1
min

Le bitoniau

Image de Eve Zibelyne

Eve Zibelyne

121 lectures

37

Le ciel se couvre de rosé. Le glouglou de la bouteille rugit à mes oreilles. Je m’étais éveillé en sursaut, en ce petit matin brûlant, étonné du couvre-chef qui coiffait mon bitoniau et ses deux bigorneaux. Un voile évanescent étouffait mon regard, diluant les contours des fenêtres obtuses qui ne voulaient s’ouvrir. Je reconnaissais la chambre de mon enfance, celle où je me coulais sous l’édredon, plaqué contre la poitrine généreuse de Madeleine, ma mère-grand, lorsque son loup était absent. Madeleine et les bonnes odeurs de lait et de prune qui s’agrippaient à ses vêtements, jusque dans les vagues de ses plis généreux, dans la grâce déroutante qu’elle mettait à lever son corps de l’engloutissement du matelas de laine où je respirais, béat, les effluves délicieux qui embuent mes yeux de rosée.
Le ciel s’affiche, insolent, ruisselant de désirs écharpés de blanc virginal. Si je n’avais cette protubérance pour le narguer, il entrerait par les volets mi-clos pour m’illuminer et dévoiler ma face piteuse, ma face crayeuse de lever de lendemain d’abondance, ma face de champlure trahie par le rosé du midi.
Je humais les fragrances du breuvage, inondé par le reflet doré à claquer la langue d’envie d’une ivresse nouvelle. Le bitoniau en goguette, allais-je me risquer à poser un pied sur le sol, alors que Madeleine m’appelait dans mes rêves ? Une joie sans nuage me pénétrait irrésistiblement. Mes peines de la veille se fondaient dans le muguet du papier peint. Mon chagrin se figeait sur les sourires sépia qui m’observaient de leurs cadres dorés. Je me levais sans moi ; attardant mon corps, je parcourais le couloir, descendais l’escalier craquelant telle une feuille de nougatine. Je risquais un regard dans la cuisine. Madeleine n’y était pas. Elle était partie au cimetière, près de son loup, et une jeunette avait pris sa place, belle et appétissante. La table mise dévoilait la tarte aux prunes. Un rayon de soleil jouait avec la jupe de la demoiselle, s’immisçant entre ses cuisses rondes. Je les devinais douces et pêche de velours. Mon bitoniau rugissait et les bigorneaux se raidissaient en hommage à ce lever du jour, le mien, celui de la rédemption. Amours passées s’envolaient pour accueillir celui du jour. Un cri primal en donna le signal et c’est sur un nuage dérobé aux volets grands ouverts que je descendis à sa rencontre, le bitoniau apaisé. Un baiser à Madeleine suspendue dans la cage d’escalier scella le forfait. Les draps, il lui faudrait laver.

PRIX

Image de 2016

Thèmes

Image de Lever de bonheur
37

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Marie-France Ochsenbein
Marie-France Ochsenbein · il y a
Je découvre votre texte en retard, mais ai éprouvé un réel plaisir à sa lecture. J'ajoute mes votes et vous remercie pour cet agréable moment passé en compagnie de vos mots.
·
Image de Eve Zibelyne
Eve Zibelyne · il y a
Merci, Marie-France, pour avoir pris plaisir à me lire !
·
Image de Stéphan Mary
Stéphan Mary · il y a
J'arrive très-trop tard mais c'est un vrai hommage à ce cher Marcel qui amène 5 votes, pas un de moins ! Un texte fin dans le quel le bitoniau se recoud sans remord :)
·
Image de Eve Zibelyne
Eve Zibelyne · il y a
Tard ? Mais non, je participe mais ne cours pas après les chiffres, l'essentiel pour moi est dans l'esprit, et de savoir que les votes sont de celles et ceux qui ont aimé ! Merci pour les tiens, et sourire !
·
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Comme tout cela est délicatement bien écrit et un rien sensuel. Tous mes votes.
·
Image de Eve Zibelyne
Eve Zibelyne · il y a
Grand merci pour ces votes pour la sauvegarde du bitoniau !
·
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
C'est quelque chose que l'on ne peut pas négliger. Si cela vous dit de vous aventurer du côté de "La crique des Pierres Tombées" peut-être n'y ferez-vous pas de mauvaise rencontre.
·
Image de Eve Zibelyne
Eve Zibelyne · il y a
Ah, ah, j'en sors, justement... bon texte qui laisse dériver en eaux troubles !
·
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Vous en êtes sortie indemne, je suis rassuré. Bon week-end.
·
Image de Eve Zibelyne
Eve Zibelyne · il y a
Venant de toi, Jean-François Guet, le compliment prend toute sa saveur, merci !
·
Image de Jean-Francois Guet
Jean-Francois Guet · il y a
un vrai régal, bravo !! (+5)
·
Image de Vivi Sonneville
Vivi Sonneville · il y a
haha j'ai tout imaginé!!!! c'est génial!!! bravo!!!au bitoniau....
·
Image de Eve Zibelyne
Eve Zibelyne · il y a
Merci, Vivi, si c'est évocateur, hi, hi, c'est un plaisir de gagné !
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Hommage à ce Bonheur voluptueux! Bravo! je vote! Merci de venir faire un tour sur ma page pour lire et soutenir, si vous les aimez, “Coups de Vent”, “Je Voudrais Bien t’Aimer Encore”, “Paradis Reconquis” et “Un Soir Retentissant”! Bonne journée et bonne chance!
·
Image de Eve Zibelyne
Eve Zibelyne · il y a
Merci, Keith ! Je passerai faire un tour chez vous, bon week-end !
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci beaucoup, Eve! Bon week-end également!
·