513 lectures

350

Qualifié

D’une terrible banalité... voilà comment l’on pourrait décrire la descente en enfer d’Olivier.

Un « je ne t’aime plus », une porte qui claque.
Puis une demande officielle de divorce, une dépression nerveuse interminable, une pension alimentaire devenue trop dure à payer, la lettre de licenciement, le loyer qui devient inabordable et enfin la rue...

Un mauvais cauchemar auquel il a fallu s’habituer. De toutes les privations, ce n’est pas la faim ou le manque d’hygiène qui le torturait le plus mais la solitude.

L’absence de considération des passants qui l’ignorent obstinément... les nuits qui n’en finissent plus dans un silence de cathédrale et un isolement dont on ignore même s'il aura une fin un jour.

Jusqu’à il y a six mois....
Cinq jeunes qui s’amusaient à persécuter un autre malchanceux comme lui et qui tentait d’esquiver les coups.
Il lui vint en aide et parvint à faire détaler les gamins au prix de quelques hématomes.

— Ça va, rien de cassé ?
— Non rien et merci pour votre aide, vraiment
— Olivier et vous ?
— Moi c’est François
— Et vous avez quoi comme projet immédiat ?
— Ben...pas grand-chose
— On peut le faire ensemble alors ?

Et c’est ainsi qu’ils se lièrent d’amitié. Ils arpentaient les rues de Strasbourg veillant à maintenir un minimum de propreté, à ne jamais boire d’alcool et à rester présentables autant que faire se peut.

Surtout même si les estomacs étaient souvent vides, ils ne se sentaient plus seuls.
La nuit venue, ils refaisaient le monde. Au travers de leurs discussions sans fin, ils quittaient Strasbourg et satisfaisaient leurs envies d’ailleurs.
Ils décrivaient les endroits qu’ils aimeraient visiter, les monuments à découvrir, les spécialités locales à déguster.
Et ainsi passait le temps, quelque peu adouci par cette fraternité, même si la vie n’en restait pas moins rude.

Et particulièrement en ce moment.
Décembre approchait. Les deux dernières nuits avaient été glaciales. Un cauchemar.
Les appels au 115 restaient sans réponse, la ligne était toujours occupée et les bénévoles qui venaient en aide aux sans-abris étaient débordés.

Cette soirée-là, on frôlait les -5 dehors. Les engelures provoquaient des douleurs très vives.
Recouverts par un duvet, serrés l’un contre l’autre, les deux compères souffraient le martyre.

— Olivier j’ai faim, j’ai froid... tellement froid... je ne sais pas si je vais tenir une nuit de plus.
— Qu’est-ce que tu racontes frérot... c’est juste un mauvais moment à passer. Ça ira mieux bientôt...
— C’est trop dur je vais finir par baisser les bras.
— Allez, pense à tous ces voyages dont on a parlé et qu’on fera un jour... ferme les yeux. Et hop, ça y est, on est partis. Tu te souviens de tous les lieux dont tu m’as parlé ?

François opina du chef.

— D’abord il y avait Paris. Tu sais le Paris bohème, le Paris carte postale... Tu m’as parlé de Montmartre, de visiter le Sacré Cœur ! De pénétrer dans Notre Dame. T’as jamais été croyant mais tu disais que la maison du Bon Dieu proposait le seul loyer qu’on pouvait se payer.
Tu voulais aller aux halles pour manger des huîtres avec un verre de Muscadet. Même que tu en as jamais goûtées. Et en coquin que tu es, tu voulais aller voir Pigalle où les filles se déshabillent pour rien.
Et après tu voulais absolument aller en Italie. Florence, la ville des Médicis, l’époque de la Renaissance, la quintessence de l’art et le Ponte Vecchio. Et puis descendre jusqu’à Rome, visiter le Colisée, monter sur le Capitol... manger les meilleures pizzas du monde... Voir la cathédrale St Pierre et l’œuvre de Michel-Ange, la chapelle Sixtine...
Et ensuite tu parlais d’Athènes, du Parthénon. Le berceau de la civilisation européenne, les préludes de la démocratie.
Arpenter les marchés d’épices aux senteurs de piment, d’olives, de coriandre et de safran. De se perdre dans une petit île grecque, de regarder un coucher de soleil sur une plage déserte et de manger du poisson grillé la nuit venue en allumant un feu. Tu t’en souviens, dis ?

François esquissa un léger sourire à l’évocation de ces endroits.

— Et pour finir tu voulais découvrir l’Asie... Pénétrer dans la cité interdite, longer un peu la grande muraille de Chine... affronter les vents de la mousson, marcher pieds-nus dans les rizières et chevaucher un éléphant pour devenir cornac en Inde. Je te vois en costume traditionnel, fier et heureux de maîtriser le mastodonte.
Alors tu vois tout ce qu’il te reste à accomplir ? Et regarde avec l’argent de la quête on pourra peut-être aller manger une choucroute... Je sens déjà l’odeur des saucisses, du lard croustillant et du chou fermenté... Donc tiens le coup mon pote, le meilleur est à venir. Hein, qu’est-ce que t’en dis ?

François émit un grognement, puis s’étala de tout son long sur le trottoir.

— Eh François, parle-moi, dis quelque chose... On va les faire ces putains de voyages tu m’entends ? Me laisse pas mon frère, me laisse pas mon pote, non ne me laisse pas...

De l’autre côté de la rue, les passants marchent sourire aux lèvres se réjouissant des festivités de fin d’année qui seront bientôt là.
Seul s’est arrêté un petit garçon de cinq ans qui regarde, interloqué, un pauvre hère en pleurs serrant contre lui le corps sans vie de son camarade.
Lui avait atteint le bout de son voyage, tandis qu’Olivier retrouvait sa vieille complice : la solitude...

PRIX

Image de Printemps 2019
350

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer  Commentaire de l'auteur · il y a
Je suis très sensible à l effet que ce texte a produit sur les lecteurs. C est sûrement parce que malheureusement c est une fiction qui rejoint trop souvent la réalité...Merci encore à vous..
·
Image de Orphée
Orphée · il y a
Magnifique texte j ai voté :)
·
Image de JACB
JACB · il y a
Trop triste, la fin..c'est ma première réaction et puis malheureusement du désespoir il y en a tant qui court les rues. C'est bien écrit Hervé comme d'Hab! Et puis l'idée de ces voyages...
·
Image de Audrey Hutmacher-Cointet
Audrey Hutmacher-Cointet · il y a
L'amitié ne sauve pas de tout mais peut redonner un peu de chaleur et un soutien dans les moments difficiles.
J'espère qu'Olivier retrouvera sa dignité et ne sombrera pas plus bas malgré la mort de son ami.

·
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
triste fiction-réalité ...
·
Image de Pherton Casimir
Pherton Casimir · il y a
Magnifique texte... Félicitations!
Toutes mes 5 voix. Je vous invite à lire et à supporter mon texte. https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-beaute-dun-reve
Merci !

·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
La fraternité des sans domicile, un peu utopique.
·
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
La seule richesse de ceux qui ont tout perdu l amitié...utopique certes mais cela existe parfois...tout comme son opposé...merci d être venu me lire.
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
Liberté, égalité. .. fraternité . Mes voix, Hervé...
·
Image de Chloé Goupille
Chloé Goupille · il y a
Ho non, ça finit mal ! J'aime bien le réalisme mais cette fois j'aurais aimé une happy end un peu utopique. Tant pis pour moi, je vais rester dans ma honte de faire partie de ses gens qui détournent le regard parce qu'ils se sentent impuissants..
·
Image de Amicxjo
Amicxjo · il y a
Émouvant mais quel honte de faire partie de ce peuple qui laisse sur le bord de la route ses frères moins chanceux mais qui paye un joueur de babale plus d'un million et demi par mois...
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

En France, dans un avenir proche.... — Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, soyez les bienvenus à votre grand spectacle, le show le plus regardé dans notre pays : « À vos risques ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

La nuit va tomber sur le port. Mouettes et cormorans zèbrent le ciel dans l’attente des déchets de la pêche que les marins vont leur livrer en nettoyant les ponts. L’un après l’autre, les ...