2
min
Image de Eddy Riffard

Eddy Riffard

578 lectures

470

FINALISTE
Sélection Jury

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Dans ce texte, l’auteur parvient à créer une ambiance pesante et effrayante en s’appuyant sur des descriptions claires et pêchues. C’est ...

Lire la suite

— Je n’ai pas peur de le faire !

Son ballon vissé sous le bras, Maxence fixait ses deux compères avec un air de défi. Antoine et Lucas ne s’attendaient pas à une telle réaction. En fait, ils auraient préféré qu’il se dégonfle. Qu’importe, il avait le temps de se rétracter jusqu’au moment de l’épreuve. 

Les journées sont courtes en novembre. Dès dix-huit heures, la visibilité se réduisait à la lueur dispensée par le halo des vieux lampadaires. Le froid humide vidait les ruelles des rares ombres furtives et pressées. 

Seul un trio dénotait dans ce décor de ville endormie. Les enfants progressaient d’une démarche saccadée, partagés entre excitation et appréhension. Car Maxence savait bien que ses deux camarades rechignaient à l’accepter dans leur cercle de jeux. D’ordinaire, chaque nouveau venu devait se plier à une épreuve d’initiation, mais il s’agissait d’une sorte de formalité, loin de ce qu’ils avaient concocté pour lui.

La peur distilla son venin dans l’esprit des trois garçons quand la maison qui rit apparut devant eux. Ce curieux sobriquet lui venait de ses fenêtres aux carreaux vandalisés, semblables à des dents cassées. Alourdies de poussières et de toiles d’araignées, elles laissaient penser à des chicots rongés par les atteintes du temps.
Ils traversèrent le jardin en friche, puis pénétrèrent dans la vieille demeure par l’entrée béante. La porte dégondée reposait au sol, à peine perceptible dans le linceul de saletés qui recouvrait le plancher vermoulu.

Au fond du couloir, un vantail en bois brut donnait accès à un escalier obscur qui menait à une porte enduite de peinture rouge écaillée. Qu’y avait-il derrière ? Personne n’avait osé le découvrir. Personne, jusqu’à cette nuit. 
La clarté de la Lune reflétait chichement sa lumière froide sur le badigeon purpurin. 
Maxence bloqua sa respiration et descendit, attentif tant aux bruits étranges qu’à l’état des marches, les yeux exorbités, tentant de percer les ténèbres. Il avait l’impression que tout le noir de l’univers s’était amassé dans ces escaliers. Seule la peinture rouge défraîchie constituait un point de repère dans cette pénombre. 

Devant la porte, tous les sens en alerte, il se concentra pour tenter de détecter une présence derrière le panneau de bois. Puis, d’une main moite, il tourna la poignée rugueuse de rouille dans un grincement métallique. La cave lui renvoya son haleine fétide, humide et viciée.
Le souffle coupé par cette odeur immonde, il s’engagea dans la pièce enténébrée.
En haut des escaliers, Antoine et Lucas ne distinguaient plus rien. 
Après quelques secondes d’un calme effrayant, un hurlement strident retentit et les pétrifia sur place. L’instant suivant, un objet jaillit de l’obscurité et frappa le mur derrière eux.

À l’endroit que le ballon venait de heurter, une tache rouge et visqueuse brillait au clair de lune. Seul le bruit du ballon, dévalant les marches, troublait désormais le silence revenu.

PRIX

Image de 2019

Thème

Image de Très très court
470

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de J. Chablik
J. Chablik · il y a
Brrr...
Et on ne saura pas !

·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Et il vaut peut-être mieux. ^^
·
Image de Farida Johnson
Farida Johnson · il y a
Félicitations Eddy! J'étais passée à côté de ton texte et j'arrive trop tard mais j'ai passé un excellent moment de lecture!
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Il n’est jamais trop tard pour se faire plaisir.
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Félicitations Eddy pour cette recommandation, ce cachet estampillé Short Éditions.
À l’évidence ce ballon a fait mouche, a tapé dans l’œil du Jury.

·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Pour quelqu’un qui écrit de moins en moins, c’est un bon résultat.
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Bravo !
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Un texte récompensé que je voyais pourtant couronné.
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Il fallait faire un choix, et ce concours a mobilisé quelques vrais talents.
·
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Bravo Eddy !
·
Image de JACB
JACB · il y a
Ravie pour vous Eddy, votre texte le vaut bien!
·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Félicitations pour le macaron, Eddy :)
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Merci pour cette visite amicale.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bravo pour cette recommendation du jury, Eddy !
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Content de vous voir assurer le service après-vente, mon cher Keith.
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Découverte tardive de votre texte finaliste. J'ai bien aimé l'ambiance que vous avez su créer, la recherche dans le style et le vocabulaire, l'intrigue. Je reste un peu sur ma faim quand même, j'aurais préféré un texte un peu plus long et une chute moins expéditive... Manque d'imagination de ma part peut-être. Bravo en tout cas pour cette place en finale.
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
C’est peut-être moi qui ai manqué d’imagination sur ce coup. ^^
Enfin, mieux vaut entendre le lectorat regretter la brièveté du récit, ça veut dire que personne ne s’est ennuyé.
Entre la concision du style et la simplicité de l’intrigue, il est vrai que la place accordée aux développements est limitée.

·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
J'aime mieux en effet un style concis que du délayage !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Elle était tombée du ciel. Littéralement. À cette distance, il n’avait pas vu de quoi il s’agissait. Peut-être une saleté quelconque détachée d’un arbre. Mais non, il le savait en ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Il fait chaud. Une chaleur terrible, même pour un début de mois d’août. Je n’accompagne personne. Alors pourquoi suis-je venue ? Par curiosité sans doute. Je n’ai plus la force de partir,...