2
min

Le Béret émeraude

Image de Chantal Sourire

Chantal Sourire

1098 lectures

291

Qualifié

La saison a été éprouvante. Un été caniculaire.
Trois mois d’un incessant ballet au sommet de la canopée dans les forêts dévastées, à la recherche d’une étincelle prête à consumer la dernière once de vie, le plus ténu des fétus encore vert qui voudrait renaître des scories.
Perché sur mon canadair, je dois en découdre avec le feu, j’épie les braises arrogantes avant de cracher mes trombes d’eau sur celles qui jouent les lucioles écarlates sur le sol carbonisé. Je guette le souffle jouisseur du vent avide d’attiser l’incendie. Le mariage maléfique de deux éléments sympathiques pris séparément. L’air qui caresse et le feu qui réchauffe le corps et l’âme. Mais quand ces deux-là se rencontrent, le couple dévastateur n’abandonne sur son passage que désespoir et désolation.
Avant de voler, j’exerçais à terre, emmitouflé sous ma cagoule de protection et mon casque chromé que je lustrais avec entrain avant de m’attaquer à la bête. J’espérais qu’en apercevant son reflet dans le miroir arrondi, elle prendrait peur et reculerait devant son visage déformé de haine et de mort.
J’enfilais ma combinaison marine au liseré jaune et me signais par habitude et par superstition. J’avais la peur chevillée au corps mais quand à la fin des repas de famille on me posait la question, je changeais de sujet, rictus aux lèvres et mains moites. Et je rêvais de robots japonais, véhicules cadencés dans une danse guerrière partant à l’assaut des incendies, toute lance dehors, une armée froide et dressée à décharger sa neige carbonique sur les habitats en feu.
Mais dans nos régions escarpées où les pins, fiers et altiers, s’agrippent aux pentes des collines couvertes de broussailles, seul l’homme sait avancer au milieu de l’enfer pour construire les contre-feux, creuser les ornières et obliger la bête à lâcher pied comme le toréador impatient d’en finir.
La peur est tenace et je ne voulais plus être cet homme-là, combattant à la voiture rouge qui fait rêver les enfants quand retentissent les sirènes. Ce soldat du feu valeureux et souriant sur le calendrier des postes, une main sur la grande échelle, prêt à sauver des vies au risque de perdre la sienne.
La solidarité du groupe sait être un baume apaisant sur les brûlures et les angoisses, mais c’est seul avec soi-même qu’il faut affronter l’ennemi dont la puissance, la touffeur et les assourdissants crépitements de forge rendent fou le plus chevronné d’entre nous.
Et il y eut ce jour où je faillis passer de l’autre côté, tenté malgré moi de ranimer le brandon incandescent pour que rejaillisse le feu enfin calmé. Une pulsion venant de mon ombre, et je fus horrifié comme jamais le feu ne m’avait effrayé. Qu’étais-je devenu, quel monstre sommeillait en moi ?
Je ne sais qui aperçut le démon tapi dans mes entrailles, macabre korrigan affublé de fourche, toujours est-il qu’au vu de mes loyaux services, j’intégrai sans attendre la patrouille aérienne.
Et depuis je survole les ruines, la grisaille et les cendres, guettant le randonneur imprudent, la brisure de verre ou le mégot mal éteint. Je deviens le censeur des fautifs, des irresponsables et des pêcheurs, moi qui ai frôlé la damnation éternelle.
C’est une femme qui m’a sauvé.
Redescendu sur terre, je l’ai aperçue, spectatrice désolée devant la fin du monde.
D’un geste lent elle décoiffa son béret émeraude, ses cheveux dévalèrent le long de ses reins, ondoyantes vagues d’où jaillissaient des flammèches cuivrées.
Et mon cœur s’embrasa.

PRIX

Image de Printemps 2018
291

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
Très beau!! faute d'en dire plus, je lis les commentaires pour les partager.
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Merci, Moniroje !
·
Image de Thara
Thara · il y a
Bonne chance pour votre nouvelle...
·
Image de Didier Lemoine
Didier Lemoine · il y a
Bon texte. Mes voix pour vous. Si cela vous tente, vous pouvez visiter "La princesse Alexandra", en route pour le prix IMAGINARIUS. Peut-être même aurez-vous envie de voter pour elle. Commencez par lire cette petite histoire. C'est ici : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-princesse-alexandra
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Déjà voté pour Alexandra, merci pour votre passage !
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
L'incendie du cœur est moins dangereux que l'incendie dans la pinède... quoique ! Bravo, sourire, pour ce beau TTC tout feu tout flamme. +5
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
En effet, quoique...Merci pour votre passage et votre vote !
·
Image de Bertrand
Bertrand · il y a
un court
où couve sous les braises
encore rouge
la peur
et l'envie
d'une vie
plus aérienne
loin des flammes^^+5

·
Image de Maya Bellamie
Maya Bellamie · il y a
Mon soutien
·
Image de Gérard Jacquemin
Gérard Jacquemin · il y a
La chute de l'histoire tombe à pic.... sur une chute de reins! Bravo mes 5 voix sans retenue
·
Image de Gerard du Vingt-quatre
Gerard du Vingt-quatre · il y a
Le béret basque jeconnais, Emeraude ; je découvre ! (y)
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Un texte magnifiquement construit avec une belle écriture !
Mes voix

·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Une vision avec des accents d'authenticité.
·