Le cabinet du roi

il y a
1 min
2
lectures
0

Intermittente de l'écriture, dans la catégorie Supersenior. Des mots, des phrases, qui jaillissent parfois, qui viennent sans qu’on les cherche, allez savoir pourquoi  [+]

- Chaque chambre dispose d’une salle de bains, et d’un espace toilettes avec wc suspendu...
Ma femme prend des notes... Quant à moi, je n’entends plus l’agent immobilier. J’ai zappé sur « toilettes » et je flashe-back...

« Espace toilettes » nous aurait bien fait marrer, mes frères et moi. Quelle toilette aurait-on pu faire dans notre cabinet, je vous demande un peu ?
Car le cabinet de notre enfance, ce n’était pas le cabinet médical de notre dentiste, mais «  la petite pièce située à l’écart », dixit le Petit Robert.
Pour être à l’écart, on peut dire qu’elle l’était ! Dans la montée d’escalier, à mi-hauteur entre notre appartement et le grenier, pour être exact.

Description de l’ « espace »: guère plus de 2 m° de surface au sol, une lucarne, sans vitre, qui donne sur l’arrière-cour des voisins, « Plomberie et Sanitaires », ironie du sort. Une ampoule électrique pour le confort, une chasse d’eau à tirer au risque de se tremper les pieds si l’on n’y fait pas gaffe, puisque de siège, il n’y a point : W-C à la turque, ça s’appelle.
Mystère jamais résolu par aucun de nous : que viennent faire les Turcs dans notre cabinet ?
Pas question de s’y installer pour y lire le dernier Tintin, ou alors, bonjour les crampes dans les mollets ! Le pire, c’est l’hiver, quand dehors, c’est-à-dire dedans pour l’occupant de ces lieux, dits d’aisance, il caille à –10° ou -15°. A force de nous entendre râler, notre paternel y a bricolé un système de chauffage, en suspendant au-dessus de nos fesses, solidement arrimé au plafond, un radiateur électrique qui se met à rougir, le pauvre, dès que la lumière s’allume. Mais comme nous ne traînons pas sur la scène, la chaleur commence à se répandre quand le spectacle est terminé. Rideau.
Notre cabinet est pourtant notre luxe, lorsque, à la fin des grandes vacances, nous revenons de la campagne où l’on nous a envoyés pour changer d’air. Mémé, elle, n’a pas de cabinet. Et dans la cabane au fond du jardin, nous pouvons toujours nous attendre « aux mouches qui bourdonnent ou aux abeilles qui frelonnent », comme le chantera Francis...

- Qu’est-ce que tu en dis ? Si nous pouvons faire baisser le prix...

Tandis que ma femme entame les négociations, j’anticipe.

Je rêve déjà à ces moments où, dans mon cabinet privé, tel un roi, je m’assiérai sur mon trône suspendu.

Pour y relire au calme tous mes albums de Tintin.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Big gang

Véronique Copetti

— Je me fais chier... Je me fais chier...
Dieu s’emmerdait ferme.
— Immortalité, prononça-t-il d’une voix distraite.
Il jouait au pendu avec Brahma. Le dieu hindou secoua ses quatre... [+]