2
min

37 lectures

5

Abdou est un fermier dans la région de Tillabery, précisément à Tera. C'est un fermier très authentique d'ailleurs, tout le monde le respecte à cause de son caractère extraordinaire. Partout où il passe, il dégage une certaine confiance en soi.

Un dimanche matin, son ami Sitta vient le trouver dans sa maison.

— Bonjour Abdou, comment va la famille ?

— Alhamdoulilah! Ça va bien mon frère! Sitta, que me vaut cet honneur ?

Sitta enlève sa chéchia et parle:

— Mon frère l'histoire est longue et l'affaire est grave... Il hésite, il titube...

— Et bien, parlez mon ami, n'ayez pas peur...

— Abdou, je viens de croiser Elhadji Adamou et sa bande. Ils sont en train même de borner ton champ de six cent mètres carrés, juste à l'entrée de la ville...

— Quoi, fit Abdou sévèrement. De quel droit use-t-il, lui Elhadji? Il n'a pas d'ailleurs tord, dans ce pays, les gens ne se respectent pas. Je crois aussi que la justice est assez mature. Mais quoi qu'on fasse, il va m'entendre aujourd'hui...

— Oui mon ami, garde espoir, ce terrain te vient de droit, alors pourquoi les gens sont cruels à ce point? Je te soutiens fermement...

— Sitta, tu sais bel et bien que ce champ m'appartient. Je l'ai hérité de mon père qui l'a hérité de son père, et ainsi de suite...

Machinalement, les deux hommes se prennent et se rendent au commissariat pour porter plainte.

« Pourquoi, nous n'allons pas trouver Elhadji sur le terrain pour discuter avant, hein qu'est-ce-que tu en penses, Abdou ?»

— Non, Sitta, cette histoire se terminera dans un commissariat. Je n'ai pas besoin de ses propositions mafieuses, mon terrain ou rien, tu comprends bien, mon frère ?

— Oui sans faute, je te comprends bien, allons seulement...

Sans plus tarder, voilà les deux hommes chez Elhadji Adamou. Automatiquement, Abdou lui tend un papier en blanc.

« Tiens Elhadji, voici la convocation, le commissaire nous attend.»

Sans perdre du temps, Abdou, Sitta et Elhadji se transportent au commissariat le plus proche. Le commissaire Bilal prend la parole:

« Voilà, je vous écoute, chacun doit dire sa version; telles que les choses se sont passées exactement.»

— Mon commissaire, fit premièrement Elhadji avec son boubou jaune. Ces choses ne valent pas mieux qu'une affaire d'un demi-million. Alors pourquoi vouloir se tirailler sur une petite somme. Je gère des milliards, moi...

— Cela ne nous intéresse pas, cria le commissaire Adamou. Ici, il n'ya que la vérité, rien que la vérité. Donc, je vous en prie Elhadji de continuer en termes clairs.

— Mon commissaire, ce terrain dont il parle, je l'ai acheté chez un monsieur que j'ai même oublié le nom. Je sais seulement que c'était à cinq cent mille.

— Voilà, intervient le commissaire, les papiers du terrain, vous les avez?
— Non, je ne les ai pas sur moi... Fit Elhadji faiblement.

Le commissaire se tourne vers Abdou et l'écoute.

Ainsi, Abdou exhibe les papiers de la ferme et s'est mis à parler de l'héritage de son terrain au près de son père, qui à son tour le reçut de son père et ainsi de suite...

« C'est toute une chaîne, mon commissaire, et j'ai aussi mon témoin, il est à côté de moi...»

Sitta se lève et jure sur le saint coran, que ce terrain appartient à son ami Abdou, il s'est mis à raconter l'histoire de leur famille. À force de gober ces deux versions, le commissaire Adamou finit par lâcher :

« L'histoire donne finalement raison à Abdou, je vous en prie gardes, saisissez Elhadji et mettez-le dans la cellule. En attendant qu'il nous apporte des preuves palpables. Ceci dit, je vous prie, merci d'être au rendez-vous !...»

Elhadji fut coffré sur le champ par deux gardes colosses. À leur tour, Abdou et Sitta s'en retournent à la maison, ils sont fiers.

Tel est pris qui se croyait malin!
5

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Je découvre une œuvre attrayante avec une bonne morale ! Bravo, Boubacar !
Grâce à vos voix, “Gouttes de pluie” est en FINALE. Merci de revenir confirmer
votre soutien ! Bonne journée !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/gouttes-de-pluie-2

·
Image de Miraje
Miraje · il y a
La morale est sauve ... !
·
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
"Bien mal acquis ne profite pas tout à fait mais presque jamais à quelques exceptions près"
·
Image de Boubacar Mamoudou
Boubacar Mamoudou · il y a
Effectivement Paul, surtout Elhadji se croyait intouchable. Une réalité bien présente dans nos sociétés africaines!
Je vous remercie!

·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Un très beau récit qui aurait mérité de concourir à un prix ! J'aime !
·
Image de Boubacar Mamoudou
Boubacar Mamoudou · il y a
Je vous remercie Félix, mais je n'ai pas voulu proposé ce texte à un concours. J'attends d'abord!
·