1
min

Le Barbier du Diable

Image de Lionel Auberger

Lionel Auberger

256 lectures

73

Contes, récits historiques, il est parfois difficile de savoir où commence la réalité et où finit la légende. Connaissez-vous cette anecdote sur ce brigand, qu'on pouvait croiser sur notre chemin, à la fin du XIXe siècle ? On le surnomma le Barbier du Diable, car celui-ci voyageait dans sa diligence, tirée par quatre chevaux, avec le chiffre 666 inscrit sur la porte.
Sa stratégie, pour voler ses clients, était au poil. Gabriel et sa femme Teresina proposaient aux quidams qu'ils croisaient sur la route une coupe gratuite. Mais la réalité est tout autre : les « blaireaux », qui voulaient se débarrasser de leur pilosité, se retrouvaient à poil et les bourses vides.
Le Barbier du Diable et sa femme, qui était de mèche avec lui, sévirent de Chicago dans l'Illinois jusqu'à Santa Monica en Californie. Ils traversaient chaque ville des huit états de l'Illinois, Missouri, Kansas, Oklahoma, Texas, Nouveau-Mexique, Arizona et Californie dans leur légendaire diligence au triple 6. Lucky Luke entendit parler de ce barbier de ces villes et décida de couper court à leurs actions.
C'est à Santa Monica que Gabriel essaya de tondre notre justicier, mais Lucky Luke ne se laissa pas faire et reprit du poil de la bête ! L'ombre du rasoir était à peine sur la gorge de notre héros que son revolver joua une fois de plus la douce mélodie de la justice.
Lucky Luke ne parla pas dans sa barbe, le deal était clair, soit ils rendaient l'argent, soit ils finissaient dans le goudron et les plumes.
À la suite de cette rencontre, le couple reprit la route, à rebrousse poil, et promit de rendre tout l'argent puis de s'installer à Chicago pour élever leurs enfants.
J’entends encore la promesse de Gabriel, à moitié dans le coaltar, qu’il fit à Lucky Luke : « Pas la peine de couper les cheveux en quatre, j'ai bien compris la leçon et croyez-moi vous n'entendrez plus jamais parler de la famille Capone, ni de goudron sur notre route... Sans l’ombre d’un doute, tirer sur un Capone sera prohibé ! On reprend la route, avec nos quatre chevaux, jusqu’à Chicago, pour maintenant faire le bien. »

Sur la dernière vignette de cette histoire, on aperçoit l’ombre de Lucky Luke s’éloignant sous un coucher de soleil et au premier plan une diligence, posée dans un fossé, avec un 6 effacé, seul souvenir de cette histoire mythique en cette fin du XIXe siècle, que tout le monde va oublier.

D’ailleurs, qui pourrait bien faire un mythe avec un numéro 66 au bord d’une route ?

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très courts
73

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
un récit au poil, bien hilarant!
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
La Bédé ! La BéDé! la BDéééééé ! ;)
·
Image de La  luciole
La luciole · il y a
Joli!
·
Image de Etaine Eire
Etaine Eire · il y a
Super jeu de mots !
·
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
Une histoire un peu tirée par les cheveux.
Mon vote. 😉

·
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
haha super ! et tous ces jeux de mots, au poil !
·
Image de Artvic
Artvic · il y a
La route 66 !! bravo !! https://www.youtube.com/watch?v=CLC4TLDlFFo
·
Image de RAC
RAC · il y a
Bien vu ! et Jolly Jumper était en congés ?! lol !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Super! Vraiment bravo c'est bien écrit!

Je vous invite également à jeter un coup d'oeil à ma dernière peinture: https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/dumbledores-tattoo-1

·
Image de Merlin28
Merlin28 · il y a
Excellent! Peut-on prévenir Lucky que les Capones n'ont pas vraiment tenu parole?! ;)
Lionel ma balade entre deux mondes au bord de l'eau est en finale et a besoin de votre soutien

·