même temps regardé son père d'une manière étonnante, il y avait une certaine complicité mais également de la crainte dans son regard.
Le dîner s'était bien passé, la soirée avait été très conviviale, et j'oubliais vite le malaise qui s'était produit lors de mon arrivée.
Le lendemain, c'était le 31 octobre, le jour de la fête.
_ Avez vous bien dormi? M'avait demandé la maman de Marina
Sur le moment, je n'avais pas prêté attention à la couleur de ses yeux. Puis en me tournant vers elle, j'avais vu ses globes oculaires, ils étaient blancs, les pupilles complètement retournés, un énorme frisson avait parcouru tout mon corps. J'avais,pour toute réponse, bégayé un “oui” aussi furtif qu'inaudible.
Marina m'avait annoncé le lieu des festivités : le Château de Bran. J'avais lu de nombreux articles sur cette lugubre batisse située à une trentaine de kilomètres de la ville de Brasov, à l'entrée du col de Vlad-Rucâr, le territoire du prince Vlad Tepes, le fameux comte de Dracula.
La famille Moldavan, louait chaque année le château pour fêter Halloween.
J'avais enfin trouvé mon déguisement, j'avais eu l'idée de m'habiller en zombie. Ce qui avait plu aux parents de Marina. Je compris plus tard pourquoi.
J'entrais enfin pour la première fois dans ce château habituellement très prisé des touristes, du fait de la légende qui entretenait son intérêt.
Toute la famille était là. Nous avons traversé la cour principale, puis une sorte de troubadour au visage bardé de cicatrices, nous avait conduit dans une magnifique pièce de réception, l'endroit où allait se passer la soirée. Tout de suite, mon attention avait été attirée par une ancienne porte faite de bois cloutée avec un anneau en fer forgé à l'éfigie d'une tête de Diable.
La fête battait son plein. C'est alors que je m'aperçus que Marina et ses parents n'étaient plus dans la pièce. Tout le monde était fort occupé et surtout bien imbibé d'alcool. Je me dirigeai alors vers cette fameuse porte. Ma première erreur fut de l'ouvrir. Je pénétrais alors dans un long couloir où régnait une odeur âcre qui évoquait la mort. L'odeur de la vieille terre que l'on veut remuer. Plus loin, je poussais une deuxième porte, et ce fut ma deuxième erreur. J'arrivais dans une chapelle. Il y régnait une atmosphère lugubre. Une musique provenant d'un orgue jouait une marche funèbre. Une forme plus qu'un être vivant était au clavier. Il ondulait, avec ce qui ressemblait à un corps au rythme de la musique. Autour de quatre cercueils ouverts, se tenait Marina et ses parents, du moins, c'est ce que je croyais. Ils avaient pris l'apparence de zombies, leurs visages étaient entièrement blancs, leurs yeux étaient devenus d'énormes orbites, leurs lèvres avaient disparues au profit d'horribles dents ensanglantées. Je me cachais derrière un petit muret, horrifié par ce que je voyais.
Marina et ses parents, étaient penchés sur les cercueils, leurs mains plongeaient dans les corps et en ressortaient couvertes de sang et pleines de viscères qu'ils portaient à leur bouche. Ils semblaient se délecter de leur repas funèbre. J'avais été pris de nausée et avais vomis mon repas. C'est alors que ma présence avait été repérée par le joueur d'orgue. Je n'avais pas eu le temps de me sauver. Il m'avait attrapé d'une main ferme, avec une force incroyable et m'avait amené devant Marina et ses parents. Son père, m'avait fixé de ses orbites sombres, sa mère avait pointé vers moi ses yeux laiteux et Marina n'était plus qu'un être aux cheveux rouges, le visage blanc ensanglanté et les dents acérées. J'allais, à ce moment précis, m'évanouir, mais il fallait que je tienne bon. Etait ce un mauvais rêve? Un cauchemar?
Et pourtant, cela était bien réel, je venais de percer le secret d'une famille de zombies. Maudit soit le jour de ma rencontre avec Marina.
Il était trop tard pour s'échapper, trop tard pour reculer, il me fallait affronter l'irréel qui était bien la réalité.
Ils me mirent dans un cercueil et firent quelques incantations autour de moi. Je criais, j'hurlais en prononçant le nom de Marina. Mais qu'était devenue l'amie que j'avais connu?
Lorsque le cercueil s'était refermé sur moi, j'avais senti mon urine couler entre mes jambes. La chaleur de l'urine, n'arrivait pas à réchauffer mon corps complètement gelé, tant par le froid qui régnait dans la chapelle, que par la peur qui me tenaillait. Cette fois, c'était la fin. J'allais subir le même sort que les cadavres qui m'entouraient. Il y avait eu une grand silence, et le bruit d'une porte qui se referme , avait fait écho dans la chapelle.
Imaginez vous, un zombie de pacotille enfermé dans un cercueil le soir du 31 octobre. J'aurais pu en rire, dans d'autres circonstances, mais là, j'étais terrifié.
Qu'allaient ils faire de moi, maintenant que j'avais percé leur secret? Pourquoi avais je pousser cette maudite porte?
Heureusement, j'avais toujours dans ma poche mon laguiole. Une fois la lame ouverte et après maintes efforts, je réussissais à ouvrir le couvercle de mon abri mortuaire.
Le spectacle qui s'offrait à mes yeux, m'avait fait vomir une seconde fois. En effet, les cadavres étaient empalés sur des pieux. Je m'étais alors souvenu, que le comte de Dracula ne buvait pas le sang de ses victimes, mais qu'il les empalait. Un fois délesté de mes tripes et boyaux, je m'étais mis à réfléchir à ma situation peu confortable.
Dans mon malheur, il me restait une chance incroyable. D'une part, j'avais conservé mon téléphone portable, de l'autre j'avais pris sur internet des informations sur le château de Bran, et notamment sur le plan et les fameuses soixante pièces truffées de passages secrets. Mû par une force soudaine, je m'étais précipité vers une porte que j'avais ouvert sans peine. Suivirent une enfilade de pièces exigues, et de couloirs sombres et étroits. Je m'étais positionné sur “maps” afin de visualiser ma position dans le château. Il était temps, d'horribles bruits ainsi que d'atroces hurlements étaient parvenus jusqu'à mes oreilles.
Soudain, l'écran de mon téléphone était devenu aussi noir, que mon environnement. J'étais alors pris de panique et poussais un cri de désespoir.
C'est alors qu'une chose incroyable arriva. Une silhouette d'une blancheur incroyable, presque transparente, me fixait en me souriant. Elle m'avait fait signe de la suivre. Je ne m'étais pas fait prier et m'était mis à la suivre dans ce dédalle de pièces. Je fus projeté vers la lumière de l'extérieur et me heurtais à une forme humaine.
_Etes vous Monsieur Monsieur Malvani?
_Oui, c'est bien moi.
_ Tout le monde vous cherche partout, Monsieur Moldavan nous a contacté car sa fille Marina était très inquiète de votre disparition.
Le policier roumain avait reprit:
_ d'où arrivez vous?
_ De cette porte avais je dit en me retournant.
_ Quelle porte? M'avait répondu le policier, vous voyez bien qu'il n'y a aucune porte ici.
J'en étais resté bouche bée, en effet, il n'y avait qu'un mur à l'endroit que j'indiquais.
Dans l'avion qui nous avait ramené à Paris, Marina lisait tranquillement un magazine féminin à mes côtés. Elle s'était retournée et m'avait sourit tendrement.
Voilà, mon incroyable histoire. Nous sommes le 31octobre, je viens de me marier avec ma meilleure amie, pour le meilleur ou... pour le pire.

PRIX

Image de 2019

Thème

Image de Très très court
1187

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Skimo
Skimo · il y a
Pas aussi fantastique que ce qui se passe dans les Carpathes de Dracula, je vous invite à venir voir ce qui se trame ches les ducs de Savoie dans "Ne pas faire de mousse". Merci
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Skimo, merci de votre appréciation je vais de ce pas faire un tour chez les ducs de Savoie. Belle journée à vous.
·
Image de Napoléon Turc
Napoléon Turc · il y a
Une bonne histoire, malgré quelques coquilles et l'emploi des temps à revoir. :-)
·
Image de JARON
JARON · il y a
Merci Napoléon d'être passé apprécier mon texte, excellente journée à vous.
·
Image de Chateaubriante
Chateaubriante · il y a
je vérifie mes votes
juste à temps pour renouveler +++++

·
Image de JARON
JARON · il y a
Merci
Chateaubriant belle soirée à vous.

·
Image de Floflogo
Floflogo · il y a
Une histoire bien racontée qui ne nous laisse pas indifférent au sort de Léo. Toutes mes voix !
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonsoir Floflogo merci d'être passé. Belle fin de journée.
·
Image de Symphonie
Symphonie · il y a
Le petit Poucet avait ses cailloux. Léo était plus moderne avec son opinel et son portable. Bonne chance.
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour et merci Symphonie d'être venue me voir au château. Belle journée.
·
Image de Skimo
Skimo · il y a
Un bien joli nom, Marina, ca aurait été dommage que son apparence reptilienne soit confirmée. Je vote
·
Image de JARON
JARON · il y a
Merci Skimo d'être passé me voir au château, en effet j'ai craqué pour Marina.
·
Image de Vrac
Vrac · il y a
J'avoue ne pas avoir eu trop peur, le château de Bran ressemblant davantage à l'attraction d'un circuit touristique qu'à un manoir hanté, et les Moldavan étant des gens charmants. Et donc on sait que l'histoire va bien finir, et que Léo et Marina auront beaucoup d'enfants, de jolis petits métis de vampires.
(j'avoue aussi avoir été gêné par la syntaxe et l'usage approximatif des temps du passé, imparfait, passé simple et passé composé menant une bacchanale endiablée...)

·
Image de JARON
JARON · il y a
Merci d'être passé Vrac et pour votre commentaire qui me permettra de progresser. Belle journée à vous.
·
Image de Denys de Jovilliers
Denys de Jovilliers · il y a
La chute laisse planer le doute et relance l'imagination du lecteur ...
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Denys, merci d'^rte venu me voir au château, j'espère que vous avez pu échapper aux vampires. Si oui, belle journée à vous.
·
Image de Denys de Jovilliers
Denys de Jovilliers · il y a
Pour l'instant oui, j'y ai échappé, mais je me méfie ...
·
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Histoire pleine de suspense et de mystère. La fin, malgré tout, n'a pas d'explication logique, et j'avoue ne pas avoir bien compris. Pourquoi n'y avait-il pas de porte? Le narrateur a-t-il été victime d'un cauchemar, d'hallucinations, est-il entré dans un monde parallèle?
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonsoir Silvie c'est très gentil d'être venue me voir au château. Concernant la fin je laisse le mystère opérer, as t il rêvé? Ou bien est ce réel et la porte s'est refermée en disparaissant?
En tous ca belle soirée/ nuit à vous.

·
Image de Elisa Comte
Elisa Comte · il y a
Comme quoi, il faut toujours garder son laguiole (ouOpinel !) son smartphone et Maps !!!! (Placements de produits ?) mes voix ! Et si la dulcinée ressemble à Adriana K , cela vaut bien quelques sacrifices ! Blague à part, La remarque sur l’utilisation du présent me paraît très judicieuse. Peut être aussi qu’un reste sanglant entre les incisives de la belle, dégustant le sandwich Easyjet aurait ouvert des perspectives ....?
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Elisa merci beaucoup d'être venue me voir au château. Superbe idée le sandwich easyJet, je retiens… belle journée à vous.
·