4
min

Le bit de la caverne

Image de Gil Braltard

Gil Braltard

126 lectures

139

Mon ami David et moi-même étions assis dans l’arrière-salle d’un de ces cafés parisiens décorés à l’ancienne où, de l’applique au fauteuil, tout n’est que toc, imitation hasardeuse d’objets d’époques diverses et fantasmées. Fort heureusement, un éclairage tamisé , auquel participaient les flammes dansantes d’un poêle à bois à foyer vitré, estompait le caractère factice de l’ensemble et conférait à cet espace sans ouverture - autre qu’une étroite porte en cintre - l’atmosphère d’une gentilhommière provinciale au cœur de l’automne.
Soudain, sur le mur me faisant face, une créature gigantesque apparut. L’abominable homme des neiges, pensai-je. Je me retournai et vit un garçon portant un plateau chargé de consommations.
- Le mythe de la taverne, murmurai-je avec une sourire amusé.
- Que dis-tu ?
Je bus une gorgée de grog puis me tournai vers David qui sirotait un vin chaud.
- J’adapte l’allégorie de la caverne à la situation présente.
- Qu’est-ce que Platon vient faire ici ? gronda mon ami qui, non content d’être agrégé de philosophie, était aussi psychanalyste.
- J’ai vu la silhouette d’une créature que j’ai prise pour celle du yeti sur le mur. Après tout, ça n’a rien d’extraordinaire, c’est la fête d’Halloween aujourd’hui. C’est en me retournant que j’ai compris qu’il ne s’agissait que de l’ombre projetée du serveur.
- Mmm, fit David d’un air dubitatif en se lissant la barbe. Je trouve ta comparaison maladroite. Car dans l’allégorie de Platon, les individus qui voient les ombres sont des prisonniers enchaînés à la paroi d’un caverne profonde. Ils ne peuvent pas ou plutôt ne veulent pas se libérer pour monter vers la lumière et prendre conscience de leur erreur.
- Comment ça ne veulent pas ?
- Pense aux poupées russes. L’enchaînement est une métaphore dans le texte métaphorique de Platon. Il ne s’agit absolument pas d’impossibilité par contrainte physique mais de faiblesse morale. La force des habitudes, la peur de l’inconnu, la paresse intellectuelle sont certainement pour beaucoup dans notre incapacité à voir la réalité des choses.
- Nous serions donc le jouet d’une illusion, comme dans Matrix.
- Oui mais Matrix ne traite que d’une réalité intermédiaire où des IA maintiennent les humains dans un rêve qui n’est autre que notre monde contemporain afin d’exploiter l’énergie de leur métabolisme. Le réel platonicien est bien au-delà de ces simulacres. Il s’apparente au réel voilé, dont parlait le physicien quantique Bernard d’Espagnat.
- La réalité ultime ?
- Oui. Le cosmologiste Max Tegmark parle de la nature ultime du réel. Il postule que l’univers est un objet mathématique, au même titre qu’une équation. Une super équation, en quelque sorte, d’où émergerait le cosmos matériel que nous observons.
- Intéressant. Mais quel serait l’élément fondamental de cette réalité ?
- Le bit d’information, tout simplement. Cette notion ne doit pas paraître trop étrangère à l’informaticien que tu es ?
Le ton goguenard de mon ami ne m’échappa pas. Nous restâmes silencieux le temps d’avaler quelques gorgées de nos liquides illusoires illusoirement chauds. Si David croyait que j’allais en rester là, il se mettait le doigt dans l’œil.
- Je doute que l’humanité puisse un jour accéder à cette... nature ultime du réel.
- Tout dépend de son évolution et de sa durée de vie. Évidemment, si elle s’autodétruit dans les siècles à venir, elle n’aura pas le fin mot de l’histoire. Mais, si elle se donne le temps, disons... cent millions d’années.
- Pfff, toute spéculation au-delà de cinquante ans est une foutaise. Je préfère me contenter des réalités intermédiaires. Mais pas façon Matrix. Tu veux parler de bits ? Parlons de bits. Partons de l’idée que nous tous humains sommes des programmes conscients au sein d’un méta programme simulant ce que nous croyons être le cosmos observable. Tous ces programmes tourneraient sur autant d’ordinateurs quantiques que nécessaire, chacun d’eux disposant d’une puissance de calcul après corrections de 500 qbits, soit 2P500 configurations, plus qu’il n’y a d’atomes dans le cosmos observable.
David fut pris d’un rire bruyant qui lui attira quelques regards hostiles qui le firent rire de plus belle, ce qui lui attira d’autres regards hostiles qui le firent...
- David, arrête de décompenser et écoute-moi.
Il retrouva aussitôt son sérieux.
- Je t’écoute mais... tu n’y vas pas de main morte. Toi qui me reprochais d’être dans la démesure temporelle.
- C’est pour les besoins de ma démonstration, contrairement à toi qui partais dans un délire métaphysique.
- Le métaphysicien t’en...
- Merde ? Ah non, c’est autre chose ? Bien, revenons à nos univers simulés. Selon toi, comment pourrions-nous détecter que nous sommes à l’intérieur d’une simulation ?
- J’en sais fichtre rien. C’est toi l’informaticien.
- Mais il suffit de trouver les bogues, voyons !
- Tu veux dire... tout ce qui ne va pas dans le monde, tous les dysfonctionnements ?
- Ah non, ça ça fait partie des scénarios de vie, ça fait partie du jeu. En fait, je...
J’avisai un serveur qui semblait n’attendre que ma commande et levai la main dans sa direction.
- Comme ça risque d’être long, on va faire le plein de carburant.

Plusieurs bouteilles plus tard, David m’annonça qu’il allait mettre son processeur en veille quelques heures pour pouvoir digérer, outre l’alcool que nous avions avalé, toutes les conneries que je lui avais sorties. Nous nous séparâmes devant le café et je décidai de rentrer à pied, eu égard à mon hygiène de vie. Le ciel était exceptionnellement dégagé, ce qui m’incita à m’arrêter quelques minutes pour contempler les rares étoiles visibles au-dessus d’une grande métropole brillamment éclairée. Je fixai la Grande Ourse et crut que le ciel me tombait sur la tête. La casserole opéra lentement une rotation à 360 degrés pour retrouver exactement sa position sur la voûte céleste. J’étais tétanisé. N’était-ce pas là un des bogues que je recherchais, prouvant que notre univers n’était qu’une simulation ?
Depuis ce soir mémorable, je ne bois plus car j’ai compris que l’alcool rend à ce point lucide qu’il permet de se libérer de ses chaînes pour sortir de la caverne. Mais, une fois éblouis par la lumière du réel, que pouvons-nous faire ? Rien, bien sûr. Autant retourner à l’ombre avec une bonne bière. Au fond de moi, cependant, subsistera toujours l’horrible certitude que partage avec moi l’autre David – pas mon ami, non non, je veux parler de David Vincent : le cauchemar a déjà commencé.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très courts
139

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Coum
Coum · il y a
La note de musique sur la partition. Peut-être, est-ce l'équation qui teinte la scène décrite dans cette caverne. On est tous à l'intérieur, d'un grand tout, mais chaque être est unique dans le genre humain. L'alchimie est joyeuse.
·
Image de Rafiki
Rafiki · il y a
Drôle et philosophique à la fois, et truffé de références, bravo Gil Braltard ! Une petite histoire très originale qui sort du lot et fait réfléchir et se documenter, ce que j'adore. Vous avez toutes mes voix !
·
Image de Gil Braltard
Gil Braltard · il y a
Grand merci Rafiki.
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Invitée à vous lire par Jfjs dont je salue le fairplay et l'initiative car il y a tant à lire que forcément on rate de très bons récits comme le votre
·
Image de Gil Braltard
Gil Braltard · il y a
Merci Diamantina. Oui, Jfjs est un gentleman.
·
Image de Vallerie
Vallerie · il y a
excellent!
·
Image de Gil Braltard
Gil Braltard · il y a
Merci Vallerie.
·
Image de Jean-claude Jayet
Jean-claude Jayet · il y a
Je vous accorde mes voix pour ce beau texte. Cordialement jc JAYET MOLOCH la guerre civile Espagnole.
·
Image de Gil Braltard
Gil Braltard · il y a
Merci Jean-Claude.
·
Image de Christopher Olivier
Christopher Olivier · il y a
Belle philosophie, un bon texte qui plaira à plus d'un.
Si vous avez temps de lire ceci : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/you-and-the-night

·
Image de Gil Braltard
Gil Braltard · il y a
Merci Christophe. J'ai lu et voté pour votre texte.
·
Image de Jfjs
Jfjs · il y a
Très bien amené comme sujet imposé. Original, littéraire via ce bon vieux Platon et l'aller-retour réel-irréel (analogie), vraiment bien. Et pour finir inquiétant, quelqu'un d'autre a donc pris ce raccourci que David Vincent n'aurait jamais du prendre ;-)
·
Image de Gil Braltard
Gil Braltard · il y a
Merci à vous. A force de lecture d'ouvrages traitant du multivers et des trous noirs, je crois bien en effet avoir pris un raccourci dangereux.
·
Image de Jenny Guillaume
Jenny Guillaume · il y a
Génial ^^ C'est la première fois que mon vote fait le chiffre 100, un bug sans doute, votre texte mérite bien davantage ;)
·
Image de Gil Braltard
Gil Braltard · il y a
C'est trop d'honneur Jenny. Grand merci.
·
Image de Jcjr
Jcjr · il y a
Bon, du mythe au bit de la caverne, de Platon à Matrix revisité sans le lapin blanc, toute cette philosophie au son d'un psychanalyste et d'un informaticien, ça déjante un max !... C'est la Grande Ourse la plus réelle . Oserez-vous venir vous perdre dans " le brouillard " ?..
·
Image de Gil Braltard
Gil Braltard · il y a
Je m'y suis perdu. Merci Jcjr.
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Tout mon soutien pour ce très bon TTC.
·
Image de Gil Braltard
Gil Braltard · il y a
Grand merci Patrick.
·