2
min

Le bon quai

Image de Alain Verdure

Alain Verdure

31 lectures

7

Ce matin là j'étais en retard, ce sont des choses qui arrivent. Tous les jours à la même heure, au même endroit, pour aller au même bureau, voir les mêmes collègues, il arrive bien évidement qu'un jour, hop, on se loupe.
Il faut dire que la veille au soir nous avions fêté le départ en retraite d'un collègue et ami.
Nous étions rentrés à 5 heures, après une nuit en boîte, à chanter, danser, et boire. J'étais rentrés à l'appartement en catastrophe, juste le temps d'une douche, un café très fort, et direction le RER en courant.
Donc, comme tous les matin, même gare, même horaire, même gens, même attente. On appelle cela le quotidien. Et bien c'était ça, mon quotidien. Le quotidien de tellement de banlieusards qu'on n'y fait même plus attention, qu'on n'en parle même plus. Tellement banal.
Beaucoup emprunte le RER pour ne pas prendre la voiture, c'est mon cas. Les embouteillages, les klaxons, les feux rouges, l'énervement, le stress, et pour couronner le tout, les remontrances en arrivant pour 2 minutes de retard par un patron déjà énervé par son propre trajet. Alors voilà, on prend le RER, tous les matins. Oui, tellement banal.
Sauf que ce matin là, et non pas comme les autres matins, j'avais pour m'accompagner un mal de tête effroyable, un cruel restant de cette nuit à boire et à hurler dans cette boîte de nuit dont j'ignorais même le nom. Imaginez dans votre tête la "chevauchée des Walkyries" en quadriphonie et jouée par la fanfare du quartier.
Et donc, dans cette même station, sur ce même quai, parmi ces mêmes gens, j'attendais ce même RER pour me rendre à ce même bureau, une vie bien réglée,bien chronométrée, dans le cas présent, bien orchestrée, avec en prime la même galère le soir, au retour, dans l'autre sens, et la fatigue de la journée en supplément, et celle des autres.
La rame arrivait enfin à quai, je montais comme un robot et je m'installais sur le seul strapontin encore libre. Je l’aurais embrassé si nous avions été seuls.
J'étais coincé entre une grosse dame toute souriante -mais énorme- et un gringalet boutonneux . J’espérais sur les 30 minutes de trajet pour reprendre mes esprits et je fermais les yeux. Une étrange impression me fit rouvrir les yeux au bout d'un petit moment. Un arrêt dans une station dont je ne reconnaissais pas ni le décor, ni le nom.Trop fatigué par cette nuit et les Walkyries qui défonçaient mon crâne, Je crois bien m'être endormi.
Et voici que dans ma somnolence j'entends une annonce dans le haut-parleur de la rame.Une annonce prévenant de l'arrivée au terminus de la ligne, alors que moi, je devais descendre 2 stations avant. Mais ce qui m'intrigua le plus c'était le nom de ce terminus.Non, ce n'était pas possible. Je regardais autour de moi quelques visages qui me regardaient.depuis le temps que j'empruntais cette ligne je connaissais quelques visages.parfois un signe de main ou de tête pour se saluer,mais ce matin, rien, personne de familier.je rattrapais par le bras la grosse dame qui allait sortir de notre dame et elle se retourna avec un sourire toutes dents dehors. je lui demandais alors si j'avais bien entendu le nom de ce terminus et cela la fit beaucoup rire.Et bien oui, je m'étais trompé de quai au départ et j'étais arrivé complètement à l’opposé de ma destination recherchée.
je suis arrivé ce jour là avec un retard de 40 minutes et une bonne remontrance du patron, mais surtout sous une haie d'honneur de mes collègues qui m’applaudirent en riant aux éclats.
Je peux vous affirmer qu'au prochain départ en retraite, je ne boirai que de l'eau.
Depuis ce jour là, je déteste Wagner.

Thèmes

Image de Très très courts
7

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Ce matin-là j'ai enfin emprunté le bon quai.. du haut-parleur du bonheur qui m'a fait rêver.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Moi qui pensait vous inviter à mon pot de retraite, Alain, je ne vais pas prendre le risque ! Non, je blague, cela fait quatorze ans que j'y suis ! Bravo, pour votre texte pour lequel je me suis retenu de rire car c'est très vilain de rire du malheur des autres. Je clique sur j'aime.
Et si vous avez un peu de temps : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/Mumba

·
Image de Mamy Arlette
Mamy Arlette · il y a
Petite blague Belge; le Monsieur avec un four rire dans le train: "j'ai pris un aller-retour, mais je ne leur ai pas dit, je ne reviens pas ! "
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une histoire bien écrite et réaliste ! Mon vote ! Vous avez voté une première fois pour “Gros père Noël” qui est en FINALE pour l’hiver 2018. Je vous invite à le soutenir de nouveau. Merci d’avance et bonne soirée !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/gros-pere-noel

·
Image de Vivipioupiou77
Vivipioupiou77 · il y a
cette histoire m'a fait sourire et m'a rappelé quelques aléas personnels, ah les transports si on pouvait s'en passer.....
·