Le bonheur est dans le point.

il y a
3 min
12
lectures
2

Votre Shy Cat aime philosophie et poésie , cherchant, encore et encore le sens d' une présence! http://www.monbestseller.com/actualites-litteraire/8724-pourquoi-jecris-18#comment-44022 Si la  [+]

Monsieur K regardait Catherine : la belle brunette portait une jupe encore plus courte que d'habitude.
Il interpréta le doux sourire de la jeune femme comme un bon signe :

- Vous pensez que ?
- Votre note sera changée ?
- C'est cela !
- C'est le cas, vous perdez deux points.

Le quinquagénaire se recroquevilla dans son fauteuil :

- Ce n'est pas possible ?
- Pourquoi donc ?
- Il doit y avoir une erreur.
- Je vais reprendre votre dossier, dit Catherine en souriant.

Monsieur K lorgna vers le décolleté de Catherine, il n'aimait guère les petites poitrines, mais elle avait, de façon assez étrange, choisi de mettre ses formes en valeur.

- Revenons au départ, proposa la jeune femme.
- Si vous le souhaitez.
- En 2020, vous aviez émis des réserves sur la mise en place du fichier numérique universel, pourquoi ?
- En fait, à l'époque, je craignais un recul des libertés individuelles.
Et c'était une erreur, la société pouvait ainsi mieux contribuer à notre sécurité, récita le vieil homme.
- Oui, c'est la bonne réponse, poursuivons proposa la brunette en se penchant pour mieux montrer son décolleté.
En 2022, vous avez signé une pétition en ligne contre la mise en place d'une notation individualisée universelle, pourquoi ?
- Pour les mêmes raisons : je pensais que le but était d'introduire une hiérarchie, une méritocratie.
- Ce qui n'était pas totalement faux ? concéda Catherine.
- Oui, mais à l'époque, je n'avais pas compris que le gouvernement voulait notre bien, à tous, et surtout notre bonheur !
- Oui, c'est la bonne réponse, confirma Catherine en se caressant les cheveux.
En 2023, vous avez manifesté contre l'attribution d'avantages et de droits , en fonction de la note obtenue, lors de l'évaluation individuelle, pourquoi ?
- Je craignais la victoire de l'injustice et de l'arbitraire, murmura Monsieur K, très gêné.
- Et, en réalité ?
- En fait, je n'avais pas compris que ce système de punitions et de récompenses permettrait de donner à chacun ce qu'il méritait d'avoir, en fonction de son engagement au service du Bien Commun. Ainsi non seulement tous les hommes seraient heureux, mais encore ce bonheur serait mesurable, objectif et solide : il suffirait de consulter les points acquis pour le droit universel au bonheur.
- Oui, c'est la bonne réponse.
- Je vous en supplie, Madame, ne baissez pas ma note, par pitié !
- Oui, c'est la bonne réponse...

L'homme en costume noir pleurait à chaudes larmes.
Catherine vint s'asseoir à côté de lui, elle lui prit la main et la caressa.
Il sentait l'odeur entêtante de son parfum :

- Allons, ne pleurez pas !
- Deux points !
- Oui deux points : de 98 à 96 .
- Les droits universitaires des enfants vont doubler.
- C'est exact ! concéda la belle jeune femme.
- Dites moi ce que je dois faire.

Catherine se rapprocha de monsieur K, elle commença par caresser son genou, puis lentement remonta vers l'entrecuisse.

- Vous donnez toutes les bonnes réponses.
- Oui, Madame.
- Ce n'est pas normal, il y a toujours des réserves, des doutes.
- Oui, Madame.
- Votre femme est absente, demain ?
- Oui, Madame.
- Je viendrai , nous trouverons vos légers points de divergence, avec notre calcul du Bonheur. Vous verrez, prendre conscience de ce qui reste d'antisocial en vous, vous fera le plus grand bien !
- Et ?
- Nous passerons un moment agréable, ensemble, dit la jeune femme en l'embrassant sur la bouche.

Rouge, suffoquant, l'homme quitta la pièce, Catherine lui dit «  à demain ».
Elle se retrouva seule et prit l'appel de son supérieur :

- Alors ?
- Cela a marché !
- Oui, j'ai vu . Vous pensez que...
- Oui, entre la carotte et le bâton , il va parler, assura Catherine.
- C'est bien : j'en ai assez de tous ces hypocrites qui nous ont dénigrés avant de faire semblant d'accepter toutes les mesures gouvernementales.
- Et vous me donnerez ?
- Tous les points qu'il perdra ! répondit son chef en riant.
- Je me dévoue corps et âme.
- Corps, surtout ? remarqua son chef avec malice.
- Avec ce vieux et gros myope, il faut de la sainteté !

Tous les deux éclatèrent de rire.
Catherine resta seule, songeuse . Si elle arrivait à bien lui tirer les vers du nez, elle pourrait récupérer 10 points.

10 points ! Enfin, elle aurait son appartement parisien de 3 mètres carrés.
Une pensée, politiquement incorrecte lui traversa l'esprit : contrairement à ce que racontait la propagande gouvernementale, elle ne s'arrangeait guère cette crise du logement.



Elle songea au mantra officiel : "Le Bonheur est dans le point". On voyait un couple se reposant sur de la paille fraîche : une vielle image d'un lointain passé.

De quoi se plaignait ce pauvre type, le concept de bonheur pouvait enfin se mesurer et tout le monde avait la quantité exacte de bonheur qu'il méritait ?

Elle répéta mille fois la formule : " Le bonheur est dand le point ".

Catherine avait déjà tout oublié, elle aménageait son trois mètres carré.
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !